Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
citoyen18.overblog.com

La porte à gauche. Jean FERRAT a chanté que certains prétendent que le bonheur était à la porte à droite. Aujourd’hui est-il à la porte à gauche ? Oui ! mais à la condition de secouer le cocotier de la pensée convenu ! Ce petit blog crée à l’initiative de quelques militants communistes de Vierzon n’a d’autres ambitions que de donner aux citoyens un support pour s’exprimer librement sur les sujets politiques, sociaux ou culturels d’actualité du local à l’international, qui s’émancipe des discours convenus, des lignes officielles décidées par quelques notables de la politique, aux doubles langages, aux bonimenteurs de vraies fausses solutions et qui cultivent la résignation. Déverrouillez les débats et enfoncez la porte à droite (….ou à gauche ?) Les seules limites, car il en faut, à notre liberté : Celle du respect des personnes, le souci de la vérité et de faire vivre le débat. Ainsi seront exclus tous messages comprenant des insultes ou diffamations visant une (des) personne(s), seront exclues, s’ils sont avérées, des informations mensongères ou rumeur infondées. Chacun pourra également participer au débat juste et loyal en signalant un abus de cette nature. Les productions de ces abus seront retirés et l’auteur exclu du blog.

La rançon de l’austérité : baisse historique du pouvoir d'achat.

Baisse du pouvoir d’achat des Français pour la première fois depuis près de 30 ans, hausse en continue du chômage et casse sociale, ce sont les indicateurs d’une mauvaise politique, d’une logique d’austérité qui empêche toute forme de croissance. Et les prévisions de croissance pour 2013 et 2014 sont tout aussi sombres.
La rançon de l’austérité : baisse historique du pouvoir d'achat
Il s'agit du "premier recul depuis 1984" du pouvoir d’achat des Français, quand il avait fléchi de 1,1%, explique l'Insee dans ses comptes nationaux trimestriels publiés mercredi. L'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) estime ainsi que le pouvoir d’achat a baissé de 0,8% au quatrième trimestre 2012, et de 0,4% sur l'année.
En cause: la contribution exceptionnelle sur la fortune et les réévaluations liées au gel du barème de l'impôt sur le revenu (qui entraîne son augmentation générale). Cela reste donc pour l’instant les plus aisés qui trinquent, entrainant statistiquement un contrecoup mécanique sur les statistiques. Et encore ces chiffres de l’Insee ne prennent pas en compte la baisse de pouvoir d’achat qui frappera des millions de retraités suite à la désindexation des hausses de pensions sur l’inflation, qui adviendra le 1er avril prochain.

Concrètement, cette baisse de pouvoir d’achat se traduit par "un léger recul de la consommation en 2012" (-0,1%), assure M. Ouvrard, chef de la division synthèse conjoncturelle de l'Insee même si celle-ci se maintient car les Français puisent dans leur épargne. L’institut envisage néanmoins un rebond de 0,6% du pouvoir d’achat au premier trimestre 2013, puis un léger repli de 0,1% au deuxième trimestre.

 

La rançon de l’austérité : baisse historique du pouvoir d'achat

"Il est possible et urgent de faire autrement"

"Hausse du chômage, baisse du pouvoir d'achat, croissance nulle... Et si on changeait de politique" se demande le PCF. Et Olivier Dartigolles avance cinq propositions de directions à prendre pour inverser la spirale régressive :

« Face à la « flexicurité », avançons la lutte pour une sécurisation de l'emploi et de la formation construite sur la conquête de nouveaux pouvoirs des salariés et une expansion de la dépense de formation ;

Face à la baisse du « coût du travail », travaillons à la baisse du coût du capital, plutôt que la baisse des « charges sociales » optons pour celle des charges financières du crédit aux entreprises, avec la lutte pour un Pôle financier public et un nouveau crédit sélectif pour les investissements créateurs d'emplois et de formations ;

Face au pacte budgétaire (TSCG), opposons la lutte pour le financement d'une relance massive des services publics grâce à la création monétaire de la BCE, via un Fonds social, solidaire et écologique de développement européen et une réforme radicale de fiscalité ;

Face à l'augmentation de la CSG, obtenons une refonte des prélèvements obligatoires notamment par une nouvelle fiscalité incitatives à l'essor de l'emploi, des qualifications, des salaires et pénalisant et placements financiers ;

Face aux privatisations, engageons la lutte pour une nouvelle maîtrise sociale des entreprises publiques et la promotion de Pôles publics d'impulsion et de coopération favorisant un redressement des filières industrielles et de service. »

Pour la CGT, qui insiste sur l’augmentation continue du nombre de chômeurs depuis 22 mois, il est également plus que temps de changer : "Les mêmes causes produisant les mêmes effets, seul un changement radical des politiques économiques et sociales permettra d’inverser la tendance. C’est tout le sens des propositions de la CGT pour une politique industrielle ambitieuse, le développement des services publics, la relance de l’activité et la création d’emplois."

Par Citoyen 18.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article