Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
citoyen18.overblog.com

citoyen18.overblog.com

La porte à gauche. Jean FERRAT a chanté que certains prétendent que le bonheur était à la porte à droite. Aujourd’hui est-il à la porte à gauche ? Oui ! mais à la condition de secouer le cocotier de la pensée convenu ! Ce petit blog crée à l’initiative de quelques militants communistes de Vierzon n’a d’autres ambitions que de donner aux citoyens un support pour s’exprimer librement sur les sujets politiques, sociaux ou culturels d’actualité du local à l’international, qui s’émancipe des discours convenus, des lignes officielles décidées par quelques notables de la politique, aux doubles langages, aux bonimenteurs de vraies fausses solutions et qui cultivent la résignation. Déverrouillez les débats et enfoncez la porte à droite (….ou à gauche ?) Les seules limites, car il en faut, à notre liberté : Celle du respect des personnes, le souci de la vérité et de faire vivre le débat. Ainsi seront exclus tous messages comprenant des insultes ou diffamations visant une (des) personne(s), seront exclues, s’ils sont avérées, des informations mensongères ou rumeur infondées. Chacun pourra également participer au débat juste et loyal en signalant un abus de cette nature. Les productions de ces abus seront retirés et l’auteur exclu du blog.

Publié le par JManuel Rodriguez
Demain même s'il pleus il faut venir a la...

Demain même s'il pleus il faut venir a la manifestation. 10H30 Place de la Résistance.

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"

Afin de prolonger la mobilisation du 5 mai, à l'appel du Front de gauche, "contre l'austérité et la finance et pour la VIe République", le conseil national du Parti communiste français (PCF) a appelé à des "assises pour une refondation sociale et démocratique", le 16 juin à Paris

"Nous faisons la proposition à tous les partis du Front de gauche et à toutes les forces qui ont voulu le changement de converger vers des assises pour une refondation sociale et démocratique", a expliqué Pierre Laurent, secrétaire national du PCF. "La date de ces assises est proposée au 16 juin à Paris", a-t-il précisé.

Le conseil national du PCF, qui se réunissait à huis clos et "en urgence" en raison de l'actualité, et notamment de l'affaire Cahuzac, a "confirmé son engagement dans la mobilisation du 5 mai avec comme axes la lutte contre la finance et la refondation sociale et démocratique de la République". Si le PCF souhaite "une très forte mobilisation" pour la "marche citoyenne" du 5 mai "contre l'austérité et la finance et pour la VIe République", il propose aussi de "prolonger cette mobilisation par des assemblées, des comité citoyens" qui aboutiront aux assises du mois de juin.

Parmi les propositions du PCF pour la "refondation démocratique des institutions" vers une VIe République, figurent "une réelle indépendance de la justice, une démocratisation des élections par la proportionnelle, de nouveaux droits pour les salariés dans les entreprises ou encore la remise en chantier de l'acte III de décentralisation". "Nous continuons aussi la bataille contre l'ANI" (Accord national interprofessionnel sur l'emploi), a ajouté Pierre Laurent. "Le vote de l'Assemblée nationale confirme qu'il n'y aura pas de majorité de gauche au Sénat", a prévenu le sénateur de Paris. Lors du vote du texte transcrivant l'ANI dans la loi (250 voix contre 26), plusieurs députés PS s'étaient abstenus, ainsi que les écologistes.

Les communistes appellent également à soutenir la mobilisation du 1er mai à "l'appel des organisations syndicales qui refusent" le texte sur l'emploi.

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"

De l’argent, il y en a dans les poches du patronat, dans les coffres des possédants, dans les banques, ici ou dans les paradis fiscaux, sur les marchés financiers partout dans le monde. Il circule, il se cache, il est surabondant.
C’est cet argent qui ne va pas à l’investissement productif, au logement, au développement des services publics, à la protection sociale. C’est cet argent qui manque en fin de mois aux salariés condamnés aux petits salaires, au chômage, aux petites retraites, aux minima sociaux.
Partout, on nous dit que nous coûtons trop cher  !
Mais c’est nous qui, par notre travail, créons la richesse  !
Alors oui, il est temps que les salariés mettent les pieds dans le plat

1er mai 2013.

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Grèce : entre faim et pauvreté, l’ombre est tombée sur le Parthénon…

ls sont certainement nombreux ceux qui, dans les salons où se décide l’avenir de l’euro, pensent qu’après tout, les Grecs méritent tout ce qu’ils endurent. Ils le méritent parce que l’Europe du nord est fondamentalement convaincue que l’Europe méditerranéenne a pendant des années tellement vécu au-dessus de ses moyens qu’il ne reste plus aujourd’hui aux Hellènes qu’à tendre la main vers ceux qui seront enclins à les aider, comme les Allemands par exemple, qui ont toujours su jouer de leur position dominante.

C’est une position cynique qui ne tient pas compte du fait que les peuples de la Méditerranée ont vécu jusqu’ici chichement avant de sombrer aujourd’hui dans une misère noire. Si ceux qui ont effectivement préjugé de leurs moyens représentent une toute petite partie de la population de la Grèce, de l’Italie, de l’Espagne ou du Portugal, ceux qui possèdent suffisamment pour éviter la crise qui s’abat sur les pauvres, sur les faibles, sur les vieux, etc., ne sont pas plus nombreux. L’opinion publique internationale ne peut plus fermer les yeux sur les enfants qui, à Athènes, fouillent les poubelles pour trouver quelque chose à manger, ou ces étudiants qui demandent de la nourriture aux copains. Le New York Times a découvert la semaine dernière que le « tiers-monde » est situé au cœur de l’Europe, dans l’indifférence de la troïka et des sommets européens. « Je n’aurais jamais imaginé une situation pareille, même dans mes pires cauchemars. Nous sommes désormais au point de voir partir nos enfants à l’école le ventre vide. Les familles n’ont pas seulement de difficultés avec le chômage ; elles luttent tout simplement pour survivre », a dit au quotidien étasunien Leonidas Nikas, directeur d’une école élémentaire à Athènes. On estime aujourd’hui que 10 % des élèves d’écoles élémentaires souffriraient de la faim en Grèce, ce qui rapprocherait le pays de certains pays africains.

Alexandra Perri travaille dans une école d’Acharnes. Elle a déclaré au New York Times que 60 des 280 élèves qui y étaient scolarisés souffraient de malnutrition, ajoutant que « les cas avaient nettement augmenté cette année ». Il y a donc un lien direct entre les coupes claires dans les budgets sociaux et l’explosion de de la pauvreté. Sans parler du nombre de suicides qui est allé crescendo ces deux dernières années. Et comme si ça ne suffisait pas, le système de santé semble être à l’agonie, et nombreux sont les Grecs qui ne peuvent plus s’offrir les soins appropriés. Pour bien comprendre la portée du phénomène, le taux de mortalité par suicide et par homicide a respectivement augmenté pour les hommes de 22,7 % et 27,6 % entre 2007 et 2009.

La Grèce est le meilleur exemple de l’échec des politiques d’austérité. Ce test grandeur nature effectué sur les ressortissants grecs peut ainsi montrer au monde entier qu’il est impossible de supposer une reprise économique sans intervention active de l’État. Davantage d’interventionnisme donc, à l’opposé du fanatique recours aux privatisations et au démantèlement de l’État imposés par une poignée d’inexpiables libéraux sans scrupules. Mais n’est-ce pas tout simplement illusoire dans le cadre de l’Union européenne qui impose systématiquement… des réductions de dépenses publiques ? Et sans investissement public… c’est la mort !

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"

01mai-c-est-quoi.jpg

cliquez pour agrandir

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
« Mur des cons » : Local privé, exploitation publique.

De plus en plus baroque, la polémique du « mur des cons ». Le mystérieux vidéaste amateur qui aurait transmis les images à l’origine de cette piteuse affaire politico-judicaire au site Atlantico, ne serait autre qu’un journaliste de la chaîne publique France 3.

COMMUNIQUE DE PRESSE du Syndicat de la Magistrature

Ce qui n’avait pas vocation à sortir de notre local syndical se répand sur les réseaux sociaux. Le site Atlantico, croyant tenir un scoop, a en effet décidé de diffuser des images vidéo volées dans un local syndical, lieu privé, montrant un mur sur lequel sont affichées des caricatures, photomontages et blagues. Que nous apprend Atlantico au juste ? Que certains membres du Syndicat de la magistrature pratiquent entre eux la satire et l’humour potache ? Quel scoop !

De quoi s’agit-il en fait ?

Des vestiges d’un temps où la justice était sous pression permanente et où les magistrats faisaient l’objet d’attaques violentes et démagogiques.

D’un exutoire politique, inoffensif et symptomatique - s’inspirant, tout le monde l’aura compris du fameux "mur des çons" du Canard enchaîné.

Aucun scandale démocratique en vue, comme certains le prétendent déjà, mais seulement de l’agitation politique autour d’images volées dans un lieu privé.

Et bien évidemment aucune atteinte à l’impartialité, les blagues drôles ou de mauvais goût des uns n’engageant pas les décisions des autres.

Nous ne nous posons pas en victimes, et comprenons le mécontentement de ceux qui se découvrent dans de telles circonstances, mais pour autant nous refusons l’amalgame fait par certains, et en premier lieu par ceux qui ont diffusé ces images vidéo.

Est-ce bien un hasard si ce document concernant un affichage tombé en désuétude depuis plusieurs mois, a opportunément atterri sur le site d’information Atlantico, "classé à droite", et si ce non-évènement est relayé par une certaine presse ainsi que par l’ancien secrétaire général du syndicat Synergie Police - aujourd’hui député UMP - et par l’IPJ, dont nous avons combattu avec force les idées pendant toutes ces années...

L’action publique du Syndicat, la vraie et la seule, n’est pas assimilable à ces blagues internes, de potache.

Nous avons toujours pris soin de respecter publiquement nos pourfendeurs, même quand ceux-ci se livraient à l’outrance, et nous n’avons pas l’intention de renoncer à cette règle.

Dès lors que cette « private joke » est devenue publique, elle n’a évidemment plus lieu d’être. Mais nous ne nous laisserons pas impressionner par tous ceux qui en profitent bassement aujourd’hui pour remettre en cause l’existence même du syndicalisme judiciaire.

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Le projet européen de libéralisation abandonné.

L’abandon du projet de libéralisation du cabotage routier porté par le vice président estonien de la commission européenne a été salué comme une "victoire pour les salariés européens" par la CGT des Transports.

Elle y voyait notamment une tentative d’imposer "un nouveau modèle économique dans ce secteur par une mise en concurrence totale des salariés européens entre eux. Une entreprise aurait ainsi pu parfaitement faire travailler sur une très longue période un conducteur dans un pays européen aux conditions sociales de son pays d’origine, le retour de la directive Bolkestein par le transport routier !"

Cet abandon est aussi à mettre à l’actif de la mobilisation de la CGT des Transports et de la Fédération Européenne des Transports (ETF) qui ont mené campagne pour dénoncer ce projet. Elles ont dans cette affaire aussi bénéficié d’une convergence de vue avec le ministre des Transports.

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
L'HUMANITE EN GRAND DANGER : APPEL A LA SOUSCRIPTION !

Urgence pour l'Humanité

Féru d’histoire, Marcel Trillat, journaliste et documentariste, demeure attaché à l’Humanité pour la parole qu’elle donne à la classe ouvrière et aux intellectuels.

L'Humanité et l'Humanité Dimanche sont en grand danger. Des difficultés de trésorerie les menacent gravement. Pour faire face à cette situation, l'Humanité et ses équipes font appel à leurs lectrices et lecteurs, aux organisations progressistes et démocratiques, à toutes les personnes attachées au pluralisme des idées et de la presse

L’Humanité est dans une situation de trésorerie très délicate. Comment réagissez-vous à l’idée qu’elle soit menacée de disparaître?

Marcel Trillat. Mes raisons d’être attaché à l’Huma sont multiples et évidentes. D’abord, c’est le journal fondé par Jaurès, pour qui j’ai toujours eu une grande admiration. Ce titre est né avec l’apport de la classe ouvrière, à laquelle il était d’abord destiné, mais aussi avec celui des grands intellectuels de l’époque. C’était quelque chose, dans le contexte ! Mais je songe également à l’Huma durant la Seconde Guerre mondiale, clandestine, avec ses exemplaires ronéotés avec les moyens du bord, par des gens qui risquaient leur vie. Tout cela a une valeur sentimentale. Et puis, je suis né à la politique pendant la guerre d’Algérie, j’avais quatorze ans en 1954. Avec d’autres jeunes, on se battait comme des chiens contre les horreurs de cette guerre. Et je me souviens de l’Huma paraissant avec des grands espaces blancs sur la première page, à l’emplacement d’articles censurés parce que jugés trop fraternels. Nous avions eu des parents résistants, nous faisions le rapprochement. Cette période d’horreurs, de tortures en Algérie m’a définitivement marquée. Et l’Huma, malgré des moments moins glorieux, dus aux aveuglements du Parti communiste à une époque, participe de cet imaginaire-là.

Pour la réalisation de vos films historiques, il vous a été précieux de consulter ses archives?

Marcel Trillat. Oui, je m’y suis replongé souvent! Mais mon attachement a aussi des raisons plus actuelles. Je lis tous les journaux. Je cherche mon miel un peu partout, il faut admettre que j’en trouve de moins en moins. Qu’est-ce qui resterait comme journal de gauche s’il n’y avait plus l’Huma?

Justement, que serait, selon vous, le monde médiatique sans l’Humanité?

Marcel Trillat. Ce serait un véritable désastre. Certes, le manque de moyens se ressent parfois à la lecture. Je me mets parfois à votre place, me disant que ne plus avoir les moyens de multiplier les reportages doit être un crève-cœur. Mais, malgré cela, vous avez réussi à continuer à faire un grand journal. En faisant participer de grands intellectuels, notamment. Cela apporte énormément de choses. Je me jette dessus! Et puis, j’adore le supplément Cactus du jeudi et le suivi des grandes luttes sociales. L’Huma est souvent désespérément seul pour défendre ceux dont la vie est en train d’être bousillée par la finance. L’Huma leur donne la parole et explique pourquoi tout cela est insupportable et comment les choses pourraient se passer autrement. Ça, c’est irremplaçable! Oui, pour tous les gens qui se battent aujourd’hui, l’Huma est irremplaçable. Laisser disparaître ce journal aujourd’hui, ce serait comme leur mettre un bâillon sur la bouche. Tant que l’Huma est là, il y a de l’espoir!

Marcel Trillat en tournage.

Marcel Trillat en tournage.

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
Un Français sur deux vit avec moins de 1610 euros par mois.

Trois études de l’Insee publiées aujourd’hui montrent que, sous l’effet de la crise, le niveau de vie de la majorité de la population stagne ou recule, tandis que les plus riches continuent de s’enrichir. Le taux de pauvreté dépasse les 14 %

En brossant un paysage des inégalités en termes de niveau de vie, en France, en 2010, une des trois études que l’Insee rend publiques aujourd’hui (1), valide par les chiffres une réalité subie par les plus fragiles.

Même si 2010 signe, après le recul de 2009, une légère reprise de l’activité économique, « le niveau de vie de la majorité de la population stagne ou baisse », introduit l’Insee. Et la persistance des inégalités entre les ménages les plus riches et les ménages les plus modestes reste criante. Ainsi, le taux de pauvreté monétaire, c’est-à-dire le nombre de personnes vivant dans un ménage dont le niveau de vie est en dessous du seuil de pauvreté (964 euros/mois) est passé de 13,5 % en 2009 à 14,1 % de la population en 2010, soit 440 000 personnes de plus. Cette hausse de la pauvreté, qui impacte à plus forte raison les retraités, les étudiants et les chômeurs, « touche particulièrement les familles », rappelle l’Insee, qui chiffre à 2,7 millions le nombre d’enfants qui grandissent dans des familles pauvres, en hausse de 278 000.

Moins de 10 430 euros par an pour les plus pauvres.

Par ailleurs, le niveau de vie médian, au-dessus et en dessous duquel se situent 50 % des Français, a chuté de 0,5 % (et seulement 0,3 % pour les plus riches) entre 2009 et 2010, pour atteindre 19 270 euros annuels (1 610 euros/mois). Les 10 % les plus pauvres survivent avec moins de 10 430 euros par an quand les 10 % les plus riches cumulent au moins 36 270 euros annuels. Un rapport de 1 à 3,5.

En comparant les effets de la crise actuelle à ceux des précédentes, l’Insee souligne que, si « le précédent ralentissement économique au début des années 2000 avait également pesé sur le niveau de vie du plus grand nombre, la crise actuelle affecte cette fois plus spécifiquement les personnes modestes ». Les 1 % les plus riches, eux, continuent de s’enrichir, grâce, entre autres, aux revenus de leur patrimoine, qui expliquent, en partie, la hausse de près de 5 % de leur niveau de vie en 2010.

Malgré tout, l’étude pointe que le système de protection sociale français, via le versement de prestations familiales, allocations logement, minima sociaux, a permis d’amortir la paupérisation des couches populaires. L’explosion du chômage a fait chuter la part des revenus du travail dans les ménages les plus modestes, augmentant mathématiquement celle des prestations sociales. Mais leur faible revalorisation menace plus que jamais les plus fragiles.

Plus de pauvres et des riches plus riches, cette étude de l’Insee matérialise une nouvelle fois, la fracture sociale d’un pays malade de ses inégalités.

(1) « Les revenus et le patrimoine des ménages ». Collection Insee Référence. 170 pages. 19,30 euros.

Inégalités chez les seniors. Depuis 1996, le niveau de vie des 65 ans et plus a évolué parallèlement à celui des personnes d’âge actif. Mais des inégalités fortes existent à l’intérieur de cette catégorie. Ainsi, les « nouveaux retraités » voient leur niveau de vie progresser plus vite que leurs aînés, qui sont souvent des femmes seules, qui ont peu travaillé et dont les pensions sont très faibles. En 2009, selon l’Insee, cet écart était de 11 %. Par ailleurs, les revenus du patrimoine augmentant pour les plus riches des seniors, la baisse des petites pensions creuse l’écart et paupérise les plus fragiles.

Voir les commentaires

Publié le par "Citoyen 18"
 Pas de loi sur les salaires patronaux: "Beau cadeau de départ pour Laurence Parisot"

La décision du ministre de l'Économie, Pierre Moscovici de ne pas légiférer sur les salaires des grands patrons, est un "camouflet pour la gauche" selon le PCF jugeant que le gouvernement "trahit" à nouveau "sa propre parole"

Dans un entretien aux Echos, le ministre de l'Economie annonce qu'il n'y aura pas de projet de loi spécifique sur la gouvernance des entreprises, contrairement à ce qu'avait annoncé en mars la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem. Pierre Moscovici, qui avait déjà été plus prudent à l'époque, et a déclaré dans Les Echos qu'il tablait sur un code de gouvernance adopté par le patronat.

Dans un communiqué, le porte-parole du Parti communiste, Olivier Dartigolles, déplore qu'"une des trop rares propositions de gauche de l'ancien candidat François Hollande" vienne "de disparaître corps et biens". "C'est Pierre Moscovici qui a prononcé son éloge funèbre dans une interview aux Échos", relève le communiqué du PCF, en référence à la déclaration du ministre, qui préfère "miser sur une autorégulation exigeante" des entreprises plutôt que légiférer. "Quel beau cadeau de départ pour Laurence Parisot qui quittera ainsi ses fonction sur un triomphe et quel camouflet pour la gauche!", s'exclame Olivier Dartigolles. "De renoncement en renoncement, l'abandon de la limitation des hauts salaires patronaux est un double scandale", estime-t-il : "un coup porté contre la justice sociale" et "un crime contre l'économie réelle car ces surplus indécents iront nourrir la bulle spéculative des marchés financiers, responsable de la crise actuelle"."Ce gouvernement trahit une fois encore sa propre parole", accuse encore le PCF.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog