Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
citoyen18.overblog.com

citoyen18.overblog.com

La porte à gauche. Jean FERRAT a chanté que certains prétendent que le bonheur était à la porte à droite. Aujourd’hui est-il à la porte à gauche ? Oui ! mais à la condition de secouer le cocotier de la pensée convenu ! Ce petit blog crée à l’initiative de quelques militants communistes de Vierzon n’a d’autres ambitions que de donner aux citoyens un support pour s’exprimer librement sur les sujets politiques, sociaux ou culturels d’actualité du local à l’international, qui s’émancipe des discours convenus, des lignes officielles décidées par quelques notables de la politique, aux doubles langages, aux bonimenteurs de vraies fausses solutions et qui cultivent la résignation. Déverrouillez les débats et enfoncez la porte à droite (….ou à gauche ?) Les seules limites, car il en faut, à notre liberté : Celle du respect des personnes, le souci de la vérité et de faire vivre le débat. Ainsi seront exclus tous messages comprenant des insultes ou diffamations visant une (des) personne(s), seront exclues, s’ils sont avérées, des informations mensongères ou rumeur infondées. Chacun pourra également participer au débat juste et loyal en signalant un abus de cette nature. Les productions de ces abus seront retirés et l’auteur exclu du blog.

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #JLM2017
Un moment d'échange apprécié avec Jean-Luc Mélenchon, il y a une dizaine de jours, à la Fête de l'Humanité. (source : la Nouvelle République)

Un moment d'échange apprécié avec Jean-Luc Mélenchon, il y a une dizaine de jours, à la Fête de l'Humanité. (source : la Nouvelle République)

Bruno Bonin, secrétaire départemental du PC, incarne un communisme qui ne renie pas ses origines mais s’émancipe de bien des clichés. Entretien.

 

Quelle définition donnez-vous du Parti communiste d'aujourd'hui ?

Bruno Bonin.« C'est une force d'attraction de toutes les contestations sociales, des colères aussi afin de les transformer politiquement. Quand je parle des colères, ce sont celles que les gens n'expriment pas forcément, que l'on doit aborder bien évidemment dans le calme mais avec détermination. Prenez l'exemple des privatisations, l'abandon de pans entiers du public pour le donner au privé : est-ce que le quotidien des gens s'est pour autant amélioré ? Le libéralisme économique conduit à une impasse. »

Le PC des Deux-Sèvres s'est singularisé en validant, très tôt, la candidature de Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle 2017. Pourquoi ?

« Pour mémoire, en 2012, le Parti communiste, unanime, l'a choisi parce que c'était le meilleur d'entre nous, quelqu'un qui, toujours pour mémoire, prône l'humain d'abord. Je ne vois pas pourquoi, alors qu'il est resté le même, on ne le soutiendrait pas pour 2017. Parce qu'il s'est autoproclamé ? C'est faux. Parce qu'on dit que c'est un homme seul ? C'est tout aussi faux. Je le précise, je ne fais pas de Mélanchonmania mais, comme lui, nous appelons la VIe République de tous nos vœux, nous appelons à sortir du système antidémocratique, ce corset que nous impose l'Europe. »

Le PC est de toutes les manifestations. Descendre dans la rue est-il toujours un bon moyen pour se faire entendre ?

« On n'a jamais trouvé mieux. Il y a eu le Front populaire en 36, mai 68, 95, le CPE, autant d'exemples probants. Descendre dans la rue, c'est vouloir avoir en face de soi une oreille attentive et quand elle ne l'est plus, elle perd. »

Vous étiez récemment au rendez-vous de la Fête de l'Humanité. Qu'allez-vous y chercher chaque année ?

« Voilà bientôt vingt ans que je milite au sein du Parti communiste et c'est un rendez-vous incontournable. J'y vais chercher de la ressource, des idées, un enrichissement personnel, de la fraternité à l'état pur. Mes camarades et moi, quand on revient, on est regonflé ! »

Vous parlez « d'enrichissement personnel » en allant à La Courneuve. Donnez-nous un exemple.

« Parmi les invités du monde, il y avait, cette année, une délégation du Kurdistan qui doit se battre pour sa propre identité et qui, dans le même temps, se bat contre Daesh. Dans un contexte de guerre permanente, de tiraillement perpétuel, alors qu'ils pourraient vraiment penser à autre chose, ils font de l'égalité homme-femme l'une de leurs priorités et ils sont très en avance sur nous. J'ai pu échanger avec eux et mesurer toute leur détermination. Un grand moment. »

Un regret ?

« Oui, mais il n'est pas du tout lié à la Fête de l'Huma. Nous sommes en 2016, quatre-vingts ans après le Front populaire et ses importantes avancées sociales, de la liberté syndicale à la semaine de 40 heures en passant par les congés payés. C'est un anniversaire qui est passé totalement inaperçu et j'ai du mal autant à le comprendre qu'à l'accepter. »

Propos recueillis par Philippe Barbotte

SOURCE:

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog