Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
citoyen18.overblog.com

citoyen18.overblog.com

La porte à gauche. Jean FERRAT a chanté que certains prétendent que le bonheur était à la porte à droite. Aujourd’hui est-il à la porte à gauche ? Oui ! mais à la condition de secouer le cocotier de la pensée convenu ! Ce petit blog crée à l’initiative de quelques militants communistes de Vierzon n’a d’autres ambitions que de donner aux citoyens un support pour s’exprimer librement sur les sujets politiques, sociaux ou culturels d’actualité du local à l’international, qui s’émancipe des discours convenus, des lignes officielles décidées par quelques notables de la politique, aux doubles langages, aux bonimenteurs de vraies fausses solutions et qui cultivent la résignation. Déverrouillez les débats et enfoncez la porte à droite (….ou à gauche ?) Les seules limites, car il en faut, à notre liberté : Celle du respect des personnes, le souci de la vérité et de faire vivre le débat. Ainsi seront exclus tous messages comprenant des insultes ou diffamations visant une (des) personne(s), seront exclues, s’ils sont avérées, des informations mensongères ou rumeur infondées. Chacun pourra également participer au débat juste et loyal en signalant un abus de cette nature. Les productions de ces abus seront retirés et l’auteur exclu du blog.

Articles avec #politique catégorie

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #Politique
Le gouvernement PS continue de DÉPECER LA SNCFEt la SNCF se laisse faire puisqu'elle est syndiquée au Medef.
Le 21 juillet 2016, le Secrétaire d’État en charge des Transports, le très socialiste Alain Vidalies, dépendant directement de sa ministre Ségolène Royal du même métal, a confirmé le désengagement quasi-total de l’Etat concernant l’avenir des corails intercités également appelés « Trains d’équilibre du territoire ».

*****

 

 

Communiqué de la CGT-Cheminots:

 

Mesdames, Messieurs, bonjour !

Le gouvernement et la direction SNCF veulent donc en finir avec le service public ferroviaire qui est pourtant un élement essentiel de développement économique, d’aménagement du territoire, de cohésion sociale. Ces annonces inadmissibles se traduisent par la quasi disparition des trains de nuit et l’abandon de certaines relations de jour. Pour la CGT, une des solutions réside dans le retour à une politique de volume permettant une augmentation significative du nombre de voyageurs.

LA CASSE DES TRAINS DE NUIT

Les sombres desseins du gouvernement maintiendraient seulement 2 relations sur 6 existantes actuellement, à savoir : Paris-Briançon et Paris-Rodez-Toulouse-La-Tour-de-Carol. Le gouvernement et la SNCF justifient ces choix notamment en raison de la baisse de fréquentation de ces trains, alors même qu’ils oeuvrent depuis des années à abaisser les capacités, l’attractivité et l’efficacité de ces lignes en se désangageant financièrement.

Pour répondre aux attentes et aux besoins des populations, la CGT propose :
• La mise en oeuvre d’une classe unique de voitures.
• La suppression des compartiments à 6 couchettes qui ne sont pas dignes d’un transport du XXIe siècle.
• Le développement des compartiments réservés aux femmes voyageant seules et aux familles (notamment
avec des enfants en bas âge)
• L’aménagement des compartiments permettant un minimum d’intimité
• L’installation de prises, connexions wi fi etc
• La mise en place de services adaptés dans les gares de départ et d’arrivée…

UN COUP DE RABOT SUR LES CORAILS DE JOUR

Concernant les relations de jour, seules six : Paris-Orléans-Limoges-Toulouse ; Paris-Clermont-FerrandBordeaux-Toulouse-Marseille ; Nantes-Bordeaux ; Toulouse-Hendaye et Nantes-Lyon resteraient sous l’autorité de l’Etat. Les autres relations seraient suspendues au bon vouloir et aux capacités des Régions à les financer. Elles ont, pour cela, jusqu’au 15 octobre 2016 pour se positionner. Au regard de l’étranglement budgétaire de plusieurs Régions, il est difficilement envisageable qu’elles s’engagent sur ces reprises de dessertes.

La solution résiderait alors pour certaines d’entre elles dans un transfert du rail vers la route et le développement de filiales routières, y compris celles du groupe SNCF, pourtant déficitaires mais dans lesquelles de l’argent public est régulièrement investi. (Pour OUIBUS, 110 millions d’euros pour recapitaliser l’entreprise en 2016).

En plus de désertifier certains territoires déjà fortement touchés par la situation socio-économique actuelle, de priver les populations d’un mode de transport sans jamais avoir recenser les besoins et les attentes en la
matière, cette décision pourrait mettre en péril la pérennité même de certaines gares quasi exclusivement consacrées aux relations Intercités. Elle consacrerait, in fine, la fermeture de lignes, de guichets et donc un nouveau recul du service public avec des conséquences importantes sur l’emploi à la SNCF.

Les annonces du gouvernement concernant les corails intercités ne peuvent rester sans réponse. La SNCF, entreprise à 100 % publique, appartient à la nation. Les usagers, avec les cheminots, ont toute légitimité à exiger d’autres choix en matière de transport ferroviaire sur l’ensemble du territoire !

La Fédération CGT des cheminots et ses militants, en convergence avec les associations d’usagers, comités de défense et autres associations environnementales, agiront pour imposer des choix

CONFORMES À L’INTÉRÊT GÉNÉRAL

Par: El Diablo Le Rouge.

SOURCE:

 

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #Politique
capture d'écran BFM TV

capture d'écran BFM TV

« Je suis le bulletin de vote stable et sûr »

– Interview dans Le Monde

Jean-Luc Mélenchon fait sa rentrée à Toulouse, dimanche 28 août 2016. Le candidat à la présidentielle de « La France insoumise » a prévu de prendre la parole à l’occasion d’un pique-nique, avant de revenir sur son parcours politique dans un livre intitulé Le Choix de l’insoumission (éditions du Seuil, 384 p., 18 euros) à paraître le 8 septembre, à la veille de la Fête de l’Humanité.

Comment voyez-vous la prochaine campagne présidentielle ?

Ce sera une élection sans précédent, car la société s’est profondément décomposée au cours des derniers quinquennats. Ses principaux repères politiques se sont dissous. Le peuple peut aussi bien choisir une abstention de masse qu’une participation punitive sévère pour en faire le moment d’un grand coup de balai. Il s’agit moins de séduire des électorats traditionnels que de fédérer notre peuple autour d’objectifs communs. Avant l’été, avec la bataille contre la loi El Khomri, un espace politique se reconstruisait autour des questions sociales. Les attentats de l’été et les délires sécuritaires auxquels ils ont donné lieu ont à nouveau déplacé le centre de gravité vers des thèmes morbides desquels rien de positif ne peut venir. Or pour moi, les privilèges de l’argent sont la cause de tous nos maux. De l’écosystème à la démocratie, l’argent détruit tout ! Voilà ce qu’il faut régler.

Nicolas Sarkozy vient d’annoncer sa candidature à la primaire de la droite en l’axant sur l’identité et l’autorité. Craignez-vous que 2017 soit monopolisée par ces thèmes ?

Oui. On connaît la recette : la peur et les surenchères sécuritaires. Pour le menu peuple, le potage quotidien de la haine des musulmans est servi ! Pour le reste, Sarkozy, c’est la retraite à 64 ans et la suppression de la durée hebdomadaire du travail, c’est-à-dire une barbarie sociale effrayante. La droite va vouloir charger le bulletin de vote de communautarisme, d’ethnicisme, de questions religieuses… Moi, je veux le charger en positif d’objectifs sociaux, écologiques et démocratiques.

Arnaud Montebourg a annoncé sa volonté de se présenter à la présidentielle, avec des propositions proches des vôtres. Cette concurrence vous contrarie ?

Non. Elle me réjouit plutôt. Aujourd’hui, la peur est le seul lien proposé aux Français. Quand surgissent les candidatures d’Hamon, Montebourg, Duflot, Lienemann et Filoche, cela élargit l’espace pour d’autres thèmes. La première chose que ces candidatures disent, c’est que Hollande a échoué. Elles prononcent des condamnations très sévères. Les mots de Montebourg ont été très durs. Quand vous en avez trois sur quatre qui parlent, comme moi, de VIe République, de sortir des traités européens, de transition écologique, ça améliore la crédibilité et l’écoute de mon programme. Ils travaillent pour moi.

Comment allez-vous parvenir à exister dans la période à venir, qui va être monopolisée par les primaires à droite et à gauche ?

L’aspect positif, c’est que je ne suis pas dans leurs magouilles. Mais, en effet, je pourrais me retrouver en apesanteur. Il faut avoir des nerfs et de la patience. Il faut tenir bon la ligne. Certes pour l’instant, ça papillonne. Mais la scène va bientôt se fixer. Qui sera vraiment candidat ? Si Montebourg s’inscrit dans la primaire socialiste, il retourne sur le papier tue-mouches. En dehors, il explose le PS, affaiblit Hollande et le centre droit. J’y gagne dans tous les cas. Je suis le bulletin de vote stable et sûr.

Souhaitez-vous toujours une alliance avec le PCF ?

Je n’ai pas l’intention de me priver de la participation des communistes. Beaucoup sont déjà là. Ils sont tous les bienvenus. Sous quelle forme ? La porte est ouverte. Mais je préviens : la présidentielle et les législatives, pour moi, c’est la même campagne. Or Pierre Laurent qualifie de « tripatouillage » l’idée d’un accord national. Il veut des alliances « au cas par cas ». 577 stratégies ? Absurde ! Mais je refuse de polémiquer avec la direction communiste.

Certains maires ont décidé d’interdire le « burkini ». Les soutenez-vous, comme Manuel Valls, dans ce choix ?

C’est clairement une provocation politique. Le burkini n’est pas une tenue religieuse et je doute que le prophète ait jamais donné la moindre consigne concernant les bains de mer. L’instrumentalisation communautariste du corps des femmes est odieuse. C’est un affichage militant. Mais quand on est l’objet d’une provocation, mieux vaut ne pas se précipiter dedans. Pourquoi faciliter le travail de ceux qui voudraient capter la représentation de l’islam ? La masse des musulmans est excédée par une histoire qui les ridiculise. Valls a eu tort d’en rajouter. Mais qui est dupe de ses indignations à géométrie variable ?

