Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
citoyen18.overblog.com

La porte à gauche. Jean FERRAT a chanté que certains prétendent que le bonheur était à la porte à droite. Aujourd’hui est-il à la porte à gauche ? Oui ! mais à la condition de secouer le cocotier de la pensée convenu ! Ce petit blog crée à l’initiative de quelques militants communistes de Vierzon n’a d’autres ambitions que de donner aux citoyens un support pour s’exprimer librement sur les sujets politiques, sociaux ou culturels d’actualité du local à l’international, qui s’émancipe des discours convenus, des lignes officielles décidées par quelques notables de la politique, aux doubles langages, aux bonimenteurs de vraies fausses solutions et qui cultivent la résignation. Déverrouillez les débats et enfoncez la porte à droite (….ou à gauche ?) Les seules limites, car il en faut, à notre liberté : Celle du respect des personnes, le souci de la vérité et de faire vivre le débat. Ainsi seront exclus tous messages comprenant des insultes ou diffamations visant une (des) personne(s), seront exclues, s’ils sont avérées, des informations mensongères ou rumeur infondées. Chacun pourra également participer au débat juste et loyal en signalant un abus de cette nature. Les productions de ces abus seront retirés et l’auteur exclu du blog.

Jean-Noël Guérini : "Si je parlais, certains ne seraient plus ministres"

"Que tous se rassurent, je n'ai pas de haine." Ce sont pourtant des menaces que Jean-Noël Guérini profère à l'égard de certains membres du gouvernement dans une interview au JDD (article sur abonnement), dimanche 24 février. "Si je parlais, certains ne seraient plus ministres", lâche le sénateur socialiste, mis en examen dans une affaire de marchés publics supposée frauduleuse et bientôt convoqué chez le juge. 

L'immunité parlementaire de Jean-Noël Guérini a été levée fin 2012Même s'il a officiellement quitté le parti, il siège toujours au groupe PS au Sénat. La justice cherche à savoir si le sénateur est intervenu en faveur de son frère, Alexandre, patron de décharges, dans l'attribution de marchés publics pour le ramassage et le traitement de déchets dans le département. 

"Mon dossier est instruit à charge et les médias l'instrumentalisent. J'ai le sentiment d'avoir déjà été condamné, explique-t-il au JDDLe moment venu, je donnerai 'ma part de vérité', sans doute dans un livre. Tout ce que j'avancerai sera alors étayé par des preuves." Et Jean-Noël Guérini d'insister : "Je sais que je suis innocent et que je n'ai jamais touché un centime."

Francetv info

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article