Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
citoyen18.overblog.com

citoyen18.overblog.com

La porte à gauche. Jean FERRAT a chanté que certains prétendent que le bonheur était à la porte à droite. Aujourd’hui est-il à la porte à gauche ? Oui ! mais à la condition de secouer le cocotier de la pensée convenu ! Ce petit blog crée à l’initiative de quelques militants communistes de Vierzon n’a d’autres ambitions que de donner aux citoyens un support pour s’exprimer librement sur les sujets politiques, sociaux ou culturels d’actualité du local à l’international, qui s’émancipe des discours convenus, des lignes officielles décidées par quelques notables de la politique, aux doubles langages, aux bonimenteurs de vraies fausses solutions et qui cultivent la résignation. Déverrouillez les débats et enfoncez la porte à droite (….ou à gauche ?) Les seules limites, car il en faut, à notre liberté : Celle du respect des personnes, le souci de la vérité et de faire vivre le débat. Ainsi seront exclus tous messages comprenant des insultes ou diffamations visant une (des) personne(s), seront exclues, s’ils sont avérées, des informations mensongères ou rumeur infondées. Chacun pourra également participer au débat juste et loyal en signalant un abus de cette nature. Les productions de ces abus seront retirés et l’auteur exclu du blog.

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #Histoire

Née le 20 septembre 1924 à Saint-Julien-du-Pinet (Haute-Loire), morte début septembre 2016 à Bourges (Cher) ; professeur ; militante du SNES ; militante communiste, adjointe au maire de Bourges, conseillère générale.

Fille d’un agriculteur devenu comptable à Saint-Étienne (Loire), sympathisant communiste, et d’une institutrice, Marguerite Garnier, qui avait été sensibilisée au soutien aux Républicains espagnols par ses parents, entra à l’École normale d¹institutrices, en 1940 et effectua ses études d¹élève-maîtresse au lycée de jeunes filles. Elle séjourna pendant quelques mois à l¹Ecole normale supérieure de Fontenay-aux-Roses (sciences), puis y reprit sa scolarité à la Libération.
En 1944, revenue à Saint-Étienne, elle adhéra aux Jeunesses communistes en
1943 et entra en contact avec les militants clandestins, servant d’agent de liaison. Elle adhéra au Parti communiste en août 1944 à Saint-Étienne.
Nommée dans le Nord, elle devint professeur certifiée de mathématiques au lycée Marguerite de Navarre à Bourges en 1949 et y effectua toute sa carrière.
Elle se maria en juillet 1950 à Bourges (Cher) avec Maurice Renaudat, ouvrier métallurgiste, secrétaire de l’UD-CGT du Cher, membre du Parti communiste français. Le couple eut un enfant.
Marguerite Renaudat, membre du Syndicat national de l¹enseignement secondaire depuis 1946, fut élue dans la commission administrative de la section académique (S3). Retraitée, elle signa la lettre de protestation au recteur de l¹Académie à la suite de l’appel à candidature pour devenir « agent vacataire ».
Membre du PCF, elle fut trésorière de sa cellule et entra au comité de la fédération communiste en 1950 et en resta membre jusqu¹en 1959. Mais dans les années1970, elle participa à la commission fédérale de l’’enseignement.
Militante de l’Union des femmes françaises (UFF), elle fit partie de son comité national et du bureau départemental.
Lors de l’élection législative de 1978, la direction du PCF discuta de l’opportunité de la présenter et finalement estima que Jacques Rimbault serait un meilleur candidat.
Elle fut candidate au conseil général en septembre 1973 à Bourges III. Elue conseillère générale en 1976, seule femme de l’assemblée, elle se présenta en 1982. Arrivée en deuxième position avec 2 838 voix, elle fut battue de 7 voix avec 3 981 voix. L’élection ayant été annulée, élue en 1983, elle fut à nouveau candidate en décembre 1984 après une nouvelle invalidation et resta dans l’assemblée départementale jusqu’en 2001.
Elue au conseil municipal de Bourges en 1977 sur la liste « d’union de la gauche et des démocrates pour une gestion sociale, démocratique et humaine de la ville » à direction communiste, elle devint première adjointe au maire.

 

Par: Jacques Girault

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog