Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
citoyen18.overblog.com

citoyen18.overblog.com

La porte à gauche. Jean FERRAT a chanté que certains prétendent que le bonheur était à la porte à droite. Aujourd’hui est-il à la porte à gauche ? Oui ! mais à la condition de secouer le cocotier de la pensée convenu ! Ce petit blog crée à l’initiative de quelques militants communistes de Vierzon n’a d’autres ambitions que de donner aux citoyens un support pour s’exprimer librement sur les sujets politiques, sociaux ou culturels d’actualité du local à l’international, qui s’émancipe des discours convenus, des lignes officielles décidées par quelques notables de la politique, aux doubles langages, aux bonimenteurs de vraies fausses solutions et qui cultivent la résignation. Déverrouillez les débats et enfoncez la porte à droite (….ou à gauche ?) Les seules limites, car il en faut, à notre liberté : Celle du respect des personnes, le souci de la vérité et de faire vivre le débat. Ainsi seront exclus tous messages comprenant des insultes ou diffamations visant une (des) personne(s), seront exclues, s’ils sont avérées, des informations mensongères ou rumeur infondées. Chacun pourra également participer au débat juste et loyal en signalant un abus de cette nature. Les productions de ces abus seront retirés et l’auteur exclu du blog.

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #Médias
La "mire" de la RTF (Radio Télévision Française) ancêtre, en noir et blanc, de l'actuelle télévision publique

La "mire" de la RTF (Radio Télévision Française) ancêtre, en noir et blanc, de l'actuelle télévision publique.

 

Chers tous,

J'ai suivi le journal télévisé de France 2 de ce jour, présenté par Nathanaël de Rincquesen. Le deuxième sujet, après les manifestations d'agriculteurs, était la réforme du droit du travail. Voici comment elle était présentée :

Nathanaël de Rincquesen : "On revient maintenant sur la réforme du droit du travail, qui doit être présenté, début mars, en conseil des ministres. Nous vous en parlions déjà hier. Laurent Desbonnets, bonjour : "Ce projet, porté par Myriam El Khomri, casse certains codes qui sont chers à la gauche."

Laurent Desbonnets : "Oui, à commencer par le totem des 35 heures, ça reste la durée légale, mais elles sont complètement détricotées."

Je m'arrête ici sur le terme "totem.

Qu'est-ce qu'un totem ? C'est un terme du langage des Amérindiens d'Amérique du Nord, qui peut désigner plusieurs choses (un ancêtre mythique, un lien de parenté, une sculpture...) mais, surtout, religieusement, une entité sacrée, qu'on ne consomme pas, une entité qu'on respecte, qu'on craint, qu'on présente comme le fondement des institutions, comme un modèle de comportement, comme une exigence d'organisation."

Cela, c'est la définition brute, telle qu'elle peut être énoncée par un ethnologue ou par un anthropologue. Mais, dans la France de 2016, cette définition n'est pas perçue de façon neutre, elle est perçue réfractée par notre culture et par notre idéologie. Or, le plus souvent, cette culture et cette idéologie nous réfractent le totem de façon négative :


1. Si l'on est chrétien, le totémisme apparaît comme un paganisme, le signe d'une civilisation antérieure au christianisme, celle contre laquelle luttèrent les premiers évangélistes (en Gaule ou en Germanie) ou les missionnaires européens des XVIe au XIXe siècle, la civilisation de la barbarie, de l'anthropophagie et des contrées où l'on se promène tout nu.

2. Si l'on est athée, le totémisme est, comme toutes les religions, absurde. Il fluctue dans la loi des trois états d'Auguste Comte, quelque part entre le fétichisme et le polythéisme, donc antérieur au monothéisme, lui-même antérieur à l'état métaphysique, lui-même inférieur à l'état scientifique.

3. Si l'on est néo-colonialiste (et, a fortiori, raciste), le totem apparaît comme un signe de l'arriération des peuplades du Sud - et de la supériorité concomitante des ex-colonisateurs.

- La résultante de ces idéologies est de faire percevoir la révérence envers le totem (en tant qu'il est saisi à titre de croyance), comme infondée, irrationnelle, pré-scientifique (on ne peut manger de tel mets, on ne peut accomplir tel geste ou telle activité certains jours de l'année, on ne peut se servir de telle main pour tels usages, on ne peut prononcer tels mots, etc.). Bref, le totem est la négation, l'antithèse de la civilisation des ordinateurs et de l'Internet, de cette civilisation positiviste qui (même si Auguste Comte est passé de mode), continue néanmoins de penser que tout se résout par la science.

Ainsi, en présentant comme un "totem" la durée légale du travail (mais aussi le type de contrat de travail - CDI ou CDD - le salaire minimum, les indemnités et les conditions de licenciement, la retraite par répartition...), on fait de cette durée légale une disposition absurde, arbitraire, infondée, irrationnelle, à l'instar de ce qu'était (aux yeux des colons nord-américains), le totem des tribus amérindiennes - donc une institution appelée à ne plus figurer qu'au musée.

Notons, d'ailleurs, que le langage médiatique (et politique et patronal) fait le même usage du tout aussi exotique terme "tabou" : le "tabou" des 35 heures, le "tabou" de la retraite à 60 ans (et même de la retraite tout court), le "tabou" du SMIC, etc.

Je vous saurais gré de vos remarques, précisions, compléments et critiques.

 

Bien à vous
 

Philippe Arnaud,

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog