Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
citoyen18.overblog.com

citoyen18.overblog.com

La porte à gauche. Jean FERRAT a chanté que certains prétendent que le bonheur était à la porte à droite. Aujourd’hui est-il à la porte à gauche ? Oui ! mais à la condition de secouer le cocotier de la pensée convenu ! Ce petit blog crée à l’initiative de quelques militants communistes de Vierzon n’a d’autres ambitions que de donner aux citoyens un support pour s’exprimer librement sur les sujets politiques, sociaux ou culturels d’actualité du local à l’international, qui s’émancipe des discours convenus, des lignes officielles décidées par quelques notables de la politique, aux doubles langages, aux bonimenteurs de vraies fausses solutions et qui cultivent la résignation. Déverrouillez les débats et enfoncez la porte à droite (….ou à gauche ?) Les seules limites, car il en faut, à notre liberté : Celle du respect des personnes, le souci de la vérité et de faire vivre le débat. Ainsi seront exclus tous messages comprenant des insultes ou diffamations visant une (des) personne(s), seront exclues, s’ils sont avérées, des informations mensongères ou rumeur infondées. Chacun pourra également participer au débat juste et loyal en signalant un abus de cette nature. Les productions de ces abus seront retirés et l’auteur exclu du blog.

Articles avec #transports catégorie

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #Transports

pour agrandir le dessin, lien ci-dessous:

pour agrandir le dessin, lien ci-dessous:

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #Transports
source: Facebook

source: Facebook

SUPPRESSION des TRAINS de NUIT : un nouveau coup porté au service public ferroviaire

Samedi 1er octobre 2016 : fin de l’exploitation de 4 trains de nuit, dont le Paris Austerlitz/Bourg Saint Maurice, 103 ans de circulation interrompue par l'Etat et la Direction de La SNCF, tous deux fossoyeurs du service public et de l'industrie ferroviaire (Alstom) !
L’emploi cheminot sur la gare d'Austerlitz et les ateliers de Masséna est ainsi gravement menacé par le désengagement de L’État sur les Trains d’Équilibre du Territoire (TET).

La procédure d’appel d’offre de reprise de l’exploitation des trains de nuit fut une vaste mascarade, où un gouvernement a versé des larmes de crocodile en « déplorant » que la SNCF n’y ait pas répondu, alors que l’État en est l’unique actionnaire !

Suppressions d’emplois (cheminots et sous-traitants), territoires abandonnés, catastrophe sociale et environnementale : voilà les résultats de la casse du service public ferroviaire !
Car les TET, c'est 34 millions de voyageurs par an !

Nous le disons régulièrement : la pseudo « mise en concurrence » du ferroviaire, c’est la PRIVATISATION des lignes rentables et la SUPPRESSION des lignes et gares non-rentables !
CHEMINOTS, USAGERS : unissons-nous pour défendre et reconquérir le monopole public du transport ferroviaire, libéré des impératifs de rentabilité et voué au service exclusif des besoins populaires !

 

La CGT Cheminots Versailles

 

 

SOURCE:

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #Transports
SNCF heure de pointe  (source: clubic.com)

SNCF heure de pointe (source: clubic.com)

 

Par: El Diablo

 

LIEN VERS L'ARTICLE CI-DESSOUS:

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #Transports

Pascal Novelin, délégué CGT d'Alstom Transport, réagit pour franceinfo à l'annonce de la fermeture du site historique de Belfort.

Une page de l'histoire industrielle française va se tourner. Le groupe français Alstom a annoncé, mercredi 7 septembre, que la production de trains de son usine de Belfort (Territoire de Belfort), lancée en 1879, sera "transférée" à Reichshoffen (Bas-Rhin) d'ici 2018, en raison d'une baisse globale des commandes.

Interrogé par franceinfo, Pascal Novelin, délégué CGT chez Alstom Belfort, dénonce une décision qui aura des conséquences sur l'ensemble du territoire.

Franceinfo : Comment les salariés du site de Belfort ont-ils accueilli l'annonce de la direction ?

Pascal Novelin : Mes collègues sont abasourdis et en colère. Personne ne s'attendait à une telle nouvelle. Certains ont dédié 20, 30, voire 40 ans de leur vie à fabriquer ce fleuron industriel français qu'est le TGV. Fermer un tel site, chargé de 130 ans d'histoire, est proprement scandaleux. 

Certains sont-ils prêts à accepter de travailler à Reichshoffen ?

Je pense que certains n'auront pas vraiment le choix et partiront, oui. Mais nous n'en avons pas encore discuté, nous sommes encore choqués par cette annonce que nous venons de prendre en pleine figure. 

La direction assure qu'elle nous proposera des solutions, que nous travaillerons encore à Belfort pendant deux ans avant de migrer vers d'autres sites... Comme si on pouvait tranquillement déraciner 400 familles ! Il ne s'agit pas que du sort des salariés, c'est tout un secteur économique du territoire qui s'apprête à disparaître.

L'avenir d'Alstom semblait pourtant encourageant, avec l'annonce du partenariat avec la SNCF pour le fameux "TGV du futur"...

On ne pouvait espérer que du bien, oui, d'autant que l'entreprise avait en plus remporté un important contrat aux Etats-Unis.

Mais il ne faut pas se faire d'illusions : cette décision résulte d'une volonté directe de la direction de bousiller l'emploi en France. Si Alstom investit et construit une usine au Kazakhstan, ce n'est pas pour faire des faveurs aux employés français.

C'est d'autant plus triste qu'Alstom Belfort est le seul site en France où l'on construit des locomotives. Il faut que l'opinion publique se rende bien compte que construire des TGV est techniquement très difficile, ce n'est pas quelque chose que l'on peut faire à la chaîne. Le savoir-faire des salariés de Belfort ne peut pas se transmettre du jour au lendemain.

Que comptez-vous faire désormais ? 

Nous avons pris rendez-vous avec le préfet, car on estime que l'Etat peut encore intervenir via la SNCF. Il faut rappeler que jusqu'à 200 rames du "TGV du futur" ont été commandées. Le projet du Grand Paris peut également être une source importante d'activité... Tout cela, on peut le faire en France : le site de Belfort peut encore avoir un avenir !

 

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #Transports

« Historique », « contrat du siècle », les superlatifs s’enchaînent depuis samedi pour qualifier le contrat que vient de décrocher Alstom aux États-Unis.

Nous aimerions nous réjouir à l’unisson et considérer que « ce succès rejaillira sur toute l’économie française » et pouvoir saluer un retour de politique industrielle dans notre pays.

Qu’en est-il en réalité ?

Après avoir vendu Péchiney, Arcelor, Alcatel, Lafarge, c’est le démantèlement d’Alstom qui a eu lieu le 2 novembre 2015, avec la vente des activités énergie à Général Electric, vente qualifiée à juste de titre de « scandale d’État ».

Deux mois après, le géant américain a annoncé qu’il allait supprimer 6 500 postes en Europe en 2016 et 2017 dont 765 en France.

Aujourd’hui, l’entreprise Alstom est entièrement recentrée sur le transport ferroviaire.
Quelles seront les retombées du contrat à hauteur de 1,8 milliard d’euros passé avec la compagnie ferroviaire américaine Amtrak ?

Alstom fera fabriquer aux Etats-Unis à Hornell le "TGV" américain. Ce site de production assurera aussi la maintenance de ces trains pendant 15 ans avec une option de 15 années supplémentaires. Ce contrat devrait créer 400 emplois dans l’État de New-York, ce qui est une bonne nouvelle pour les citoyens américains.
Les sites français d’Alstom sont, quant à eux, dans une situation préoccupante de manque de charge.

Ce sont donc les actionnaires qui vont bénéficier en premier lieu de cette aubaine. Ainsi, la deuxième place européenne et la troisième place mondiale de la France en termes de hausse des dividendes, derrière les Pays-Bas et la Corée du Sud se voient renforcées (avec déjà une hausse de 11,2 % des dividendes versés au deuxième trimestre avec plus de 35 milliards d’euros…).

On se trompe si l’on pense que la nécessaire réindustrialisation du pays ne passe que par l’exportation de notre technologie.

L’argent engrangé doit servir impérativement à développer les capacités humaines ; c’est-à-dire la formation, la qualification, les salaires, l’investissement pour moderniser l’appareil industriel, la recherche et développement.

Sous peine que le seul profit tiré de cette « affaire du siècle » soit la « fierté » de voir des rames de couleur bleu blanc rouge circuler aux États-Unis...

Montreuil CGT.

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #Transports
(En Lorraine, la CGT SNCF s'indigne. Des passagers ont dû porter secours à un conducteur victime d'un malaise © MaxPPP)

(En Lorraine, la CGT SNCF s'indigne. Des passagers ont dû porter secours à un conducteur victime d'un malaise © MaxPPP)

"Nos grands médias" si soucieux du sort des usagers en temps de grève sont bien discrets lorsqu'il s'agit du quotidien qui se dégrade en raison des politiques d'austérité et de dérégulation sous l'emprise de l'Union européenne et de la sacro-sainte concurrence "libre et non faussée"!

Des passagers d'un TER au secours d'un conducteur victime d'un malaise, la CGT s'indigne.

Il y a une semaine, des passagers d'un TER qui reliait Metz à Verdun ont dû porter secours à leur conducteur, victime d'un malaise vagal. Lundi 1er août 2016, la CGT de la SNCF s'indigne car le conducteur, seul, a alors été obligé d'ouvrir la porte de sa cabine, pour alerter les passagers. "Les usagers se retrouvent livrés à eux-mêmes (...) abandonnés sans solution" déplore la CGT

La CGT de la SNCF en Lorraine s'est indignée  lundi 1er août 2016 après que des passagers ont dû venir en aide à un conducteur de TER, victime d'un malaise vagal, en pleine voie à Waville en Meurthe-et-Moselle, alors que le train reliait Metz à Verdun, a rapporté France Bleu Sud Lorraine.

"Les usagers se retrouvent livrés à eux-mêmes (...) abandonnés sans solution" a déploré Rémy Guéhin de la CGT Cheminots en Lorraine. Selon France Bleu Lorraine, lundi dernier, le conducteur a en effet dû ouvrir la porte de sa cabine et alerter les passagers. Les usagers ont alors utilisé le téléphone du cheminot et sont entrés en contact avec le PC trafic de la SNCF.

Le syndicaliste a ainsi indiqué avoir alerté régulièrement la SNCF "sur l'utilité d'avoir un contrôleur minimum sur chaque train" afin d'éviter ce genre d’incidents.

La SNCF, interrogé par France Bleu Lorraine Sud, a répondu que la présence d'un contrôleur à bord d'un train n'était pas systématique, et que des protocoles de sécurité existent en cas de problème.

Le directeur de la SNCF en Lorraine, Jacques Weil, a en effet affirmé que "quand un conducteur a un malaise, qu'au bout de 55 secondes il n'a actionné aucun levier dans la cabine de conduite, le train s'arrête automatiquement et c'est bien ce qu'il s'est passé. Si les voyageurs ne sont pas en contact avec le conducteur et s'il n'y a pas de contrôleur, il y a un numéro de téléphone affiché à différents endroits dans le train que les voyageurs peuvent utiliser pour joindre quelqu'un au sol".

Par: El Diablo.

SOURCE:

#Actualité FRANCE

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #Transports

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 

TRAINS D’EQUILIBRE DU TERRITOIRE :

 

Les annonces faites ce matin (21 juillet) confirment et amplifient le désengagement de l’Etat.

Seules six relations de jour (Paris-Orléans-Limoges-Toulouse; Paris-Clermont-Ferrand et Bordeaux-Toulouse-Marseille; Nantes-Bordeaux; Toulouse-Hendaye et Nantes-Lyon) resteraient sous l’autorité de l’Etat.

Relations pour lesquelles le gouvernement annonce des investissements dans de nouveaux matériels dès 2017.

Les autres relations sont suspendues au bon vouloir et aux capacités des Régions à les financer. Elles ont jusqu’au 15 octobre 2016 pour se positionner.

Quant aux trains de nuit, c’est la saignée!

Seules les relations Paris-Briançon et Paris-La-Tour-de-Carol sont maintenues à Raison d’un aller-retour quotidien, les autres relations qui faisaient l’objet d’un Appel à Manifestation d’Intérêt n’ont trouvé aucun écho du côté des opérateurs ferroviaires, y compris la SNCF. Leur exploitation prendra fin au 1er Octobre 2016.

Seules les lignes Paris-Tarbes-Hendaye et Paris-Nice bénéficient d’un sursis de quelques mois, jusqu’en juillet 2017 pour la 1ère, et octobre 2017 pour la seconde.

La nouvelle convention TET qui lie l’Etat et la SNCF pour la période 2016/2020 sera conclue en tenant compte des annonces du secrétaire d’Etat aux transports.

Le gouvernement, au travers de ces annonces, tire un trait sur la cohérence Territoriale et l’aménagement du territoire assurés par ces trains d’intérêt

National.

Il est urgent que le gouvernement change de cap!

Ces annonces sont à l’opposé de la réponse aux besoins des populations en matière de transports, elles tournent le dos au nécessaire développement du service public ferroviaire ainsi qu’à une véritable réponse aux enjeux écologiques avec des conséquences dramatiques pour les usagers, pour l’emploi et les conditions de travail des cheminot-e-s.

Les usagers des liaisons abandonnées n’auront plus d’autre alternative que la route, en cohérence avec la libéralisation du marché des autocars par la loi Macron. Une décision à rebours de la COP21 et de l’intérêt des citoyens et de l’environnement.

La Fédération CGT des cheminots et ses militants, en convergence avec les associations d’usagers, comités de défense et autres associations environnementales, agiront pour imposer des choix plus conformes à l’intérêt général.

 

Par: FÉDÉR A T I O N  C G T D E S C H E M I N O T S.

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #Transports
Une rame d'essai franchit le viaduc d'Escot, ouvrage d'art emblématique de la vallée d'Aspe.

Une rame d'essai franchit le viaduc d'Escot, ouvrage d'art emblématique de la vallée d'Aspe. 

Quarante ans après avoir déserté ce secteur du Haut Béarn, le chemin de fer fera son retour le dimanche 26 juin prochain. D’Oloron jusqu’à Bedous en passant par Gurmençon et Sarrance, rencontres en bord de voie avec ses riverains d’aujourd’hui et d’hier.

Il arrive tout sourire, haussant sa moustache blanche et ses cheveux blonds clairsemés. Gilbert Loustau habite la maison de halte, à Gurmençon. Une bâtisse en angle, blanche aux volets rouges. Si le train ne s'y arrête plus, la voie ferrée va convoyer à nouveau vers la vallée d'Aspe sous les yeux...

Lire la suite de l'article: http://www.sudouest.fr/2016/06/12/la-vallee-d-aspe-reapprend-a-vivre-au-rythme-du-train-2397253-4020.php

 

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #Transports

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #Transports
photo d'illustration (source l'écho républicain)

photo d'illustration (source l'écho républicain)

Dans l’Eure et Loir, la population se mobilise pour défendre ses routes

150 habitants de 4 petites communes se sont réunis sur la base de 850 signatures d’usagers pour le maintien des quinze routes départementales menacées d’abandon par le conseil départemental. « Ne faut-il pas rassembler population, élus, salariés avec leurs syndicats, tous au conseil départemental pour exiger que pas un kilomètre de route ne soit déclassé?  » Les adhérents POID (Parti Ouvrier Indépendant Démocratique) du canton préparent une réunion publique pour en discuter.

 

LIRE (EN LIEN CI-DESSOUS) UN ARTICLE PARU DANS "L'ÉCHO RÉPUBLICAIN":

 

Par: El Diablo

 

#Actualité FRANCE

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog