Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
citoyen18.overblog.com

citoyen18.overblog.com

La porte à gauche. Jean FERRAT a chanté que certains prétendent que le bonheur était à la porte à droite. Aujourd’hui est-il à la porte à gauche ? Oui ! mais à la condition de secouer le cocotier de la pensée convenu ! Ce petit blog crée à l’initiative de quelques militants communistes de Vierzon n’a d’autres ambitions que de donner aux citoyens un support pour s’exprimer librement sur les sujets politiques, sociaux ou culturels d’actualité du local à l’international, qui s’émancipe des discours convenus, des lignes officielles décidées par quelques notables de la politique, aux doubles langages, aux bonimenteurs de vraies fausses solutions et qui cultivent la résignation. Déverrouillez les débats et enfoncez la porte à droite (….ou à gauche ?) Les seules limites, car il en faut, à notre liberté : Celle du respect des personnes, le souci de la vérité et de faire vivre le débat. Ainsi seront exclus tous messages comprenant des insultes ou diffamations visant une (des) personne(s), seront exclues, s’ils sont avérées, des informations mensongères ou rumeur infondées. Chacun pourra également participer au débat juste et loyal en signalant un abus de cette nature. Les productions de ces abus seront retirés et l’auteur exclu du blog.

Articles avec #histoire catégorie

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #Histoire

La Cour européenne des droits de l'Homme a validé aujourd'hui la condamnation de Jean-Marie Le Pen pour "complicité d'apologie de crimes de guerre et contestation de crimes contre l'humanité" après des propos polémiques sur la Seconde guerre mondiale.

 
 
Crimes contre l'humanité: condamnation de J.M. Le Pen validée
 
Une peine de trois mois de prison avec sursis et 10.000 euros d'amende avait été prononcée le 8 février 2008, puis confirmée en appel et en cassation, contre celui qui présidait alors le Front national, après une interview publiée le 7 janvier 2005 dans l'hebdomadaire d'extrême droite Rivarol.

Jean-Marie Le Pen estimait que l'occupation allemande de la France entre 1940 et 1944 n'avait "pas été particulièrement inhumaine, même s'il y eut des bavures, inévitables dans un pays de 550.000 kilomètres carrés".

Le tribunal correctionnel de Paris avait jugé que le fondateur du Front national « occult(ait) ou à tout le moins tent(ait) d'instiller un doute sur ce qui a(vait) pu être commis par les nazis sur le territoire français comme la déportation des juifs ou les persécutions contre les résistants ».

La Cour européenne des droits de l'Homme déclare irrecevable la contestation par Jean-Marie Le Pen de cette condamnation qu'elle juge « fondée sur des motifs pertinents et suffisants » tandis que la peine infligée ne lui apparaît pas « disproportionnée ».
 
Par: l'AFP.

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #Histoire
De la Syrie à la Normandie en passant par l'Espagne : un article de Jean LÉVY

La bataille d'Alep et ses antécédants historiques

De la Syrie à la Normandie en passant par l'Espagne

par Jean LÉVY

 

La bataille d'Alep, que l'armée syrienne est en train de libérer, est présentée par nos médias comme une conquête d'une ville étrangère. Les bombardements liés à cette opération militaire sont dénoncés comme des actes de barbarie...

Comment qualifier alors les bombardements de nos villes normandes par l'US Air Force en cet été 44, si ce n'est, d'après leurs auteurs, à la préparation de ces villes ?

Nos médias à l'unisson évoquent comme précédent historique l'écrasement de la ville espagnole de Guernica par l'aviation nazie en 1937, et aussi le siège de Sarajevo.

Il est bon alors de rétablir la vérité.

 

LIEN VERS LA SUITE DE L'ARTICLE CI-DESSOUS :

 

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #Histoire
Parution d’une biographie complète d’Hugo Chávez aux éditions DelgaCette biographie complète du commandant Hugo Chávez, écrite par un intellectuel vénézuélien reconnu, révèle les traits essentiels d’un personnage qui n’appartient pas seulement à la légende mais aussi à l’histoire de son temps.
 
