Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
citoyen18.overblog.com

citoyen18.overblog.com

La porte à gauche. Jean FERRAT a chanté que certains prétendent que le bonheur était à la porte à droite. Aujourd’hui est-il à la porte à gauche ? Oui ! mais à la condition de secouer le cocotier de la pensée convenu ! Ce petit blog crée à l’initiative de quelques militants communistes de Vierzon n’a d’autres ambitions que de donner aux citoyens un support pour s’exprimer librement sur les sujets politiques, sociaux ou culturels d’actualité du local à l’international, qui s’émancipe des discours convenus, des lignes officielles décidées par quelques notables de la politique, aux doubles langages, aux bonimenteurs de vraies fausses solutions et qui cultivent la résignation. Déverrouillez les débats et enfoncez la porte à droite (….ou à gauche ?) Les seules limites, car il en faut, à notre liberté : Celle du respect des personnes, le souci de la vérité et de faire vivre le débat. Ainsi seront exclus tous messages comprenant des insultes ou diffamations visant une (des) personne(s), seront exclues, s’ils sont avérées, des informations mensongères ou rumeur infondées. Chacun pourra également participer au débat juste et loyal en signalant un abus de cette nature. Les productions de ces abus seront retirés et l’auteur exclu du blog.

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #Aide-Mémoire
une affiche du parti communiste français dans les années 70...une affiche du parti communiste français dans les années 70...

Je constate qu’à bon escient tu as occulté le terme : « internationalisme » en le remplaçant par « solidaire » car inter/nationalisme = entre les nations ; il faut donc des « nations » pour être « internationaliste ».

A l’école fédérale [dans les années 80], j’enseignais, à partir du livre d’Étienne Fajon « ABC des communistes », que la « nation » était chère aux communistes car elle représentait une histoire, une langue commune, une culture originale, un sentiment national et non une idée réactionnaire. C’est la grande bourgeoisie qui n’était pas « nationale » puisqu’elle « préférait Hitler au Front Populaire ».

J’enseignais également que « Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage » et non le « nationalisme »’. Dans l’Histoire, j’ai vu des Guerres de Religions, des guerres coloniales, des guerres impérialistes... Mais pas de guerres nationalistes si ce n’est des « guerres de clochers ». Certes, certains nationalistes poussent cette idée à l’extrême pour installer un chauvinisme pouvant déboucher sur le fascisme ou le nazisme. Mais ce n’est qu’une minorité agissante qui ne peut faire disparaître la majorité de nationalistes pacifiques. Je préfère la maxime de Jaurès : « Un peu d’internationalisme éloigne de la patrie ; beaucoup d’internationalisme y ramène. Un peu de patriotisme éloigne de l’Internationale ; beaucoup de patriotisme y ramène ». C’est une telle réflexion qui a permis à Thorez de mélanger « le drapeau rouge et le drapeau tricolore » afin de ne pas laisser aux seuls réactionnaires le drapeau tricolore ! Entre parenthèses tous ceux qui, en ce moment de l’Euro de football, affichent à leur façade le drapeau tricolore ne sont pas tous d’affreux réactionnaires xénophobes !

Par contre ce sont les capitalistes qui n’ont pas de « nation », exploitant ici la main d’œuvre, plaçant là ses capitaux pour fuir l’impôt et vivant dans encore un autre pays (comme les Mulliez en Belgique) ! Ce sont eux qui prônent « la mondialisation » source de « nouvelles solidarités » et aussi de plus de capitaux !

Quant aux « nations », si la nation grecque avait quitté l’Union Européenne en juillet 2015 elle ne souffrirait pas tant et aurait ouvert la voie à ceux qui refusent l’austérité tout comme les Britanniques l’ont décidé ce 23 juin. Et d’autres vont suivre. Car ce n’est pas en attendant que les « 28 », par un coup de baguette magique, imposent une nouvelle orientation qu’on avancera. C’est plutôt « ’repousser aux calendes grecques » le changement vers le socialisme. Mais n’est-ce pas l’objectif des Tsipras, Hollande et consorts ? !

 

Par: Jean-Claude Naveteur.

 

SOURCE:

RÉPONSE à un camarade qui considère « Pour l’instant, ce sont les « nationalistes » qui se frottent les mains après le BREXIT »

#Débat d'idées

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog