Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
citoyen18.overblog.com

La porte à gauche. Jean FERRAT a chanté que certains prétendent que le bonheur était à la porte à droite. Aujourd’hui est-il à la porte à gauche ? Oui ! mais à la condition de secouer le cocotier de la pensée convenu ! Ce petit blog crée à l’initiative de quelques militants communistes de Vierzon n’a d’autres ambitions que de donner aux citoyens un support pour s’exprimer librement sur les sujets politiques, sociaux ou culturels d’actualité du local à l’international, qui s’émancipe des discours convenus, des lignes officielles décidées par quelques notables de la politique, aux doubles langages, aux bonimenteurs de vraies fausses solutions et qui cultivent la résignation. Déverrouillez les débats et enfoncez la porte à droite (….ou à gauche ?) Les seules limites, car il en faut, à notre liberté : Celle du respect des personnes, le souci de la vérité et de faire vivre le débat. Ainsi seront exclus tous messages comprenant des insultes ou diffamations visant une (des) personne(s), seront exclues, s’ils sont avérées, des informations mensongères ou rumeur infondées. Chacun pourra également participer au débat juste et loyal en signalant un abus de cette nature. Les productions de ces abus seront retirés et l’auteur exclu du blog.

Pouvoir d’achat des retraités: la prévision d’inflation retenue laisse perplexe.

Pouvoir d’achat des retraités, accès aux soins, financement de la perte d’autonomie.

Les pensions et retraites seront revalorisées de 1,3% au 1er avril 2013. Ce chiffre comprend l'inflation prévisionnelle pour 2013 établie par la commission économique de la nation à 1,2%, et le rattrapage de 0,1% au titre de l'année 2012.

N'oublions pas que la nouvelle taxe (CASA) de 0,3% s'appliquera à la même date pour tous les retraités imposables.

La prévision d'inflation retenue laisse perplexe.

La commission économique de la nation vient-elle d'inventer la «désindexation de l'inflation» ? Les partenaires sociaux ont négocié récemment la revalorisation des retraites complémentaires ARGIC- ARRCO sur la base d'une perspective d'inflation de 1,75% établie par la Sécurité Sociale, le projet de budget est établi sur la base d'une inflation de 1,8%. 0,5% se sont évaporés depuis. La conséquence est immédiate pour les retraités. Il aurait fallu au moins une augmentation de 1.7%, mais qui ne compenseraient pas la nouvelle taxe CASA, et l’augmentation de la fiscalité, conséquence du maintien des bases d’imposition sur le revenu, qui pose vraiment problème. Beaucoup de retraités vont se retrouver imposés dans la tranche supérieure, et plus grave, nombre de ceux qui avaient moins de 100 euros d’imposition vont passer cette barre, avec comme conséquence la non exonération de la taxe d’habitation, de la taxe foncière et audiovisuelle. Cette paupérisation des retraités, et notamment des basses retraites, est un des points majeurs qui nous mobilise.Car pour eux, les dépenses contraintes (santé, énergie, etc, secteurs qui ont considérablement augmenté) sont plus importantes que pour les autres catégories de population.

Par ailleurs, le président de la République s’était engagé à régler la question du financement de la perte d’autonomie en 2013 dans le cadre de la solidarité nationale, donc de la sécurité sociale. Or, dans une de ses dernières interventions, s’il évoque bien la solidarité, il parle également de «responsabilité individuelle». Traduction : le recours aux assurances privées et donc la marchandisation d’un secteur qui relève de notre point de vue de la santé et de la sécurité sociale. Charité nationale pour les plus pauvres, et pour les autres ??? Les familles ? Le fait que Luc Broussy, ex délégué général du syndicat national des maisons de retraite privées, soit auteur du rapport «Pour une prise en charge solidaire et pérenne du risque dépendance», nous inquiète plus encore.

Quand à l’accès aux soins, l’accord sur les dépassements d’honoraires les justifie, officialisant du même coup une médecine à deux vitesses.

Nous avons écrit aux parlementaires, rencontré les sénateurs, à qui nous avons exposé nos inquiétudes. Ils ont pris note de nos arguments pour interpeller le gouvernement et alimenter leur travail au Sénat. S’ils partagent assez bien nos analyses, ils ne nous paraissent pas en mesure de faire beaucoup évoluer les choses. Ils sont notamment partisans d’une réforme fiscale ambitieuse de nature à résoudre la question des moyens... mais nous ne la voyons pas arriver ! Nous avons également abordé avec Mme. TOURENNE la question de l’installation des médecins en milieu rural, dont on comprend mal la fixation sur des positions individualistes libérales. Concernant les déserts médicaux, nous serions pour plus de coercition vis-à-vis des médecins vers un engagement de service public.
 

Les décisions qui sont prises actuellement n’ont rien de rassurant pour l’avenir : prenons l’ANI sur la compétitivité et l’emploi que le gouvernement risque de signer tel quel. Ce sont les cotisations des actifs qui font les pensions des retraités. Si les actifs sont plus précaires, et s’il y a plus de chômage, il y aura moins de cotisants, donc moins de cotisations, encore plus de difficultés pour payer les pensions... et la réforme à venir sur les retraites risque d’être encore aggravée ! Nous sommes dans un système de répartition solidaire : tout est lié !

Par Pierre Leymarie

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article