Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
citoyen18.overblog.com

citoyen18.overblog.com

La porte à gauche. Jean FERRAT a chanté que certains prétendent que le bonheur était à la porte à droite. Aujourd’hui est-il à la porte à gauche ? Oui ! mais à la condition de secouer le cocotier de la pensée convenu ! Ce petit blog crée à l’initiative de quelques militants communistes de Vierzon n’a d’autres ambitions que de donner aux citoyens un support pour s’exprimer librement sur les sujets politiques, sociaux ou culturels d’actualité du local à l’international, qui s’émancipe des discours convenus, des lignes officielles décidées par quelques notables de la politique, aux doubles langages, aux bonimenteurs de vraies fausses solutions et qui cultivent la résignation. Déverrouillez les débats et enfoncez la porte à droite (….ou à gauche ?) Les seules limites, car il en faut, à notre liberté : Celle du respect des personnes, le souci de la vérité et de faire vivre le débat. Ainsi seront exclus tous messages comprenant des insultes ou diffamations visant une (des) personne(s), seront exclues, s’ils sont avérées, des informations mensongères ou rumeur infondées. Chacun pourra également participer au débat juste et loyal en signalant un abus de cette nature. Les productions de ces abus seront retirés et l’auteur exclu du blog.

Articles avec #jlm2017 catégorie

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #JLM2017

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #JLM2017

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #JLM2017
Frédéric LORDON : soutenir MÉLENCHON ?

Mariefab nous propose un travail de retranscription de la vidéo entretien de Daniel MERMET que LÀ BAS SI J'Y SUIS, publie en une. Lordon analyse la situation politique et géopolitique actuelle ainsi que le positionnement de Mélenchon et de son apport dans le champ politique.

Frédéric Lordon : Alors les prochaines élections ... C'est une drôle d'affaire. Moi ça m'inspire des sentiments tout à fait mêlés, cette perspective électorale. Des sentiments très contradictoires.

Je dois dire que les années passant, et ça fait un moment que j'ai arrêté de voter pour ce qui me concerne, j'en suis venu vraiment à considérer que la pantomime électorale dans le cadre des institutions de la 5eme République était une affaire nulle et non avenue.

Et d'un certain point de vue, ce qui s'est passé sur Nuit Debout était l'expression de cette disposition d'esprit. Jouer le jeu dans ces institutions est une affaire soit perdue d'avance, soit entièrement privée de sens. Et que la seule question politique

Daniel Mermet : On peut être une caution, faire porter une caution

Frédéric Lordon : Oui, voilà, c'est ça. Mais que la seule question politique vraiment pertinente à poser, c'est la transformation des institutions politiques en cessant immédiatement de les cautionner par notre participation.

Et puis contradictoirement, oui, je pense que c'est une élection à nulle autre pareille. Je pense que cette élection soulève des enjeux politiques d'une intensité qu'on a pas vue depuis 1981, et peut-être même supérieure, et que par là d'ailleurs, elle s'annonce d'une redoutable violence. Alors, où sont localisés ces enjeux qui font la singularité peut-être de cette élection? Bon pour l'instant je vais essayer de rester aussi analytique que possible. Là où un enjeu surgit, c'est autour de la candidature de Mélenchon.

Alors voilà, on peut avoir toutes les réserves du monde vis à vis de Mélenchon, ou de sa personnalité ou de ses orientations politiques, etc, et on en discutera éventuellement tout à l'heure, mais il y a au moins une chose, si on regarde le paysage avec un tant soit peu de distance qu'on ne peut pas ne pas reconnaître, c'est qu’il est le porteur d'une, pour la première fois depuis très longtemps, bon il y a eu 2012 évidemment, il est porteur d'une différence significative de gauche dans le paysage de l'offre politique. Et ça ce n'est pas rien.

 

[…]

LIEN VERS LA SUITE DE L’ARTICLE CI-DESSOUS

 

 

#Actualité politique

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #JLM2017

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #JLM2017

https://youtu.be/7Q9oWk

Le 15 janvier 2017, Jean-Luc Mélenchon était l'invité du « Grand Jury» sur RTL et LCI. Il a détaillé son programme sur la Sécurité sociale, proposant le remboursement à 100% des dépenses de santé. Le candidat de la France insoumise à l'élection présidentielle a également présenté ses propositions en matière d'immigration et d'impôt, proposant sur ce point 14 tranches pour répartir équitablement l'effort.

Par: El Diablo.

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #JLM2017

Jean-Luc Mélenchon a exhorté mercredi ses sympathisants à ne pas prendre part à la prochaine "primaire de la gauche" pour ne pas "amnistier" les anciens ministres de François Hollande, lors d’un meeting au Mans (Sarthe) devant plus de 2.000 personnes.

"Il faut avoir du respect pour soi-même : vous ne pouvez pas dire d’un côté que les politiques sont des cyniques, et de l’autre voter pour quelqu’un qui n’est pas de votre bord", a lancé le candidat de la "France insoumise".

"Ce n’est pas honnête !", a ajouté celui qui est crédité de 11,5 à 13 % des intentions de vote au premier tour de la présidentielle selon les sondages.

"Voter à cette primaire, c’est les amnistier, rien d’autre ! Moi, je ne les amnistie pas."

"Si vous abandonnez vos convictions à la porte du bureau de vote, il ne faut pas vous étonner si vous ne les retrouvez pas à la sortie", a ajouté Jean-Luc Mélenchon, qui s’exprimait à la veille du premier débat télévisé organisé dans le cadre de la "primaire de la gauche" par le Parti socialiste et ses partenaires de la "Belle alliance populaire".

Le député européen a ainsi appelé les électeurs à exprimer un "vote nécessaire", par opposition au traditionnel "vote utile".

"Je n’ai jamais aimé le vote utile", a dit Jean-Luc Mélenchon, qui, selon les sondages, pourrait arriver en quatrième position de l’élection présidentielle, derrière François Fillon, Marine Le Pen et Emmanuel Macron, mais devant le candidat issu de la primaire de la "Belle Alliance Populaire".

Par: Guillaume Frouin.

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #JLM2017
« arriver a captiver le publique avec le budget de la secu.... JLM est vraiment très fort.... », a plaisanté un internaute! (D.R)

« arriver a captiver le publique avec le budget de la secu.... JLM est vraiment très fort.... », a plaisanté un internaute! (D.R)

On vole de surprise en surprise avec Jean-Luc Mélenchon. Appelé par certains le « vieux sénateur de Solferino », le candidat de « la France insoumise » mène sa campagne de la primaire avec l’énergie d’un leader syndical en lutte. Il tape du poing sur la table, hausse le ton, vitupère contre les « Aranaques « . Pas de cadeau. Mélenchon ce soir au Mans sait séduire son public qui aime ses colères bien charpentées : « ​il traite tous les sujets un par un avec recul, pédagogie, intelligence et sans artifice », dit Robin. « Avec JLM c'est vraiment l'humain d'abord et ça fait du bien par les temps qui courent! ! », se réjouit Maryse (...)

 
LIEN VERS LA SUITE DE L'ARTICLE CI-DESSOUS:

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #JLM2017
FRANCE INTER...MINABLE: quand la radio publique veut faire SUPPRIMER la chaîne « Youtube » de J.L.MÉLENCHON !

Dans ce 14e épisode de la revue de la semaine, Jean-Luc Mélenchon évoque quatre sujets : Donald Trump et les relations américaines avec la Chine et la Russie, François Fillon qui dit qu'il n'y aurait pas internet en France sans lui, le CAC 40 qui se gave et enfin France inter qui a failli supprimer la chaîne youtube de Jean-Luc Mélenchon...

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #JLM2017
photo d'illustration

photo d'illustration

FIGAROVOX/ENTRETIEN - Dans les sondages, Jean-Luc Mélenchon devancerait le candidat socialiste. Pour Jérôme Sainte-Marie, il doit néanmoins surmonter la démoralisation de nombreux Français qui doutent du pouvoir transformateur de la politique.

Diplômé de Sciences Po Paris et d'une licence d'histoire, Jérôme Sainte-Marie a travaillé au Service d'Information du Gouvernement et à l'Institut Louis Harris. Il a ensuite dirigé BVA Opinion de 1998 à 2008 puis CSA Opinion de 2010 à 2013. Il a fondé en parallèle l'institut iSAMA en 2008. Il dirige actuellement Pollingvox, une société d'études et de conseil spécialisée dans les enjeux d'opinion, fondée en 2013. Il a publié Le nouvel ordre démocratique (éd. du Moment, 2015).

