Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
citoyen18.overblog.com

La porte à gauche. Jean FERRAT a chanté que certains prétendent que le bonheur était à la porte à droite. Aujourd’hui est-il à la porte à gauche ? Oui ! mais à la condition de secouer le cocotier de la pensée convenu ! Ce petit blog crée à l’initiative de quelques militants communistes de Vierzon n’a d’autres ambitions que de donner aux citoyens un support pour s’exprimer librement sur les sujets politiques, sociaux ou culturels d’actualité du local à l’international, qui s’émancipe des discours convenus, des lignes officielles décidées par quelques notables de la politique, aux doubles langages, aux bonimenteurs de vraies fausses solutions et qui cultivent la résignation. Déverrouillez les débats et enfoncez la porte à droite (….ou à gauche ?) Les seules limites, car il en faut, à notre liberté : Celle du respect des personnes, le souci de la vérité et de faire vivre le débat. Ainsi seront exclus tous messages comprenant des insultes ou diffamations visant une (des) personne(s), seront exclues, s’ils sont avérées, des informations mensongères ou rumeur infondées. Chacun pourra également participer au débat juste et loyal en signalant un abus de cette nature. Les productions de ces abus seront retirés et l’auteur exclu du blog.

Les amendements de Marion Maréchal Le Pen : la finance d’abord !

Les amendements de Marion Maréchal Le Pen : la finance d’abord !

« La finance n’a pas de visage » parait-il ? Faux. A l’Assemblée nationale, il en a plusieurs, dont celui de Marion Maréchal - Le Pen, députée et membre du Bureau politique du Front national.

A l’occasion de la discussion, ce jour, de la proposition de Loi « Pour l’interdiction des licenciements boursiers » initiée par le groupe Front de Gauche, Marion Maréchal Le Pen a déposé neuf amendements dont chacun est directement inspirés par la finance et le monde des affaires.

Elle propose par exemple de maintenir la possibilité de licencier dans les entreprises non-cotées ayant été achetées selon le mécanisme LBO, (Levereged Buy-Out), bien connu pour avoir l’effet de donner tout pouvoir à la finance plutôt qu’aux productifs au sein d’une entreprise (cf. son amendement n°10 )

Selon elle, « Dans ce schéma [LBO], le versement et la remontée des dividendes est une condition de la viabilité du montage, en finançant le rachat de la cible par la holding qui a contracté l’emprunt. Il n’est donc pas souhaitable d’en faire un élément présumant que les licenciements économiques sont sans cause réelle et sérieuse ».

Concrètement, s’il faut choisir entre maintenir des emplois en France ou payer les dividendes à la holding, Marion « Parisot-Le Pen » préfère payer les dividendes à la holding. Ce type d’amendement est rédigé d’une plume directement trempée dans l’encre du Medef.

Honte à la députée Le Pen qui préfère défendre les intérêts de la finance, plutôt que ceux des salariés. Honte aussi à tous ceux qui répètent, sans jamais vérifier ce que propose le FN, que ce parti d’extrême droite serait « social ».

A l’Assemblée nationale, Marion Maréchal- Le Pen c’est « la finance d’abord » !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article