Le lecteur est entraîné dans ce parcours exceptionnel, de la province de Barinas jusqu’aux plus hautes charges de la plus grande révolution d’après la guerre froide. Le portrait intime et politique rejoint ici l’épopée de la libération d’un peuple et de tout un continent.

Par: El Diablo.

 

 

 

en savoir plus sur l’auteur

514 pages

Référence : 978-2-37607-100-6

Chávez. L’homme qui défia l’histoire. Biographie

MODESTO E. GUERRERO 

29 euros

Préface de Rémy Herrera, chercheur au CNRS, Centre d’Économie de la Sorbonne

 

PLUS D'INFORMATIONS SUR LES ÉDITIONS DELGA:

 

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #Histoire

Le philosophe a peu goûté la manière dont le chef de l'État a résumé sa pensée dans "Un président ne devrait pas dire ça...". Une sottise, lui rétorque-t-il.

« Les élites intellectuelles ne sont pas, selon le chef de l'État, très passionnées par l'idée de la France, Ou alors c'est une espèce de culture nostalgique, à la Régis Debray, sur le thème : La France a disparu... »
« Les élites intellectuelles ne sont pas, selon le chef de l'État, très passionnées par l'idée de la France, Ou alors c'est une espèce de culture nostalgique, à la Régis Debray, sur le thème : La France a disparu... » © DR

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #Histoire
Le Parti communiste de Grèce (KKE) dénonce le social-impérialisme du PCF !

A l’heure où le PCF-PGE se tâte pour mettre sur orbite une candidature EURO - « communiste » de « rassemblement de toute la gauche » " dixit André Chassaigne" et présente cela comme un acte identitaire fort intéressant tous les communistes, il est utile de lire ce commentaire du PC de Grèce (KKE) sur l’activité pseudo-communiste du PCF de M. Pierre Laurent, le président du Parti de la Gauche Européenne, par ailleurs grand admirateur de Tsipras.

Que ceux qui jugent le PRCF « trop dur » avec le PCF muté, ou qui, à défaut de pratiquer l’unité d’action des militants franchement communistes, vendent encore la chimère d’une « remise du PCF sur les rails de la lutte des classes », méditent ce commentaire du journal communiste grec Rizospastis

 

Le Parti communiste de Grèce (KKE) dénonce le social-impérialisme du PCF !

Commentaire de Rizospastis 

(quotidien du PC de Grèce) : 

La spirale descendante de l’opportunisme européen est sans fin.

Il est bien connu que le capital européen et son union, l’UE, ont depuis plusieurs années son « chantre de gauche ». Différents partis jouent ce rôle, qui se déclarent « progressistes » et « de gauche », ainsi que quelques partis qui maintient le titre de « communiste », mais qui se sont assimilés depuis de décennies au courant opportuniste et social-démocrate de soi-disant « eurocommunisme ». Ces derniers, comme par exemple le Parti communiste français, n’ont rien à voir avec le marxisme-léninisme et l’internationalisme prolétarien depuis des années, ils ont même renoncé aux symboles historiques du mouvement communiste et au nom de la « gauche » ils sont devenus la « queue » de la social-démocratie et une « blanchisserie » pour le système capitaliste et les unions impérialistes de l’UE et de l’OTAN. Cependant, ils gardent le nom de « communiste », et ainsi au-delà de leur activité trompeuse dans leur pays, ils participent à des réunions internationales des PC, où ils cherchent à jouer un rôle similaire. Et à en juger par les manifestations du festival récent du journal « L’Humanité » du PC français, la spirale descendante est sans fin.

Comment pouvons-nous autrement se référer au fait de l’invitation à ce festival de G. Katrougalos, ministre du Travail du gouvernement SYRIZA-ANEL, et au discours qu’il y a fait ? En d’autres termes, l’homme qui a massacré, par le troisième mémorandum du gouvernement SYRIZA-ANEL avec les organisations impérialistes, les droits du travail, les salaires et les pensions, et vise maintenant à limiter le droit de grève aussi, a été invité à parler de « politiques néolibérales » au festival de ce parti « communiste ». C’est l’homme qui a été dépeint par les travailleurs et les retraités à la récente mobilisation du PAME comme un… « homme aux mains-ciseaux » moderne.

C’est cet homme que ces « communistes » français, qui n’ont plus de communiste que le nom, ont invité.

Bien sûr, ce n’est pas par hasard, considérant que, pour la discussion qui a eu lieu juste à côté, ils avaient invité Dominique Trinquard, un chef de missions militaires de l’OTAN et de l’ONU, à parler de développements internationaux et de notre « maison commune européenne ». Oui, vous avez bien lu, de l’OTAN, de cette organisation impérialiste qui a massacré et continue à massacrer les peuples. Cela semble absurde pour les communistes en Grèce, ainsi que les communistes dans de nombreux pays du monde. Mais ce n’est pas le cas pour un parti qui a fortement soutenu la récente intervention impérialiste de l’OTAN en Libye et de l’UE en République centrafricaine.

Les paroles de Lénine restent d’actualité aujourd’hui, qui disait que la lutte contre l’impérialisme est inséparable de la lutte contre l’opportunisme.

 

Par: Rizospastis

 

source : http://www.solidnet.org/greece-communist-party-of-greece/cp-of-greece-comment-of-rizospastis-the-downward-spiral-of-european-opportunism-has-no-end-en-ru-es-fr-ar-sq#Fr

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #Histoire
LA DÉFENSE DE LA SÉCURITÉ SOCIALE : Un document d'histoire de la Sécurité sociale avec une présentation exclusive de Bernard Friot

PARUTION SEPTEMBRE 2016


Un document d'histoire de la Sécurité sociale avec une présentation exclusive de Bernard Friot.
84 pages, 3 euros (hors frais d'envoi)

Passer commande par message personnel

1947 : les premières élections aux Caisses primaires de Sécuritésociale vont avoir lieu. L’ancien secrétaire général de la fédération CGTde la métallurgie, Ambroise Croizat, devient ministre du Travail et de laSécurité sociale fin novembre 1945 et cela va permettre de leverplusieurs obstacles. Les équipes locales de la CGT se lancent à fonddans la bataille de la construction concrète des caisses primaires,bataille qui a été tout sauf une partie facile. En six mois le bilan estimpressionnant. Henri Raynaud, responsable confédéral sur la question,fait un rapport au CCN pour préparer la campagne de ces élections.Son rapport est publié en brochure. Les Éditions syndicalistes ontdécidé de la rééditer, car c’est un document tout simplementpassionnant. Bernard Friot a bien voulu en faire une présentation enabordant notamment, la question essentielle de la gestion ouvrière descaisses, point sur lequel le patronat et l’État ont toujours été en conflitavec les confédérations syndicales de classe.Nous avons reproduit en plus des extraits du rapport sur la Sécuritésociale destinés au congrès confédéral CGT de 1946. On pourra y lirela base des arguments de la CGT d’une Sécu pour laquelle elle s’estengagée totalement, mais aussi les débats internes que cela a suscitéset qui sont toujours d’actualité.

 

Par: El Diablo.

 

LIEN POUR COMMANDE CI-DESSOUS:

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #Histoire
MÉMOIRES DU SIÈCLE : Marie-Claude Vaillant-Couturier [audio]

Mémoires du siècle - Marie-Claude Vaillant-Couturier, ancienne Vice-Présidente de l'Assemblée Nationale.

 

 

Par El Diablo.

Première diffusion le 15 décembre 1985

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #Histoire
ALEP : DÉLUGE de PROPAGANDE…

Depuis plusieurs semaines, radios, télévisions et journaux parisiens se déchaînent pour tenter de sauver Alep de l’horreur : une reconquête par l’armée gouvernementale syrienne. Quotidiennement, un déluge de propagande pilonne nos oreilles, nos yeux et notre intelligence collective. La première figure de cette orwellisation collective consiste à inverser la situation militaire opérationnelle : Alep n’est pas occupée par des groupes salafo-jihadistes (les mêmes qui commanditent les attentats à Paris et ailleurs), mais est assiégée par les forces nationales du « régime de Bachar la-Assad » ! Deuxième torsion du réel : la rébellion « modérée », voire « laïque » et « démocratique » – à savoir les égorgeurs de la Qaïda en Syrie – résiste vaillamment à Gengis Khan, ses Tartares syriens, russes, iraniens et hezbollahiz. Enfin, des dizaines de milliers de femmes et d’enfants meurent, tous les jours, sous les tapis de bombes… Bigre, voilà qui est effectivement préoccupant !

Dans ce concert de propagande et de désinformation, une fois de plus Le Monde tient la corde (1). Depuis les beaux quartiers de Beyrouth, son correspondant Benjamin Barthe témoigne : « Déluge de feu russo-syrien pour briser Alep – Très meurtriers, les bombardements visent à anéantir la rébellion et à décourager la population ». Chapeau : « Bombarder, encercler, affamer. Pendant des mois, des années, sans discontinuer. Jusqu’à ce que l’ennemi, à bout de forces, décide de baisser les armes et d’évacuer la zone qu’il défendait ».

Première « information » du Monde : les mêmes groupes terroristes, qui égorgent Chrétiens, Alaouites, Kurdes, Druzes, Sunnites loyalistes et autres en Syrie depuis plus de quatre ans, « défendent » Alep. C’est une nouvelle ! Remarquons au passage, que si chasseurs et drones de la Coalition américaine mènent des « frappes », le plus souvent « chirurgicales » et « ciblées », comme ce fût le cas dernièrement sur l’aéroport de Deir ez-Zor, tuant plus de 90 soldats syriens quelques heures seulement après la signature du cessez-le-feu, les avions russes et syriens – quant à eux – bombardent avec une cruauté sadique indifférenciée et sans limite, comme l’aviation alliée le fît sur les villes et villages de Normandie en 1944, puis sur Dresde et d’autres villes allemandes dénuées de tout intérêt stratégique…

Deuxième affirmation du Monde : « le régime syrien mène (…) une guerre d’étouffement, lente et cruelle, qui convient bien à l’armée loyaliste, patchwork de milices et d’unités régulières, aux capacités offensives limitées ». Benjamin Barthe connaît-il des guerres qui soient rapides, non cruelles, sinon douces et généreuses ? Sait-il seulement ce qu’est vraiment une guerre civile, civilo-régionale, civilo-internationale ? Quant aux « capacités offensives limitées », il devrait aller plus souvent sur le terrain pour constater la reconfiguration technique des trois corps de l’armée nationale syrienne, équipée des matériels russes et chinois les plus modernes. Du reste, quelques paragraphes plus bas, Benjamin Barthe cite des « armes sophistiquées »… Faudrait savoir !

Effectivement, l’armée syrienne a des alliés qui ont décidé de l’aider – quelle horreur ! – à reconquérir la totalité de son territoire nationale. Quant aux mercenaires tchétchènes, chinois, maghrébins, européens et particulièrement français : pas un mot. Silence absolu aussi sur l’acheminement d’armes et de mercenaires financés par l’Arabie saoudite et d’autres ploutocraties du Golfe avec l’aide de plusieurs services-actions occidentaux !

Troisième appréciation du Monde, très symptomatique du niveau culturel de la corporation des « journalistes » modernes : « la technique aux relents moyenâgeux… » Ignorance ou précipitation, notre envoyé spécial permanent à Beyrouth emploi – ici – le qualificatif scabreux de… « moyenâgeux » pour mieux nous persuader que la guerre de libération menée par l’armée syrienne et ses alliés nous fait régresser vers l’une des périodes les plus obscures de l’humanité ! Période de mille ans qui s’étend du Vème au XVème siècle, le Moyen-âge porte certainement mal son nom, mais un honnête homme un tant soit peu cultivé devrait savoir que cette époque charnière connût plusieurs révolutions techniques et intellectuelles essentielles à l’histoire du monde. Les médiévistes Jacques Le Goff et Johan Huizinga ont écrit là-dessus quelques livres définitifs que Benjamin Barthe ferait bien de se procurer…

Enfin, la fiction la plus malhonnête du Monde : « Alep-Est, le fief des insurgés (…) peuplé de 250 000 habitants ». Les experts militaires occidentaux les plus sérieux estiment le nombre des « insurgés » des quartiers Est de la ville à environ… 15 000. Les mêmes sources confirment que les civils sur place n’excèdent pas le nombre de 20 000 et se composent de deux catégories : ceux qui se sont ralliés aux jihadistes et ceux qui sont retenus contre leur volonté afin de servir de boucliers humains aux vaillants « insurgés ». Lorsque 49 d’entre eux ont voulu dernièrement emprunter les couloirs humanitaires ouverts par l’armée syrienne, ces derniers ont été froidement exécutés par les mêmes « insurgés ». Pour nombre de ces « civils », affirme un officier supérieur d’un service européen de renseignement, « il serait plus juste de parler d’otages… » C’est tout dire.

Alors pourquoi tant d’énergie à vouloir nous vendre cette imposture d’une bataille de « Stalingrad à l’envers », pour reprendre les termes d’un ambassadeur de France ? Ce dernier commence à douter – mieux vaut tard que jamais – des bienfaits des orientations de la politique étrangère de François Hollande, dont « tout le monde dans la région, se soucie comme d’une guigne… », ajoute-t-il dubitatif. Vu dernièrement dans les étranges lucarnes, notre ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault répondant à l’équipe d’une chaine audiovisuelle de service public : « il faut que cesse cette tuerie dont les images vues à la télévision sont insupportables ! » Depuis quand un ministre de la République fonde-t-il ses propos sur « des images vues à la télévision ». S’il restait à s’en convaincre, on atteint le fond…

Trois raisons fondamentales peuvent expliquer cette propagande panique, bête et méchante. Alep, cette bataille de Stalingrad remise sur ses pieds, où l’armée syrienne poursuit courageusement la reconquête de son territoire national, anticipe une double défaite : celle des mal nommées « révolutions arabes » à travers lesquelles Washington espérait mettre au pouvoir les Frères musulmans dans plusieurs capitales arabes ; celle de l’axe OTAN, Israël et pays du Golfe cherchant à faire de la Syrie ce qu’il a fait de l’Irak et de la Libye notamment, en fragmentant les Etats-nations de la régions en autant de micro-Etats purifiés ethniquement et religieusement. C’est tout le « Grand-Moyen-Orient » de Condoleezza Rice, l’ancienne secrétaire d’Etat de George W. Bush – repris par les administrations Obama successives – qui se retrouve par terre.

Au bout du compte, le bilan s’avère particulièrement désastreux pour les pays occidentaux, à commencer pour les Etats-Unis. Le néo-sultan Recep Erdogan se détache progressivement de l’OTAN et lorgne en direction du Groupe de Shanghai ; la Méditerranée n’est plus une mer occidentale (prochetmoyen-orient.ch du 12 septembre). Comme elle vient de la faire à Djibouti, la marine de guerre chinoise s’installe durablement à Tartous ; enfin, Vladimir Poutine impose son agenda et un « Yalta régional » au monde entier sans que personne ne soit en mesure de faire quoi que ce soit. Last but not least, l’Iran peut se targuer d’être redevenue la grande puissance régionale aux Proche et Moyen-Orient.

Encore bravo Messieurs Obama, Cameron, Juppé, Fabius et Hollande ! Quant au Monde, on comprend qu’il perde quotidiennement annonceurs, abonnés et lecteurs. Hubert Beuve-Méry, André Fontaine, Jacques Fauvet, réveillez-vous, ils sont devenus fous ! Tout cela est proprement pathétique, ouvrant des boulevards à d’autres Brexit, Trump et compagnie… Pour ne pas sombrer dans un complet désenchantement, on ne saurait que trop conseiller de lire et relire Jacques Le Goff, les autres grands médiévistes et les Pères de l’Eglise, de même que l’une des dernières livraisons de l’éditeur Pierre-Guillaume de Roux : De l’influence des intellectuels sur les talons aiguilles, du merveilleux Roland Jaccard. Bonne lecture et à la semaine prochaine…

Par: Richard Labévière
 

 

(1) Le Monde du 29 septembre 2016

 

SOURCE:

 

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #Histoire
Mon ami et camarade Gaston Plissonnier [un article de Danielle Bleitrach]
de gauche à droite : Marie-Claude Vaillant-Couturier, Angela Davis, Gaston Plissonnier, Valentina Terechkova (cosmonaute soviétique), et Georges Marchais (Photo : Jean Texier/Mémoires d’Humanité - Archives départementales de la Seine-Saint-Denis)

de gauche à droite : Marie-Claude Vaillant-Couturier, Angela Davis, Gaston Plissonnier, Valentina Terechkova (cosmonaute soviétique), et Georges Marchais (Photo : Jean Texier/Mémoires d’Humanité - Archives départementales de la Seine-Saint-Denis)

Un article de Causeur met l’accent sur le fait que le cadre « déchemisé » d’Air France était Pierre Plissonnier, fils de Gaston et Juliette. Je n’interviendrais pas sur le fond de l’article et sur Pierre Plissonnier lui-même, sa carrière et ses prises de position personnelles, je n’ai aucune compétence sur le sujet. En revanche j’ai bien connu et eu beaucoup d’amitié pour Gaston Plissonnier et il y a des choses que je ne laisserai pas dire de lui. Il s’avère que j’ai été la plume de ses mémoires- une vie pour lutter- et que par amitié il tenait à ce que cela soit noté. Je garde un souvenir attendri du travail avec lui, de sa volonté de ne laisser transparaître aucun secret de l’internationale. Nous discutions des heures, il ne me cachait rien, mais m’interdisait de rapporter ce qu’il m’avait confié.  Il m’arrivait d’opérer des montages qui étaient révélateurs, mais il les débusquait et me disait « Danielle, ce n’est pas à moi à trahir des gens qui méritent notre respect ! ». Ainsi en a-t-il été de son refus de raconter la part qu’il avait pris au transfert d’Alvaro Cunhal de la région parisienne au Portugal pour qu’il arrive de Paris dans les troupes révolutionnaires victorieuses. Mais également dans son refus obstiné de dire ce que tout le monde savait : la demande de Duclos de laisser paraître l’Huma aux autorités allemandes. Notre travail en commun fut amical mais parfois je protestais, je voulais qu’il raconte ce qu’il me disait. Il protestait : « Non Danielle, ces gens ont accompli une erreur mais toute leur vie a été digne, je ne les trahirai pas. » Et je ferai comme lui, parce que dans le fond ce parti là où on était capable de se taire par respect de soi et des autres, a été l’honneur de ma vie.

Il me racontait aussi comme il lui fut difficile d’aller porter les critiques du parti communiste français au Congrès du PCUS, lui qui éprouvait pour l’URSS quelque chose de l’ordre de la vénération. Je l’accompagnais en Grèce et je pourrais raconter nos discussions dans lesquelles il me faisait une totale confiance, de mes irritations mais aussi du respect et de l’amour filial qu’il m’inspirait par son attention aux militants, le parti était un village et il aidait chacun devant les aléas de la vie. Donc il y a des choses et des phrases qui me sont intolérables.

L’article revient sur les événements où l’on a vu des cadres d’Air France poursuivi par des syndicalistes, leur chemise déchirée, le procès récent et révèle que l’un des « déchemisé » était le fils d’un « cacique » du PCF, Gaston Plissonnier. IL fait un parallèle indigne entre la carrière du fils et la manière dont le père a toujours été un fidèle exécutant et il a cette phrase ignoble sur l’engagement « tardif » de Gaston, qui aurait eu lieu en 1941, parce que celui-ci aurait respecté le pacte germano-soviétique. Quelle stupidité et mépris de la vérité par goût minable des ragots, bien digne de l’époque.

L’Histoire de Gaston est exactement le contraire de celle rapportée par l’auteur de l’article : Gaston m’expliquait que, comme beaucoup de militants, il a vécu d’abord l’opposition à la trahison de Munich en affirmant « Munich c’est la guerre », et le pacte est signé le 23 août, la France déclare la guerre à l’Allemagne à la suite de l’invasion de la Pologne. Tous les témoignages, celui de mon mari qui agit en Provence, lui Gaston qui agit en Bourgogne vont dans le même sens. Ils y voient un acte tactique face à Munich. Au plus haut niveau la direction du PCF envoie alors à Moscou des délégués. En attendant les explications, ils votent à l’Assemblée les crédits de guerre le 2 septembre et Maurice Thorez rejoint son unité. Mais ceux qui ne vont pas préparer la guerre et rester plus d’un an l’arme au pied, qui déjà pensent « il vaut mieux Hitler que le Front Populaire, vont utiliser ce pacte pour en finir avec le PCF. Le président du Conseil de l’époque, Édouard Daladier avait interdit la presse communiste dès le 26 août. Il dissoudra le Parti le 26 septembre.

Gaston et mon mari m’ont expliqué la même chose, le parti était dissous, la presse interdite, ils ne recevaient plus d’ordres, ils ont agi à leur manière et pour eux l’antifascisme était une évidence. Ils ont fait le tour des militants, prudemment, en ne sachant pas qui ils trouveraient et individu par individu ils ont reconstitué un système de résistance essentiellement cloisonné et un autre qui déjà envisageait le maquis. Il fallait un immense courage et beaucoup de prudence à ce petit bonhomme, timide et résolu, pour aller le plus souvent à pied, faisant des kilomètres de ferme en ferme, ne disant pas un mot de trop, pour avoir sous la présence allemande recréer le parti, le faire grandir. Ceux qui crachent sur de tels hommes ne méritent que mon mépris.

J’affirme que, comme Henri Krasucki, ces hommes-là partout dans toute la France sans attendre des ordres ont recréé le parti sans attendre l’entrée des soviétiques en guerre.
Alors voilà comme il est à la mode d’inventer une sorte de droit du sang dans l’ignominie, attribuant aux ministres les errances de leurs enfants, de Fabius à Marisol Touraine en passant par Pécresse, ce contre quoi je me suis élevé comme une indignité, Je n’éprouve qu’hostilité envers la politique de ces gens mais je n’admets que l’on attribue au parents les actes de leur descendance, c’est une pratique digne de l’extrême droite. Alors a fortiori quand il s’agit d’un homme aussi respectable que Gaston Plissonnier à qui nous devons pour une part notre liberté, nos acquis sociaux.  Je considère cet article comme à vomir. Une manière de relativiser les turpitudes des dirigeants actuels du PS et du gouvernement qui ont appuyé une répression syndicale infâme contre des CGétistes défendant leur emploi, en vulgarisant le tous pourri cher aux fachos.

Il y a vraiment des limites à ne pas franchir.

Par El Diablo

 

Danielle Bleitrach

sur son blog :

 

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #Histoire

Voir les commentaires

1 2 3 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog