Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
citoyen18.overblog.com

La porte à gauche. Jean FERRAT a chanté que certains prétendent que le bonheur était à la porte à droite. Aujourd’hui est-il à la porte à gauche ? Oui ! mais à la condition de secouer le cocotier de la pensée convenu ! Ce petit blog crée à l’initiative de quelques militants communistes de Vierzon n’a d’autres ambitions que de donner aux citoyens un support pour s’exprimer librement sur les sujets politiques, sociaux ou culturels d’actualité du local à l’international, qui s’émancipe des discours convenus, des lignes officielles décidées par quelques notables de la politique, aux doubles langages, aux bonimenteurs de vraies fausses solutions et qui cultivent la résignation. Déverrouillez les débats et enfoncez la porte à droite (….ou à gauche ?) Les seules limites, car il en faut, à notre liberté : Celle du respect des personnes, le souci de la vérité et de faire vivre le débat. Ainsi seront exclus tous messages comprenant des insultes ou diffamations visant une (des) personne(s), seront exclues, s’ils sont avérées, des informations mensongères ou rumeur infondées. Chacun pourra également participer au débat juste et loyal en signalant un abus de cette nature. Les productions de ces abus seront retirés et l’auteur exclu du blog.

IL Y A 10 ANS, LE 24 JANVIER 2003, DISPARAISSAIT HENRI KRASUCKI.

IL Y A 10 ANS, LE 24 JANVIER 2003, DISPARAISSAIT HENRI KRASUCKI.

Henoch Krasucki est né le 2 septembre 1924, à Wolomin, près de Varsovie. Il a deux ans lorsque ses parents, juifs et communistes, émigrent à Paris. Il changera de prénom et s’appellera désormais Henri.

Membre actif de la jeunesse communiste, à 16 ans, il entre dans la Résistance et va animer la section juive des jeunes résistants communistes et francs-tireurs partisans de la MOI

Il est arrêté par la police française en 1943, torturé, livré aux allemands et déporté deux ans plus tard à Auschwitz puis à Buchenwald. Grâce au réseau communiste des camps de concentration, il est affecté dans une mine de charbon où il travaille 16 heures par jour, avec la faim au ventre, les coups, la peur d’être malade signifiant la mort, et échappe ainsi de peu à l’extermination. Il ne reverra jamais son père, Isaac, également déporté, qui sera gazé dès son arrivée en camp de concentration.

De retour de déportation, Henri Krasucki va acquérir la nationalité française et intègrera une formation professionnelle. Très vite, il succèdera à Georges Séguy à la tête de la CGT.

Je veux rendre hommage à Henri Krasucki, ancien dirigeant de la puissante centrale syndicale de 1982 à 1992, qui a donné sa vie en faveur du dialogue social. Homme sobre, travailleur, cultivé, fou d'opéra, polyglotte et admirateur de Paul Eluard, il détenait une véritable popularité. Il était aussi connu et reconnu pour ses qualités humaines et comme un puissant négociateur. Militant dévoué, Henri Krasucki était avant tout, un acteur principal du dialogue social qui avait à cœur d’œuvrer en faveur de l’intérêt général.

Par Michèle PICARD, Maire de Vénissieux.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article