FIGAROVOX Dans les sondages pour le premier tour de la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon ferme la marche du quatuor de tête et se place systématiquement devant le candidat socialiste. Que traduit cette dynamique du candidat de la «France insoumise»?

Jérôme SAINTE-MARIE. - Le niveau de la candidature Mélenchon dans les sondages se situe en effet au-delà des 11,1% de 2012, qui était déjà un bon résultat et le signe d'une cristallisation possible à la gauche du PS. Encore devrait-il alors lutter contre le courant qui poussait au «vote utile» anti-sarkozyste, courant qui favorisait Hollande. Il n'a plus cette difficulté et profite en outre d'un bilan social du quinquennat très décevant pour les électeurs de gauche. À cette aune, les chiffres d'intentions de vote actuels ne paraissent pas si élevés, signe sans doute que les catégories populaires ne sont pas encore entrées dans la campagne électorale, phénomène qui attendra février, lorsque l'offre se sera stabilisée. Jean-Luc Mélenchon a un autre adversaire, diffus, inquantifiable mais bien présent, la démoralisation de nombreux Français, qui doutent du pouvoir transformateur de la politique. Combattre ce sentiment est un enjeu essentiel de sa démarche (...)

 

LIEN VERS LA SUITE DE L’ARTICLE CI-DESSOUS :

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #JLM2017
(source photo: 20minutes.fr)

(source photo: 20minutes.fr)

Régulièrement, depuis des mois, Jean-Luc Mélenchon apparaît comme jouant les premiers rôles à gauche. Dans la perspective de l’élection présidentielle, le candidat de la « France insoumise » qui a reçu l’appui du Parti de gauche, du Parti communiste et de divers petites formations de la gauche radicale, fait la course en tête en dominant non seulement l’espace de l’extrême gauche mais aussi celui de la gauche où il devance, en termes d’intentions de vote, tous les candidats issus du Parti socialiste.

Dans la dernière vague de l’Enquête électorale française réalisée par le Centre de recherches politiques de Sciences Po du 2 au 7 décembre, Jean-Luc Mélenchon est crédité de 13 à 14% des intentions de vote devant Manuel Valls (entre 11 et 12%) et « roue dans roue » avec Emmanuel Macron (13 à 15%). On voit bien comment la crise de la « gauche de gouvernement » a redonné un espace à ce vieux tempérament français de la « gauche révolutionnaire ». 35% des électeurs qui se situent à gauche déclarent leur intention de voter en faveur de Jean-Luc Mélenchon. 17% des électeurs qui avaient choisi François Hollande en 2012 ont décidé de voter en 2017 pour le candidat du Front de gauche. Ce dernier a une vraie capacité à récupérer nombre de « déçus du hollandisme ». On le voit dans les niveaux d’influence élevés que Jean-Luc Mélenchon atteint auprès de clientèles classiques du Parti socialiste : 17% chez les fonctionnaires, 17% chez les professions intermédiaires, 22% chez les sans religion… Cet homme qui, au cours de sa carrière politique, a traversé toutes les tendances multiples de la gauche (les organisations trotskystes dans sa jeunesse, le parti socialiste à partir de la fin des années 1970, le départ du PS en 2008 et le compagnonnage avec le Parti communiste) est, à l’heure où la gauche ressemble à un « miroir brisé », au cœur des cultures d’une gauche française qui a toujours eu du mal à faire son aggiornamento. A cet héritage que Jean-Luc Mélenchon a su récupérer, s’ajoute aujourd’hui une capacité du leader de la « France insoumise » à capter certaines des inquiétudes et des colères d’une France en difficulté : le candidat de la « gauche de la gauche » recueille aujourd’hui 18% des intentions de vote des électeurs vivant dans des foyers gagnant moins de 1250 euros par mois, 19% chez ceux qui déclarent qu’il y a « beaucoup de risques de chômage pour au moins un membre de leur foyer », 17% chez ceux qui ont le « sentiment que leur profession est en déclin ».

Au confluent d’une vieille France de gauche à la recherche de ses fondamentaux et d’une France où la souffrance sociale est à l’œuvre, Jean-Luc Mélenchon campe pour l’instant en « premier candidat de gauche ». Quelle sera la capacité d’un candidat de gauche issu du social-libéralisme à contester cette première place ?

 

Par: Pascal Perrineau

SOURCE:

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog