Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
citoyen18.overblog.com

citoyen18.overblog.com

La porte à gauche. Jean FERRAT a chanté que certains prétendent que le bonheur était à la porte à droite. Aujourd’hui est-il à la porte à gauche ? Oui ! mais à la condition de secouer le cocotier de la pensée convenu ! Ce petit blog crée à l’initiative de quelques militants communistes de Vierzon n’a d’autres ambitions que de donner aux citoyens un support pour s’exprimer librement sur les sujets politiques, sociaux ou culturels d’actualité du local à l’international, qui s’émancipe des discours convenus, des lignes officielles décidées par quelques notables de la politique, aux doubles langages, aux bonimenteurs de vraies fausses solutions et qui cultivent la résignation. Déverrouillez les débats et enfoncez la porte à droite (….ou à gauche ?) Les seules limites, car il en faut, à notre liberté : Celle du respect des personnes, le souci de la vérité et de faire vivre le débat. Ainsi seront exclus tous messages comprenant des insultes ou diffamations visant une (des) personne(s), seront exclues, s’ils sont avérées, des informations mensongères ou rumeur infondées. Chacun pourra également participer au débat juste et loyal en signalant un abus de cette nature. Les productions de ces abus seront retirés et l’auteur exclu du blog.

Publié le par "Citoyen 18"
Continental: près de 700 licenciements invalidés aux prud'hommes.

Le conseil des prud'hommes de Compiègne a invalidé vendredi le licenciement de près de 700 anciens salariés de l'usine Continental de Clairoix (Oise) pour défaut de motif économique, ont annoncé leurs avocats à Compiègne.Continental a été condamné pour défaut de motif économique et pour non-respect de leurs obligations de reclassement", a expliqué Me Alexandra Soumeire aux quelque 200 anciens salariés réunis devant le conseil des prud'hommes.

"Cette victoire, c'est votre victoire à vous, vous avez enfin été récompensés, la société a été condamnée à tous les niveaux", a indiqué l'avocate aux salariés, qui ont accueilli la décision par des applaudissements et des cris de victoire.

Le conseil des prud'hommes a également estimé que Continental n'avait pas respecté un accord de 2007 sur le temps de travail qui prévoyait un retour aux 40 heures hebdomadaires, contre des assurances sur le maintien de l'emploi dans le site jusqu'en 2012. Le conseil a également reconnu la société-mère allemande comme coemployeur et donc comme responsable des licenciements.

L'équipementier avait fini par fermer son usine de Clairoix début 2010, après un conflit social au printemps 2009 durant lequel la sous-préfecture de Compiègne avait été saccagée par des salariés en colère.

Le groupe a toujours affirmé que la fermeture de l'usine de Clairoix étaient inéluctable, invoquant la crise qui a frappé dès 2008 la filière automobile et une surcapacité de production de millions de pneus.

Les anciens salariés et leurs avocats estimaient pour leur part que le fabricant de pneus s'était servi de la crise comme d'un "effet d'aubaine" pour licencier.

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"

Face à la situation enflammée en Syrie, Le Mouvement de la Paix appelle à un rassemblement le plus large et le plus unitaire possible pour dire: Non a l'intervention armée en Syrie, non à la participation de la France ;
Solidarité avec les forces de paix, de justice et de démocratie en Syrie.

  • Bordeau

La fédération de Gironde du PCF s'associe à l'appel suivant lancé par le Mouvement de la Paix et l'Appel des Cent pour la Paix. Rassemblement Vendredi 30 Août 2013 à 18H30 - Place Jean MOULIN à Bordeaux

  • Pour Paris :

Rendez-vous Jeudi 29 Août à 18h30, Fontaine des innocents (Métro : Châtelet-les-Halles Sortie Pierre Lescot ou Châtelet Sortie Place de Navarre). En présence de nombreux dirigeants et militants communistes et du Front de de gauche qui appellent également à la mobilisation.