Au lendemain du Brexit, vous avez déclaré : « L’Europe, on la change ou on la quitte. » Une sortie de l’UE est-elle une solution à vos yeux ?

La solution, c’est de la changer pour répondre à nos besoins : plan A. Mais il faut être capable de la quitter pour pouvoir la changer : plan B. S’il n’y a pas de plan B, le plan A ne fonctionne jamais. Ce qui me distingue de beaucoup d’autres courants de gauche, c’est que dans mon esprit, la nation est un levier de la bataille européenne. La France est forte. Et la situation, absurde : les dogmes économiques et politiques de l’Europe à l’allemande ont tout bloqué. Et on nous propose de continuer ! Tout le monde sait qu’un nouveau traité est prévu pour 2017. Donc le choix du prochain président est un choix sur l’Europe. Je veux faire de la présidentielle un référendum sur les traités européens. La bonne attitude consiste-t-elle à s’entêter dans la nullité actuelle ou à essayer de changer à fond le cours des événements ?

Vous avez critiqué la gestion du dossier des réfugiés par Mme Merkel. L’immigration peut-elle être une chance pour la France ?

La question est piégée. A des moments oui et à d’autres non. Je n’ai jamais été pour la liberté d’installation, je ne vais pas commencer aujourd’hui. Est-ce que, s’il venait dix mille médecins s’installer en France, ce serait une chance ? Oui.

En somme, vous êtes favorable à une politique des quotas, en fonction des besoins ?

Parfois. Mais je le répète : quand les gens arrivent, il faut une politique humaine et les traiter dignement. C’est-à-dire les accueillir autrement que dans les conditions de la « jungle » de Calais. L’urgent est qu’ils n’aient plus besoin de partir de chez eux. Je suis pour la régularisation des travailleurs sans papiers mais pas pour le déménagement permanent du monde, ni pour les marchandises ni pour les êtres humains. Emigrer est une souffrance.

En juillet, vous avez été critiqué pour avoir parlé du « travailleur détaché, qui vole son pain aux travailleurs qui se trouvent sur place ». Regrettez-vous cette formule ?

C’est une mauvaise querelle qui m’a été faite en tronquant mon propos ! Quelle hypocrisie ! Du PS au FN, tous ont voté le nouveau statut de travailleur détaché. C’est inacceptable. Cela doit être abrogé. Tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, y prêtent la main ne peuvent aboutir qu’à semer la haine et la xénophobie. Cette mise en compétition de chacun contre tous détruit tous les liens sociaux et répand une souffrance croissante dans notre pays à tous les étages de la société. Murés dans la peur du lendemain, les cœurs se ferment. Si je devais résumer ma priorité, il s’agit de rendre plus humaine une société qui l’est toujours moins. Voilà le vrai enjeu de l’élection de 2017.
 

Par El Diablo.
 

SOURCE:

 

#Actualité politique

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #Politique

Les vases communicants ne font pas une baisse durable !

Le gouvernement va certainement crier à l’inversion de la courbe du chômage, en mettant en avant la très légère baisse de la catégorie A (- 0,5 % sur un mois et -0,1% sur 3 mois).
Mais, en regardant dans le détail, on constate d’abord que le chômage des plus de 50 ans n’en finit pas de progresser (encore 0,2 % en juillet et surtout plus 2,8 % sur un an).

De plus, les catégories B et C, celles des travailleurs précaires, celles des petits boulots de plus en plus court, ne cessent de progresser : en catégorie B (78h ou moins dans le mois) plus 2,3 % sur un mois, plus 1,8 % sur trois mois et plus 4% sur un an, tandis qu’en catégorie C, même progression de 0,8 % sur un mois, 3,1 % sur trois mois et 4,8% sur un an.

Ainsi, le chômage total des catégories A, B et C s’établit à 5 442 100 personnes, en hausse de 0,1 % sur un mois, 0,8% sur 3 mois et 0,7 % sur un an, soit 39 400 demandeurs d’emploi supplémentaires.

Enfin, la catégorie D des inscrits en formation augmente de 10,1% sur un an, traduction du plan d’urgence d’envoi en formation.

Même si le chômage ralentit sa progression, il n’est pas enrayé : il se crée surtout plus de précarité !

La CGT revendique une véritable politique de relance de l’emploi, par la réduction du temps de travail, l’augmentation des salaires et des pensions et la réorientation de la dépense publique des poches des actionnaires vers l’investissement. Tout ceci a contrario des politiques d’austérité du gouvernement et de son jeu de bonneteau autour des chiffres du chômage pour masquer la faible "création" d’emplois majoritairement précaires. Cette situation ne pourra qu’être renforcée par la loi travail si celle-ci n’est pas abrogée.

C’est tout le sens de la journée d’action du 15 septembre.

Montreuil, le 24 août 2016

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #Politique
MÉLENCHON au second tour de la PRÉSIDENTIELLE ? Faudrait-il pour cela que la « France insoumise » claque la porte de l'Union européenne... [par Jean Lévy]

Le choix de Jean-Luc Mélenchon:

Dans l'état de déshérence et d’exaspération dans laquelle se trouve notre peuple, il est urgent que celui-ci rencontre sur sa route un mouvement qui exprime clairement le bon choix à proposer aux Français : celui de l'indépendance nationale et de la souveraineté populaire. 

Et ces objectifs ne peuvent être atteints que si notre pays rompe les amarres avec l'Union européenne, structure mise en place par l'oligarchie financière, ses hommes de pouvoir et ses médias, pour finaliser son seul objectif : atteindre le niveau maximum de profits sur le dos des peuples. 

D'où la règle d'or de l'Ue : la libre circulation des capitaux, des hommes et des marchandises. Et ses conséquences : l'importation d'une main d'œuvre à bon marché, la liquidation de tous les droits sociaux, l'alignement sur Wall Street et ses hommes à la Maison Blanche et ceux du Pentagone. D'où le développement mortifère de l'industrie de guerre, première activité en Europe et en France, la plus juteuse pour ses commanditaires. 

Une candidature présidentielle, pour conquérir l'adhésion du peuple, doit dire à celui-ci toute la vérité. Celle qui dérange, celle qui rend furieux les médias du Capital.

Nul doute que sur cette analyse, une telle candidature n'aurait pas de concurrence ! 

Mais Jean-Luc Mélenchon veut-il être cet homme là ?

Par: Jean Lévy.

sur son blog:

© David Pauget : Les militants de la "caravane insoumise"

© David Pauget : Les militants de la "caravane insoumise"

La "caravane insoumise" débarque dans les quartiers lyonnais

 

Par: David Pauget.

La "caravane insoumise pour l’égalité et l’accès aux droits" s’installe dans la région lyonnaise jusqu’au 12 août afin d’aller à la rencontre des habitants des quartiers populaires. Elle est l’œuvre de la "France insoumise", mouvement citoyen initié par Jean-Luc Mélenchon, qui s’est déclaré candidat à l’élection présidentielle en février dernier.

La "caravane insoumise pour l’égalité et l’accès aux droits" est un dispositif lancé par la "France insoumise", mouvement citoyen et politique qui accompagne la candidature de Jean-Luc Mélenchon en vue des présidentielles. Depuis le 12 juillet jusqu’au 28 août, ses militants sillonnent la France et vont à la rencontre des habitants des quartiers populaires pour parler de l’accès aux droits, inciter à s’inscrire sur les listes électorales et également défendre la candidature de M. Mélenchon. La caravane est dans la région lyonnaise jusqu’au 12 août.

 

LIEN VERS LA SUITE DE L'ARTICLE CI-DESSOUS:

 

#Actualité politique

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #Politique
"ILS ONT TUÉ LA GAUCHE" : l'ancien conseiller de Myriam El Khomri DIT TOUT ! [Parution du livre le 24 août 2016]

Ils ont tué la gauche: Ils ont renoncé à faire ce pour quoi ils ont été élus : mener une politique de gauche. Peut-être parce qu’ils sont devenus de droite. Version naïve. Peut-être l’ont-ils toujours été. Version éclairée. Nos gouvernants ont cessé de faire de la politique. Ils gèrent le bien public, l’État, comme on dirige une entreprise. Il ne s’agit plus de rêver ou d’améliorer la vie des Français. L’heure est au pragmatisme, au « laisser faire, laisser passer », au libéralisme.
Fort de son expérience de conseiller stratégie de la ministre du Travail de septembre 2015 à février 2016, Pierre Jacquemain raconte comment la technocratie a pris le pouvoir sur le et la politique. En dévoilant les coulisses de la loi El Khomri, il nous montre une ministre dépossédée de ses prérogatives, récitant les éléments de langage de Matignon, reléguée au rôle de figurante et condamnée – parce qu’elle le veut bien – à porter une loi qu’elle n’a ni pensée, ni rédigée. Pas même négociée. Une loi faite par et pour des technocrates hors-sol dans une France paupérisée. 
Ils ont tué la politique. Ils ont tué la pensée. Ils ont tué la gauche.

Pierre Jacquemain est rédacteur en chef de la revue Regards. Diplômé d’un master de science politique, il a été le conseiller d’élu-e-s parisien-ne-s sous la mandature de Bertrand Delanoë avant de rejoindre la présidence de Radio France.

SOURCE:

Le livre qui peut gêner Myriam El Khomri

Elle n'est pas encore revenue de vacances et pourtant la rentrée de Myriam El Khomri s'annonce déjà compliquée. Car les amis d'aujourd'hui ne sont pas forcément ceux de demain. Le 24 août prochain, sortira "Ils ont tué la gauche" aux éditions Fayard.

Un ouvrage écrit par Pierre Jacquemain, qui a été de septembre 2015 à février 2016 son conseiller stratégie. Un homme de l'ombre désormais prêt à dire tout haut ce qu'il pensait tout bas. Ecoeuré par le débat sur la loi Travail, il ne devrait pas épargner la ministre pour qui il a travaillé, à en croire le descriptif de la publication : "Il nous montre une ministre dépossédée de ses prérogatives, récitant les éléments de langage de Matignon, reléguée au rôle de figurante et condamnée - parce qu'elle le veut bien - à porter une loi qu'elle n'a ni pensée, ni rédigée", peut-on lire. "C'est cette expérience désenchantée au cœur de la machine gouvernementale qui m'a donné l'envie d'écrire ce livre" , a expliqué Pierre Jacquemain dans les colonnes du JDD.

Car, Myriam El Khomri n'est pas la seule cible de l'auteur qui semble vouloir dénoncer le gouvernement tout entier et la politique menée par François Hollande et Manuel Valls: "Ils ont renoncé à faire ce pour quoi ils ont été élus : mener une politique de gauche. Peut-être parce qu'ils sont devenus de droite. Version naïve. Peut-être l'ont-ils toujours été. Version éclairée" , est-il écrit dans la présentation du livre. L'annonce d'un ouvrage qui sonne comme une potentielle bombe à retardement..

Par: El Diablo le Rouge.

SOURCE:

 

#Actualité politique

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #Politique
Jean-Luc Mélenchon (source: lejdd.fr)

Jean-Luc Mélenchon (source: lejdd.fr)

Pas Mélenchon, ah non ? Et qui alors ? Attendons que les médias vous le disent !

Mélenchon se la jouerait homme providentiel et sa candidature serait par la même à bannir. Vous êtes nombreux a estimer qu'il faudrait un homme ou une femme qui ne soit pas « providentiel ». Avez-vous tout compris de ce qu'est l'élection du Président de la République sous la Vème République ?

Pas Mélenchon : ah non ? Et qui alors ? Attendons que les médias vous le disent !

Accepterez-vous de réfléchir sur un point : sous cette république, comme sous toute dailleurs, pour en sortir, il faut prendre le pouvoir suivant les règles imposées, ou alors c'est le coup d’État. Même De Gaulle pour basculer la IVème, a tout de même mis un peu les formes, bien que ce fût, au final, une forme de coup d’État.

Hé oui, la médiatico-monarchie de la Vème République suppose que les candidatures ne soient pas seulement "légales", il faut qu'elles soient en plus légitimes, comme sous tout régime monarchique, celui qui prend le pouvoir doit avoir une forme de légitimité :

Et qui d'après vous construit la légitimité d'une candidature sous la 5ème ? Les partis institués avec le concours des médias. En prenant le parti, on devient chef de "famille ducale", donc Prince et donc légitime pour être fait roi.

Si dans une « famille » plusieurs « frères ennemis » prétendent devenir Prince, par la grâce des primaires, les médias sont alors sollicités par la famille et viennent à son secours, pour désigner celui qui sera légitime… parce que désigné par leurs sondages à eux. Voilà qui évite de se poser trop de questions de programme politique, les médias aimant mieux discourir sur la "personnalité" des candidats et leur capacité à faire vendre du papier ou de l'espace publicitaire, voire à faire le "buzz".

Je veux bien que la candidature de Melenchon gène certains aux entournures, et pour tout dire, si notre foutue Vème République autorisait l'émergence de mouvements nouveaux et donc de personnalités nouvelles, à l'instar de ce que les constitutions espagnoles et grecques rendent possible et ont permis, je serais assez partisan d'une candidature d'une femme, ou d'un homme, représentant ce nouveau mouvement.

Mais comment ne voyez-vous pas que c'est justement ce que la Vème interdit, avec de nos jours la complicité accrue des médias, et ce n'est pas un hasard, elle a été fabriqué pour ça, pour des hommes (ou femmes) providentiels, ou présentés comme tel par les médias, et pour interdire à toute force nouvelle d'émerger.

"Entre nous et les communistes, il n'y a rien" avait déclaré Malraux, se félicitant par avance que les institutions de la 5ème ne permettraient jamais l'arrivée au pouvoir des communistes : ainsi la droite gaulliste tiendrait le manche du pouvoir ad vitam æternam.

Vous aura t-il échappé que c'est l'effondrement du PCF et l'émergence d'un PS le dominant à gauche qui a changé la donne avec l'aide de la bataille interne à droite (Chirac contrant Giscard en 81) : le tout a permis une alternance, laquelle s'avéra d'ailleurs très vite ne pas être une réelle alternative aux politique libérales, loin s'en faut !

Ne voyez-vous pas que c'est le calcul de Hollande et de l'état major solférinien du PS ? Tout tient entre eux et le Front National. Un FN dominant à droite, le rêve pour des socialistes n'ayant que la volonté de tenir le pouvoir, quitte en faire la politique de la droite.

Ne voyez-vous pas comment une force politique , car il faut bien l'appeler ainsi, telle que le FN, même en prospérant sur l’incurie de la Vème et en flattant le fond de xénophobie, de racisme et de reste de colonialisme mal digéré par une part dramatiquement toujours importante de nos concitoyens, atteignant tout de même 1/3 des électeurs, que cette force n'est quasi pas représentée dans les organes de pouvoir de ce pays ? Le PCF lui était arrivé à presque 30% , mais avec une bien plus forte présence grâce aux régime parlementaire de la 4ème et son mode électoral.

La Vème a été conçue pour éviter notamment la « menace communiste » en instituant un régime bipolaire dans lequel une des polarités est considérée impossible.

Expliquez moi comment le courant que représente la France insoumise, et qui existe dans l'opinion tout autant qu'en Espagne ou en Grèce, ne peut émerger en France ? La réponse est dans les institutions de la Vème.

Pour sortir de ce système, il convient nécessairement, même si on peut le regretter, de se battre avec les armes que le système impose ? Un peu comme au judo, il faut, de plus, utiliser la force adverse pour le faire tomber. Il faut utiliser la force des médias opposants pour bousculer le système. Nous n'avons pas le choix des armes :  Ou alors choisir l'autre modalité, le coup d'état. Qui en veut ici ?

Seule une personnalité promue providentielle par les médias peut prendre la Vème pour la basculer.

Vous pouvez retourner les choses de tout les cotés, vous en reviendrez, hélas, toujours à ce désolant constat. Mais il faut faire avec cette réalité.

Si vous avez mieux que Mélenchon à nous proposer, personnellement je suis preneur, car je suis bien conscient que les médias vont le dézinguer un max, avec le concours "d'amis", comme certains ici,... les médias en auront la tâche facilitée

« Je voudrais être le dernier président de la 5e République et rentrer chez moi sitôt qu’une Assemblée constituante, élue pour changer de fond en comble la Constitution, ait aboli la monarchie présidentielle et restauré le pouvoir de l’initiative populaire. La VIème République commencera et ce sera une refondation de la France elle-même. »

L'homme providentiel qui annonce se retirer dès qu'il a changé les institutions, pour notamment nous débarrasser de la nécessité de passer par un homme providentiel, je prends : il n'y en a pas tant que ça !

Mais dites moi, à supposer qu'un autre que Melenchon montre son nez avec autant de talent pour affronter la meute médiatique et arriver à la tenir en respect, croyez-vous que les dits médias lui feraient un cadeau ? Ho si bien sûr, le temps de s'appuyer sur lui pour dézinguer Mélenchon, et ce travail fait… ce serait à son tour de se faire dézinguer.

Et les primaires ? alors rien de mieux que les médias pour jouer ce jeu de massacre et de promotion d'hommes providentiels. Par sondages, on vous dit quel est le candidat à présenter, en dehors de toute question de programme, et puis, ceci fait, on les démolit au besoin, ou au contraire, on les rend « providentiels».

M. Hollande fut présenté comme providentiel, quand DSK ne pouvait plus tenir ce rôle, pour en tenir un autre tout aussi juteux pour la presse d'ailleurs: Hollande vendu " homme providentiellement normal" afin de nous débarrasser de l'agité Sarko.

Et souvenez-vous de 2007 : Royal été la chouchou providentielle des médias pour les primaires socialistes, la candidate providentielle qui pouvait terrasser Sarko, et du coup les socialistes, qui se croyaient en train de jouer au tiercé, se sont basés sur les pronostics médiatiques pour en faire leur candidate. C'était au dire des médias  et d'après leurs sondages, la seule des candidats au primaires capable de battre Sarko, alors pourquoi auraient-ils voté pour un autre de nos rusé socialistes ?

Les primaires ne servent qu'à faire devenir réalité les sondages bricolés par les médias.

Ceci fait, dès qu'elle fut désignée candidate, les sondages ont subitement "constaté" qu'elle serait battue par Sarko. Ah bon!

Mélenchon vous gène ? alors des noms SVP !
J'attends des noms et  je suis sûr que je ne suis pas le seul à vous attendre à ce tournant là.

Par: MGarand

Citoyen ordinaire

 

SOURCE:

 

#Tribune libre

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #Politique

L’ex-président de la République s’est quasiment déclaré candidat dans Valeurs actuelles. En pleine fuite en avant virile et binaire, il vend « la guerre partout », tance le voile, les cantines scolaires et le droit du sol.

Le visage de Nicolas Sarkozy occupe totalement l’espace de la une de Valeurs actuelles du 11 août, avec ce titre : « Confidences avant la bataille ». Sans surprise, les propos tenus dans l’entretien accordé sont avant tout ceux d’un futur candidat à la candidature pour « Les Républicains », capable du pire pour exister en vue de la présidentielle de 2017, jusqu’à naviguer dans des eaux troubles où la droite ferait bien de ne jamais retourner car elle s’y est toujours perdue.

L’ancien hôte de l’Élysée y déclare : « Je sens la République suffoquer », mais ne propose par la suite rien d’autre que toujours plus de kérosène sur le feu. « En vingt mois, il y a eu 237 Français assassinés. Ils le sont parce que les barbares qui nous attaquent croient que nous sommes faibles. Voilà la vérité. Et donc ils se déchaînent. Cette situation est insupportable », lance-t-il, lors d’un long passage consacré au terrorisme. Considérant que « la France vulnérable, ce n’est pas la France », il s’enfonce dans une posture virile et guerrière : « La guerre nous a été déclarée. La guerre. La France doit être impitoyable, elle doit faire changer la peur de côté. »

Puis vient le dérapage, tellement à la mode chez les candidats, en France comme outre-Atlantique :

« La guerre devra être menée par la République, partout, tout le temps, avec une détermination totale », assène-t-il. Partout ? Tout le temps ? Quel beau programme. Nicolas Sarkozy affirme qu’il y a « une guerre extérieure et une guerre intérieure ». « Pour gagner la guerre extérieure, il faudra se réconcilier avec les Russes, et convaincre nos partenaires arabes d’envoyer des troupes au sol, car une guerre ne se gagne pas seulement à 10 000 mètres d’altitude. Sur le front intérieur, enfin, il faut une reprise en main. Il doit y avoir une réponse politique qui dépasse l’indispensable riposte pénale et les mesures de sécurité à mettre en place. »

Une réponse politique ? Du fond ? Des propositions concrètes qui élèvent le débat ? Suspense. Selon le candidat, la réponse politique « doit obéir à une stratégie simple : la République ne reculera plus sur rien ». Nicolas Sarkozy souhaite-t-il rassembler dans la liberté, l’égalité, la fraternité, panser les plaies, développer la justice sociale, le vivre-ensemble et prévenir, travailler en amont pour s’attaquer à toutes les origines du terrorisme ? En aucune façon. Quand il parle de ne plus reculer, voici son développement : « Cela implique d’interdire les expressions communautaires dans les entreprises, le voile à l’université comme dans l’entreprise et les menus de substitution dans les cantines scolaires. » Le voile et les cantines scolaires… La réponse politique face au terrorisme, pour Nicolas Sarkozy, c’est donc de cibler grossièrement l’islam, d’amalgamer les musulmans au terrorisme et de développer des solutions bêtes et méchantes. En bref, la stratégie du grand fourre-tout, puis du grand détournement en agitant les craintes sans proposer aucune solution concrète.

Le problème avec Sarkozy, c’est toujours l’autre...

Autre exemple dans le genre ridicule et dangereux ? Nicolas Sarkozy souhaite une « modification assez substantielle » du droit du sol. « Je veux qu’on le garde, mais pas de manière automatique. Il faudra créer une présomption de nationalité, permettant de ne pas attribuer la nationalité à quelqu’un qui aurait un casier judiciaire à sa majorité, ou dont on pourrait prouver que ses parents étaient en situation irrégulière au moment de la naissance. » Comme si l’obtention de la nationalité était un des problèmes numéro un en France, comme si ceux qui ne l’ont pas par le sang pouvaient en être indignes…Le problème avec Nicolas Sarkozy, c’est toujours l’autre. La réponse, c’est toujours la stigmatisation et la pseudo-force. Tout est si simple et si binaire dans ce monde imaginaire que ça en devient terriblement idiot, injuste et nocif. Mais, une chose est sûre, la campagne va puer sévère. Elle pue déjà.

 
Par: Aurélien Soucheyre et l'Humanité.

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #Politique

L’attentat de Nice sur la Promenade des Anglais le 14 juillet est le carnage de trop, il sonne le tocsin. Non, rien ne peut plus être comme avant. Nous ne pouvons plus continuer à vivre comme si de rien n’était. Nous avons tous pris conscience que le pire est peut-être devant nous. C’est le sentiment qui prédomine au lendemain de cette tragédie.

Ces massacres, au nom de la haine de la France, doivent de toute urgence, déboucher sur une mobilisation de la Nation tout entière. Un diagnostic vital reste à réaliser. Il s’impose avec force aux autorités du pays.

Nous avons l’intime conviction que notre société renferme des germes de guerre civile. Le terreau est favorable au terrorisme qui lui-même est lié aux trafics de drogue, aux mafias et à la misère endémique. Oui, je le dis et le redis haut et fort, la France est gangrenée par l’islamisme.  Un débat démocratique s’impose plus que jamais avec une exigence de dignité républicaine pour toute la classe politique. Le moment est venu d’ébranler nos certitudes ainsi que nos dérisoires et ridicules querelles politiciennes.
La réponse doit contenir les moyens sans précédent que nous devons consacrer pour réduire les risques d’attentats sur notre territoire, dans les années à venir. Car, nous le savons, l’ennemi est immergé au sein de la population de nos villes. C’est bien là le dilemme national auquel nous devons faire face. Il nous impose de le placer en tête de toutes nos priorités.

Peur et exaspération face à l’impuissance et l’hypocrisie peuvent conduire à des violences et à l’éclatement de la communauté nationale.

De l’audace, du courage politique et de la fermeté, c’est ce qu’attendent les français. L’impératif du retour à l’autorité régalienne de l’État est à l’ordre du jour : ne rien laisser passer, tolérance zéro, ça va des incivilités aux actes criminels, au non-respect de la loi dans tous les lieux et pour tous les domaines.

Nous croyons que la République nous appelle parce que nous avons mal à la France. C’est le moteur essentiel pour ressouder tout le pays. L’identité de la France est notre combat républicain d’aujourd’hui. C’est notre combat vital.

Les Citoyens 18.

#Tribune libre

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #Politique

source: 20minutes.fr

source: 20minutes.fr

Au lendemain de l'attentat de Nice, le pouvoir PS a tenté d'abord d'expliquer, par la soudaineté de l'acte,  l'impossibilité de le prévoir et de l'anticiper.

Première version : l'auteur est un petit délinquant franco-tunisien violent,  peu impliqué dans la religion, donc indétectable par les services de sécurité.

Ce qui explique qu'il ne soit pas "fiché" S.

Deuxième version : l'acte a été préparé : le camion loué, des repérages opérés. Donc, ce n'est plus "un coup de folie" accompli par un esprit dérangé. 

Troisième version : l'auteur du carnage s'est converti à l'islam radical en un temps extrêmement court, ce qui explique son non repérage par les "services". 

Quatrième version : le camionneur préparait son coup depuis des semaines...Ce qui prouve la maturation de l'attentat, revendiqué par EI, plus de deux jours après celui-ci. Et la découverte d'éventuels complices mis en examen...

Ces récits successifs visent, à chaque moment de l'enquête, à prouver à l'opinion publique qu'il n'y a pas eu carence de l'Etat face à un acte isolé d'un individu isolé et ensuite, qu'il s'agit bien d'un attentat terroriste justifiant la prolongation de l'état de siège de six mois.

S'ajoute à ces versions successives sur la personnalité du tueur,  la polémique déclenchée entre le gouvernement et "Les Républicains" sur les mesures policières préventives mises en oeuvre par les autorités de l'Etat  et celles, locales, de la municipalité. Ces dernières  visent le préfet et le ministre de l'Intérieur, qui n'auraient prévu de dispositif policier conséquent et donc suffisant,  pour empêcher l'attentat au niveau de l'accès à la Promenade des Anglais.Et Bernard Cazeneuve de répliquer à cet assertion, qu'une dizaine d'agents de la police nationale formait bien le barrage prévu conjointement.

Sans intervenir dans cette querelle de chiffres opposant Christian Estrosi, le président de la région PACA et adjoint au maire de Nice aux allégations ministérielles, signalons les huées des supporters de ce dernier à l'encontre du ministre PS de l'Intérieur,  alors que le parti de celui-ci avait appelé les électeurs socialistes à élire le président "Les Républicains" à la tête de la région...

Notons simplement qu'en matière de "sécurité", Bernard Cazeneuve est moins chiche d'effectifs quand il s'agit "d'encadrer" les manifestations syndicales, d'en interdire l'accès à nombre de ses participants par des cohortes de CRS et de gendarmes sur pied de guerre...

Mais peut être le gouvernement considère que l'action revendicative relève d'un terrorisme plus dangereux que l'Etat Islamique ...

Par: Jean Lévy.

 

 

#Tribune libre

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #Politique
Le SERVICE PUBLIC du transport aérien bradé par le gouvernement "socialiste"

Le gouvernement socialiste de Hollande brade le service public du transport aérien au profit des grands groupes capitalistes.  C'est l'ensemble des grands aéroports de province qu'il veut privatiser (cf. Communistes Hebdo n° 460 et 463).

Après avoir récemment cédé l'aéroport de Toulouse-Blagnac  à un groupe chinois associé à un fonds d’investissement hongkongais, c'est maintenant les aéroports de Nice et de Lyon qui vont passer aux mains du privé. Après suivront Bordeaux-Mérignac, Montpellier, Marseille, Bâle-Mulhouse, Strasbourg-Entzheim, qui s'ajouteront à la liste des aéroports déjà gérés par des concessionnaires privés (Grenoble, Chambéry, Clermont- Ferrand, Quimper, etc.).

Ce ne sont pas seulement les capitalistes chinois qui sont intéressés par ces concessions juteuses des aéroports, ils ont un grand rival : Vinci Airports  qui emploie 190 000 salariés, qui gère 34 aéroports dans le monde, dont 12 en France (il convoite Nice et Lyon), 10 au Portugal, 3 au Cambodge, 1 au Chili, 2 au Japon et 6 en République dominicaine...

Chaque privatisation se traduit par la dégradation des conditions de travail, par des baisses de salaires, des suppressions d'emplois, par un recours massif à la sous-traitance, par la généralisation de la politique low-cost dans la gestion du secteur aéroportuaire.

Pour les entreprises capitalistes concessionnaires c'est l'explosion des bénéfices qui sont grossis par les activités commerciales. Les revenus des boutiques représentent 40 % en moyenne du chiffre d’affaires, auxquels il faut aussi ajouter 10 % générés par les parkings. Soit autant que les redevances aéroportuaires...

Cette politique de pillage systématique du service public offert à bas prix à des sociétés privées concerne tous les transports qu'ils soient aériens, maritimes, ferrés, routiers. La liquidation de la SNCM montre de manière éclatante le  comportement  des entreprises capitalistes avec la complicité du gouvernement à leur service pour surexploiter les travailleurs et  augmenter leurs profits.

Depuis la vente de la SNCM (cf. Communistes Hebdo n°361, 405, 432), l'entreprise low-cost Corsica Ferries "a établi un maillage inter-îles qui rayonne sur toute la méditerranée occidentale" et détient 77% des parts de marché du trafic vers la Corse... tandis que la part de marché de Corsica Linea, ex-SNCM, s'est effondrée de trois fois sa valeur et ne représente plus aujourd'hui que 12% !!! Ce qui n'effraie pas Corsica Linea née d'une magouille entre Patrick Rocca, repreneur désigné par le tribunal  de Marseille, et le consortium Corsica Maritima  qui n'avait pas été retenu. Quelques semaines à peine après avoir été désigné repreneur  Patrick Rocca cède ses parts à Corsica Maritima et Corsica Linea est créée... Son objectif : avoir une compagnie navigant sous pavillon international qui permet le recours à des contrats de travail au plus bas niveau et à des emploi de travailleurs extra communautaires. C'est tout simplement ce que la loi travail veut généraliser.

Le service public nous appartient, il a été financé par les travailleurs depuis plusieurs générations. Ce n'est que par la lutte qu'on reprendra les richesses que les capitalistes  nous volent.

 

SOURCE:

 

#Actualité politique

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog