Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
citoyen18.overblog.com

La porte à gauche. Jean FERRAT a chanté que certains prétendent que le bonheur était à la porte à droite. Aujourd’hui est-il à la porte à gauche ? Oui ! mais à la condition de secouer le cocotier de la pensée convenu ! Ce petit blog crée à l’initiative de quelques militants communistes de Vierzon n’a d’autres ambitions que de donner aux citoyens un support pour s’exprimer librement sur les sujets politiques, sociaux ou culturels d’actualité du local à l’international, qui s’émancipe des discours convenus, des lignes officielles décidées par quelques notables de la politique, aux doubles langages, aux bonimenteurs de vraies fausses solutions et qui cultivent la résignation. Déverrouillez les débats et enfoncez la porte à droite (….ou à gauche ?) Les seules limites, car il en faut, à notre liberté : Celle du respect des personnes, le souci de la vérité et de faire vivre le débat. Ainsi seront exclus tous messages comprenant des insultes ou diffamations visant une (des) personne(s), seront exclues, s’ils sont avérées, des informations mensongères ou rumeur infondées. Chacun pourra également participer au débat juste et loyal en signalant un abus de cette nature. Les productions de ces abus seront retirés et l’auteur exclu du blog.

Contre la loi scélérate PS-MEDEF-CFDT : Tous ensemble pour un grand 1er Mai 2013.

La situation s'aggrave très vite. Rarement les salariés n'ont vu leurs droits remis en cause à ce point. La loi dite ANI votée par l’Assemblée Nationale permet entre autre au patronat de diminuer les salaires, d'allonger le temps de travail, de licencier.

L'exploitation des salariés sans limite devient un droit. Les patrons se justifieraient par des « difficultés » économiques ? On voit ce qu’il en est en regardant les scores des profits et la bourse.

Les tenants du capital, le gouvernement socialiste et ses amis, des confédérations syndicales complices signent des accords sur le dos des salariés. Ces confédérations avec la CFDT trahissent les salariés et leurs adhérents.

Tout ce beau monde est au service du capital. Une fois de plus la démonstration est faite avec cet accord que l'association capital/travail est un leurre. Leurs intérêts sont antagoniques. Les salariés de plus en plus exploités paient les profits faramineux du capital. Parallèlement l'industrie de notre pays est délocalisée, elle devient exsangue pour permettre au capital de maintenir un taux de profit maximum. Un chiffre : les paradis fiscaux abritent près de 32.000 milliards de dollars. Et les capitalistes de notre pays ne sont pas les derniers à profiter de ce système nécessaire au capital dont la moralisation est une énorme plaisanterie. On a vu ce qu'a donné la « moralisation » des banques en 2008.

Le bilan de ce 9 avril, bien tardif pour appeler les salariés à lutter a néanmoins rassemblé plus de 120 000 manifestants. Le manque de conviction des confédérations qui combattent cette loi scélérate a limité l’ampleur de cette journée. La grande majorité des députés a voté pour. Rien d'étonnant ! Après avoir instrumentalisé une fois de plus la CFDT, la CFTC, la CFE-CGC pour qu'elles approuvent des accords inqualifiables, le PS et le gouvernement n'avaient plus qu'une étape à franchir, celle du vote de ses parlementaires. C’est maintenant fait.

Cette journée du 9 avril ne doit être qu'une étape. La mobilisation doit s'amplifier non seulement pour faire tomber cette loi scélérate mais plus largement pour imposer des discussions sur les salaires, l'emploi, la santé, la retraite, l'éducation. Tous ces sujets qui font le quotidien du salarié et de la population. Revendications qu'il faut transformer en riposte de masse, une riposte organisée et déterminée.

Le 1er mai approche. Journée de lutte traditionnelle, soyons dans ce contexte politique et social des millions dans la rue à refuser la loi du capital. Rarement dans le pays la nécessité de s'unir pour lutter contre le capital et ses soutiens n’a été aussi grande.

La CFDT qui avec le gouvernement socialiste sert le patronat et le capital, refuse de participer à la manifestation syndicale unitaire...

Ce qui sera déterminant c’est l’action des millions de personnes qui ne supportent plus les conditions de vie et de travail qu'ils subissent pendant que d'autres se roulent dans l'argent.

La réussite des luttes passe par l'unité des salariés, de la population contre le capital. Elle est indispensable pour gagner.

Contre la loi scélérate PS-MEDEF-CFDT : Tous ensemble pour un grand 1er Mai 2013.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Il faut que les Solfériniens aient bien peu conscience de la réalité pour croire qu'ils peuvent mater le Front de Gauche. Leur morgue est intolérable! L'anti-Ayrault se dit même fier du travail accompli en une année. De quoi peut donc être si fier ce freluquet? D'avoir fait pire que la droite décomplexée en avalisant le traité Merkozy, en signant un chèque de 20 milliards au grand patronat, d'avoir voté des budgets d'austérité infiniment plus cruels que ceux présentés par l'économiste de cimetière, le triste Fillon, d'avoir nommé au ministère du Budget un corrompu notoire, et enfin d'avoir proposé un démantèlement du Code du travail inédit, et tout ceci de la manière la plus autoritaire qui soit. Cela doit cesser! Nous devons nous débarrasser de toute urgence de cette infâme bande de &quot;salopards&quot; au service de la finance mondiale. Je crains cependant que la manifestation du 5 mai entre Bastille et Nation, bien qu'absolument nécessaire, soit encore très insuffisante. A moins que nous soyons des millions ce jour-là. A moins qu'une grosse poignée de courageux décident de faire de La Bastille une nouvelle place Tahrir, pour qu'enfin nous connaissions notre Printemps français. Quoi qu'il en soit il nous reste près qu'une quinzaine pour convaincre le maximum de citoyens de s'engager enfin pour résister à l'ignoble exploitation dont ils sont les victimes. Et si notre camarade Jean-Luc s'avère demain aussi brillant que le 12 janvier 2012, alors il est sûr que notre 5 Mai sera une belle réussite. Courage à tous et à très bientôt sur le pavé parisien. Vive la Sociale!<br /> <br /> @Richard 54 : nous serons tellement heureux de te compter parmi nous et j'espère que tu arriveras à convaincre d'autres sympathisants de se joindre à la révolte.
Répondre
R
Il y a tout lieu de persévérer. L’affaire Cahuzac révèle la mainmise d’une oligarchie sur le pays, pays dont on peut dire qu’il est pris en otage et méthodiquement rançonné par une caste de prédateurs. Il résulte de cet évènement et de quelques autres une situation mouvante, intrinsèquement propice à des changements majeurs dans l’idée que le peuple peut se faire des responsabilités et des moyens de changer la donne. Aussi, je crois qu’il y a tout lieu de persévérer à mettre en cause la nocivité intrinsèque de ce que je nommerais pour simplifier « les forces de l’argent » et ce sous toute ses formes. La situation actuelle ouvre à celles et à ceux qui veulent une société nouvelle des possibilités d’intervention et d’action inédites et beaucoup plus larges que ce qu’on a connu ces dernières années. On pourrait alors envisager un double basculement idéologique tout à fait décisif (le premier commandant le second).<br /> Premier basculement possible : la prééminence de l’idéologie libérale se trouve mise en très grande difficulté. En effet, si nous sommes en mesure de mettre à nu le système oligarchique – c'est-à-dire faire apparaître au grand jour le réseau de connivences et de complicités qui unit cette caste, hors de l’État et dans l’État, alors, c’est le fondement même de la société capitaliste dans sa phase actuelle qui se trouve mis en cause. Bref, c’est toute l’idéologie libérale qui en prend un coup. Ça va de la droite classique au parti socialiste.<br /> Second basculement possible : le centre même des thèses de l’extrême droite s’effondre. Si nous faisons apparaître clairement et massivement que l’origine des maux sociaux est dans l’oligarchie, dans le capitalisme financiarisé, alors c’est aussi le discours lepéniste, centrée sur l’idée que ce sont les étrangers qui sont responsables des maux actuels qui s’effondre (et donc aussi le discours sarkozien). Certes, nous pourrions nous satisfaire de voir la famille Le Pen prise dans ce tourbillon des affaires, mais nous manquerions de clairvoyance à nous en tenir là, alors que ce qui devient possible, c’est d’atteindre ce qui est essentiel, à savoir le centre même des thèses de l’extrême droite.<br /> Oui, si nous faisons cela, nous aurons opéré une grande clarification idéologique et nous serons alors dans la meilleure des situations possibles pour poursuivre notre avancée, y compris bien sûr celle des institutions nouvelles que nous voulons pour notre...
Répondre
R
Le mariage on s'en fout et y en a marre pendant ce temps les socialistes se marient et s'enlacent avec la droite extrême et le MEDEF pour enfoncer tous les droits du travail avec l'ANI. La comédie de diversion pour user les troupes dans les rues ne prendra plus. Ils sont rusés comme des renards pour organiser des leurres inutiles afin de passer en catimini les lois des plus scélérates de Sarkozy. Hollande avec son air et sa vue basse et un gros malin de libéral décomplexé. Il a été élu grâce au voix du centre qui ne voulait plus du nain devenu trop toxique. La grande part de l'électorat à convaincre se trouve là mais cet électorat pétochard s’effarouche facilement au point de tourner sa girouette de nouveau à droite comme en Italie de peur d'être dépossédé de leurs petits intérêts. Alors maintenant il faut rester modéré dans ses propos car la vie au dehors et assez rude pour que les gens comprennent. Quant Hollande il ne va pas partager de gâteau et surtout pas avec le Front de gauche. Faut pas être naïf quand même ! Il remettra la droite plutôt que J-L. C'est sûr et certain, c'est l'objectif de notre président conservateur et casseur des derniers acquis de la résistance Française. Cela n'a rien de &quot;flexible&quot; ça c'est de la pure ignominie dans la communication et de la pure forfaiture dans les actes. Pour conclure, la force c'est de pouvoir rameuter gentiment tous les centristes de gauches et autres modérés.
Répondre