  • Pour la province :

- Marseille devant la Préfecture à 18h jeudi 29 août 2013
- Jeudi 18 h devant les préfectures de Nîmes, Avignon, Toulouse
- Vendredi 18 h devant l'Hôtel de ville de Rennes
- Annecy : le Mouvement de la Paix 74 appelle à se rassembler Jeudi 29 août à 18H devant la Préfecture d'Annecy contre l'intervention armée en Syrie, dans le cadre de l'appel national ci-après.

Les organisations qui soutiennent cet appel sont invitées à se faire connaitre auprès du Mouvement de la Paix

L’escalade proposée par le Président Hollande n’est pas la bonne issue.

Le Mouvement de la Paix condamne fermement l’utilisation d’armes chimiques. Par leurs luttes, les peuples ont gagné la Convention sur l'interdiction des armes chimiques, signée le 13 janvier 1993, qui interdit la mise au point, la fabrication, le stockage et l'usage des armes chimiques.

Avant même les conclusions de la mission de l’ONU, seule habilitée à mener une telle enquête sur l’utilisation des armes chimiques, la France, les USA et leurs alliés membres de l’OTAN, déclarent avoir des certitudes. Si preuves il y a, ils ont la responsabilité de les transmettre à l’ONU. Envisager une intervention militaire en dehors des Nations Unies, malgré le risque conséquent d’un embrasement de toute la région, consiste à se poser en « juges et gendarmes du monde », à alimenter le cercle infernal des logiques de guerre et de violence en négligeant l’intérêt des peuples.

Il y a deux ans, un soulèvement citoyen pacifiste exigeait plus de démocratie et de progrès social en Syrie. Le régime syrien de Bachar El Assad a répondu par une répression féroce refusant toute possibilité de dialogue et provoquant l’escalade d’une guerre civile dans laquelle se sont engouffrées des puissances et des forces politiques régionales (Iran, Turquie, Arabie Saoudite, Qatar, Hezbollah…) et permettant aux militants les plus radicaux rescapés des interventions militaires en Irak, Afghanistan, Libye, Mali de se mettre au service des uns ou des autres.

Le bilan est effroyable pour le peuple syrien : plus de 100 000 morts, 4 millions de déplacés qui ont tout perdu, 1 500 000 exilés, et un pays dévasté. Aujourd’hui cette crise syrienne est devenue une crise géopolitique où chacun défend ses intérêts dans la région. Prétextant un blocage au Conseil de sécurité de l’ONU de la part de la Chine et de la Russie, les puissances occidentales membres de l’OTAN n’ont pris aucune initiative pour résoudre politiquement ce conflit. Ainsi le plan incarné par Kofi Annan en a fait les frais. La structuration de la société syrienne rendait nécessaire un processus long de concertations, rendu possible par la présence d’observateurs en nombre, permettant d’assurer une évolution vers plus de démocratie. Dans ce contexte, l’utilisation de forces de paix non violentes sous l’égide de l’ONU, aurait pu le permettre. Au lieu de cela, les antagonismes ont été entretenus, voire même alimentés, et les horreurs de la guerre civile ont affaibli les possibles recours. C’est ainsi que la perspective odieuse d’une intervention armée, en contradiction totale avec l’intérêt des peuples, peut aujourd’hui nous être présentée comme indispensable. L’indispensable pour la population est de vivre en sécurité, de se nourrir, de s’instruire, d’être soigné dans de bonnes conditions et de pouvoir s’exprimer en toute liberté. Or tout cela, la guerre l’interdit. Loin d’être la solution, elle ne bénéficierait qu’aux marchands d’armes.

Le Mouvement de la Paix dénonce catégoriquement l’argument, relayé à l’unisson par les médias, d’une guerre indispensable. En Syrie comme ailleurs, ce qui est nécessaire c’est la Paix comme socle d’une société humaine se conformant aux engagements pris en 1998 par la communauté internationale dans le cadre de l’adoption de la culture de paix et de la non-violence.

Le Mouvement de la Paix demande au gouvernement français de renoncer à l’emploi des forces armées, de faire respecter le droit international et de prendre toutes les initiatives politiques possibles pour obtenir un cessez-le-feu. Le Mouvement de la Paix demande la reprise du plan de Kofi Annan avec des moyens humains renforcés pour parvenir à une transition démocratique en Syrie et permettre une stabilisation de la région.

Il appelle les citoyens, les ONG de notre pays à se rassembler et à développer toutes les actions collectives marquant le refus d’une intervention militaire. Les premiers rassemblements sont prévus le jeudi 29 août à Paris, Toulouse et Marseille.

Comuniqué du mouvement de la paix.

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Le Pôle de Renaissance Communiste en France (PRCF) sera présent à la FÊTE DE L’HUMANITÉ 2013.

Samedi 14 septembre 2013 à 16h30 : Débat sur le « nouveau CNR »

Dimanche 15 septembre 2013 à 11h45 : Meeting internationaliste

Vous trouverez aussi sur le stand :

- Une librairie avec les derniers ouvrages et revues du PRCF : « Initiative Communiste » et « Étincelles »

- Une exposition photos

- Un Bar non-stop

Restauration à toute heure et, en permanence, rencontre avec les militants des Jeunes pour la Renaissance Communiste (JRCF) autour du « Mojito » de la solidarité avec Cuba.

Par El Diablo.

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Retraite : les fausses évidences de Michel Sapin (PCF)
 
Michel Sapin a affirmé ce mardi qu'un allongement de la durée de cotisation était une mesure "évidente" pour réformer le système des retraites et qu'elle s'appliquerait "à tous les Français". La vérité oblige à dire que c'est tout sauf une évidence comme le prétend le ministre du Travail. Cette recette a été utilisée par la droite dans les précédentes réformes des retraites. On a vu le résultat : un échec complet qui n'a pas permis de corriger les déficits. Dans les faits, l'allongement de la durée de cotisation a éloigné les jeunes générations du marché du travail et augmenté le chômage, cause principale des déficits. Il faut toujours faire attention aux fausses évidences même quand elles sont proférées par un ministre.

La gauche a su en 1982 prendre des mesures courageuses, faire une réforme progressiste avec l'âge ouvrant droit à la retraite à 60 ans.

Soyons à la hauteur de cette ambition en imaginant une réforme qui tourne le dos aux réformes de la droite. Il faut faire autrement.

Notamment en répondant au défi l'emploi et singulièrement celui des jeunes générations qui est le principal moyen d'assurer le financement des retraites pour aujourd'hui et demain.
 
Par Nicolas Maury.

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Retraites: ce sera cotiser plus et plus longtemps.

Allongement de la durée de cotisation après 2020 pour atteindre 43 ans en 2035, dans la droite ligne de ce qu'ont entériné les gouvernements précédents, petite hausse des cotisations sociales, compte temps-pénibilité... Le gouvernement a dévoilé les contours de la réforme des retraites.

Après deux journées de concertation entre syndicats et patronat et des semaines de suspense, le gouvernement a levé, ce mardi 27 août, en soirée, le voile sur son projet de réforme des retraites, l’un des dossiers les plus délicats de cette rentrée sociale. Depuis Matignon et devant les ministres concernés, Jean-Marc Ayrault, le premier ministre, a déroulé les principales mesures de cette réforme qui doivent rapporter 7,3 milliards d'euros en 2020, ce qui permettrait de compenser le déficit du régime général, évalué à 7,6 milliards à cette date.

L’annonce est tombée peu après la publication des chiffres du chômage pour le mois de juillet, toujours aussi mauvais et en hausse pour le 27e mois consécutif. Il ne s'agit pas d'un bouleversement du système ou d'une réforme d’ampleur promise tout au long de ces derniers mois par l’exécutif ou encore soufflée par le rapport Moreau pour bâtir un système par répartition en déficit chronique « durablement équilibré et plus juste ».

C’est même une réforme a minima que cette première réforme des retraites pour la gauche sous laVe République, la quatrième en vingt ans. Taillée dans le consensus pour ne fâcher personne, bric à brac donnant des gages de la CFDT au Medef, elle devrait répondre aux exigences de Bruxelles et des marchés financiers… à court terme et poursuivre en matière d’allongement de la durée de cotisation ce qui a été entrepris en 2003 avec la réforme Fillon.

En voici les grands axes :

  • Travailler plus longtemps

La durée de cotisation sera portée à 43 années en 2035, contre 41,5 actuellement. Cet allongement se fera progressivement. Il faudra tout d'abord cotiser 41 ans et trois trimestres dès 2020, puis 42 ans en 2023, 42 ans et un trimestre en 2026, 42 ans et demi en 2029 et enfin 43 ans en 2035. «Il n'y a pas d'autre solution», a assuré Jean-Marc Ayrault. «Ne pas le faire, ce serait s'exposer soit à une diminution des pensions des actuels comme des futurs retraités, soit à une augmentation insupportable des prélèvements, ce que le gouvernement ne veut pas.» Le rapport Moreau avait préconisé un allongement jusqu'à 44 ans pour la génération née en 1989 mais la CFDT, seul syndicat pas radicalement opposé à cette mesure, a eu gain de cause. Elle était contre une augmentation de plus de 43 ans à l'horizon 2035.

  • Pas de hausse de la CSG mais une petite hausse des cotisations

Le gouvernement renonce à augmenter la CSG souvent évoquée et opte pour une hausse des cotisations salariales et patronales de 0,15 point en 2014. Il propose également une augmentation des cotisations patronales et salariales de 0,15 points à partir de 2014. Dans le détail, la hausse des cotisations patronales et salariales sera progressive sur quatre ans: 0,15 point en 2014, puis 0,05 en 2015, 2016 et 2017, soit au final 0,3 point pour les actifs comme pour les employeurs en 2017. «Tous les régimes seront concernés: celui des fonctionnaires, les régimes spéciaux comme le régime général ou, par exemple, celui des indépendants selon des modalités propres», a déclaré Ayrault. Cette solution a été préférée à une hausse de la CSG qui aurait pesé « sur l’ensemble des ménages » et qui « n’a pas été créée pour financer les retraite ». «Ce sont donc les cotisations sociales qui seront sollicitées, à un faible niveau», a ajouté le premier ministre.

  • Mise en place d’un compte-temps pénibilité

A partir du 1er janvier 2015, un compte personnel de prévention de la pénibilité sera mis en place. Il sera financé par une cotisation des employeurs: une cotisation minimale de toutes les entreprises et une cotisation de chaque entreprise tenant compte de la pénibilité qui lui est propre. Il pourra servir à financer «la formation pour une reconversion, un temps partiel en fin de carrière» ou permettre à un salarié en situation de pénibilité de partir «plus tôt à la retraite».

Pour les syndicats qui réclamaient depuis des années de remettre à plat la question de la pénibilité au travail, sujet brûlant, encalminé depuis des années, âprement débattu en 2010, l’une des plus scandaleuses injustices du système français, ce compte-temps est une véritable avancée. «Nous sommes dans le traitement collectif. Nous ne sommes plus dans la réparation individuelle et médicale», pointe Philippe Pihet, le monsieur retraites de Force Ouvrière. Le compte pénibilité coûterait un milliard en 2020, 2 à 2,5 milliards en 2035.

Par Rachida El Azzouzi

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
SYRIE: "Les attaques chimiques sont un coup monté"

En exil depuis 35 ans, l’opposant Haytham Manna, responsable à l’étranger du Comité de Coordination nationale pour le changement démocratique (opposition syrienne non armée), s’oppose avec force à toute intervention étrangère contre son pays.

L’utilisation d’armes chimiques en Syrie pourrait amener les Occidentaux à "punir" le régime. Qu’en pensez-vous ?

HAYTHAM MANNA : Je suis totalement contre, tout comme la coordination que je dirige. Cela ne fera que renforcer le régime. Ensuite, une intervention risque d'attiser encore plus la violence, d'ajouter de la destruction à la destruction et de démanteler un peu plus la capacité de dialogue politique. Le régime est le premier responsable car il a choisi l’option militaro-sécuritaire. Mais comment peut-on parler de guerre contre le terrorisme et donner un coup de main à des extrémistes affiliés à Al Qaeda ?

Les Occidentaux choisissent la mauvaise option, selon vous ?

Depuis le début, c’est une succession d’erreurs politiques. Les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni ont poussé les parties à se radicaliser. Ils n’ont pas empêché le départ de djihadistes vers la Syrie et ont attendu très longtemps avant d’évoquer ce phénomène. Où est la démocratie dans tout ce projet qui vise la destruction de la Syrie ? Et pensez-vous que ce soit la morale qui les guide ? Lors du massacre d’Halabja [commis par les forces de Saddam Hussein en 1988], ils ont fermé les yeux. Je m’étonne aussi de voir que les victimes d’armes chimiques sont bien davantage prises en considération que les 100 000 morts qu’on a déjà dénombrés depuis le début du conflit.

Qui est responsable du dernier massacre à l’arme chimique ?

Je n’ai pas encore de certitude mais nos informations ne concordent pas avec celles du président Hollande. On parle de milliers de victimes, alors que nous disposons d’une liste de moins de 500 noms. On est donc dans la propagande, la guerre psychologique, et certainement pas dans la vérité. Ensuite, les armes chimiques utilisées étaient artisanales. Vous pensez vraiment que l’armée loyaliste, surmilitarisée, a besoin de cela ? Enfin, des vidéos et des photos ont été mises sur Internet avant le début des attaques. Or ce matériel sert de preuve pour les Américains !

Pensez-vous qu’une partie au conflit a voulu provoquer les Occidentaux à intervenir ?

C’est un coup monté. On sait que les armes chimiques ont déjà été utilisées par Al Qaeda. Or l’Armée syrienne libre et les groupes liés à Al Qaeda mènent en commun 80% de leurs opérations au nord. Il y a un mois, Ahmad Jarba [qui coordonne l’opposition armée] prétendait qu’il allait changer le rapport de forces sur le terrain. Or c’est l’inverse qui s’est produit, l’armée loyaliste a repris du terrain. Seule une intervention directe pourrait donc aider les rebelles à s’en sortir… Alors, attendons. Si c’est Al Qaeda le responsable, il faudra le dire haut et fort. Si c’est le régime, il faudra obtenir une résolution à l’ONU. Et ne pas laisser deux ou trois payer fédérer leurs amis, pas tous recommandables d’ailleurs.

Entre Occidentaux et Russes, quelle position vous semble la plus cohérente ?

Les Russes sont les plus cohérents car ils travaillent sérieusement pour les négociations de Genève 2 [sensées mettre autour d’une même table le régime et les opposants]. Les Américains ont triché. Deux ou trois fois, ils se sont retirés, au moment où s’opérait un rapprochement.

Une solution politique est-elle encore possible ?

Tout est possible mais cela dépendra surtout des Américains. Les Français se contentent de suivre. Une solution politique est la seule qui permettra de sauver la Syrie. Mais l’opposition armée ne parvient pas à se mettre d’accord sur une délégation.

Que deviendra Bachar al Assad?

Il ne va pas rester. Si les négociations aboutissent, elles mèneront de facto à un régime parlementaire. Si du moins on accepte de respecter le texte de base de Genève 2 qui est le meilleur texte, avec par-dessus un compromis international. Mais laissez-moi dire ceci : quand on parle de massacrer des minorités, et que le président fait partie d’une minorité, comment peut-on lui demander de se retirer ou ne pas se retirer ? Aujourd’hui, la politique occidentale a renforcé sa position de défenseur de l’unité syrienne et des minorités. Cela dit, personne ne pourra revendiquer de victoire : la violence est devenue tellement aveugle qu’il faudrait vraiment un front élargi de l’opposition et du régime pour en venir à bout.

Par François Janne d’Othée.

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"

La politique de communication du gouvernement Hollande – Ayrault devient insupportable. Deux exemples :

1- Quand Jean-Marc Ayrault s’affiche avec des enfants privés de vacances alors que l’on sait que, faute d’une politique sociale ambitieuse en direction des familles modestes qui ont très majoritairement voté pour Hollande en mai 2012, plus d’un enfant sur trois ne part en vacances (avec une proportion encore bien plus importante chez les pauvres), on appelle cela comment ? Moi je dis que c’est du cynisme.

2- Quand Jean-Marc Ayrault va serrer la main des travailleurs qui exercent un travail pénible alors que le Premier Ministre prépare une réforme des retraites avec des arguments dignes de Nicolas Sarkozy, dictés par le MEDEF, on appelle cela comment ? Moi je dis que c’est de la provocation. D’où la nécessité d’être nombreux dans la rue de 10 septembre prochain.

Face à la désespérance qui touche, dans des proportions inquiétantes, le monde du travail, les quartiers populaires, le Front de Gauche, les élus et militants du PCF sont présents pour appeler à la résistance, au rassemblement pour d’autres choix à gauche. Tout l’été, nous avons été présents aux côtés de celles et ceux qui souffrent, comme chaque année. Pour nous, il n’y aura pas de rentrée car il n'y a pas eu de sortie.

Par Blog/Ami.

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Les retraites : un marché de dupes ?

Jean-Marc Ayrault vient d’annoncer les grandes lignes de cette une énième réforme sur les retraites. C’est effectivement la troisième en dix ans que les pouvoirs en place, de droite comme de gauche, veulent adopter. Ce qui est paradoxale, c’est que l’on peut aisément affirmer qu’il s’agit d’une continuité politique que j’ai du mal à nommer républicaine.

En fait, il s’agit d’appliquer les mêmes recettes avec les mêmes arguments. On nous rabat les oreilles sur l’espérance de vie qui s’allonge et sur le déséquilibre financier des régimes. Mais ces arguments libéraux ne tiennent pas. Redisons, une fois de plus, que la véritable cause du déséquilibre est à rechercher dans la baisse relative de l’activité économique et l’augmentation du chômage de masse.

Le premier ministre nous annonce qu’il ne veut pas toucher à l’âge légal d’ouverture des droits. Très bien ! Mais cela ne veut rien dire si on allonge la durée de cotisation. Les périodes d’inactivités sont de plus en plus fréquentes et de plus en plus longues dans une carrière aujourd’hui.

Les régimes seront donc toujours en déséquilibre si on reste figé sur cette logique purement dogmatique. C’est pourquoi les décisions portent aujourd’hui sur l’augmentation des cotisations sociales. La hausse des cotisations patronales et salariales sera progressive sur quatre ans: 0,15 point en 2014, puis 0,05 en 2015, 2016 et 2017, soit au final 0,3 point pour les actifs comme pour les employeurs en 2017. Le compte pénibilité, lancé en 2015, sera financé par les entreprises.

Mais, le MEDEF sort rassuré de ces premiers entretiens. Jean-Marc Ayrault s’est prononcé en faveur d’une nouvelle « baisse du coût du travail ».

La durée de cotisation requise pour une retraite à taux plein s’élèvera à 41 ans et trois trimestres en 2020, sera ensuite portée à 42 ans en 2023, 42 ans et un trimestre en 2026, 42 ans et demi en 2029, 42 ans et trois trimestres en 2032, et 43 ans en 2035.

Cette politique est un puits sans fond !

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog