Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
citoyen18.overblog.com

citoyen18.overblog.com

La porte à gauche. Jean FERRAT a chanté que certains prétendent que le bonheur était à la porte à droite. Aujourd’hui est-il à la porte à gauche ? Oui ! mais à la condition de secouer le cocotier de la pensée convenu ! Ce petit blog crée à l’initiative de quelques militants communistes de Vierzon n’a d’autres ambitions que de donner aux citoyens un support pour s’exprimer librement sur les sujets politiques, sociaux ou culturels d’actualité du local à l’international, qui s’émancipe des discours convenus, des lignes officielles décidées par quelques notables de la politique, aux doubles langages, aux bonimenteurs de vraies fausses solutions et qui cultivent la résignation. Déverrouillez les débats et enfoncez la porte à droite (….ou à gauche ?) Les seules limites, car il en faut, à notre liberté : Celle du respect des personnes, le souci de la vérité et de faire vivre le débat. Ainsi seront exclus tous messages comprenant des insultes ou diffamations visant une (des) personne(s), seront exclues, s’ils sont avérées, des informations mensongères ou rumeur infondées. Chacun pourra également participer au débat juste et loyal en signalant un abus de cette nature. Les productions de ces abus seront retirés et l’auteur exclu du blog.

Publié le par "Citoyen 18"
Publié dans : #Humeurs
Ouvrez les yeux, RÉVEILLEZ-VOUS ! [Bernard CONTE]A Talence, au Conseil municipal du 11 janvier 2016, une délibération portait sur l'élection d'un nouvel adjoint suite à une démission. Bien que dans l'opposition, j'ai présenté ma candidature. Voici le texte de la présentation de ma candidature.
Vous vous demandez sans doute quelles sont les raisons de ma candidature. La raison principale est qu’elle m’offre l’opportunité de réveiller les consciences dans le cadre du Conseil municipal où les sujets abordés sont généralement bien encadrés.
Bernard Conte
********

Déclaration de Bernard CONTE

Enseignant – Chercheur, Conseiller municipal de Talence (Gironde)

 

Ouvrez les yeux, réveillez-vous !
 
Depuis quarante ans nos dirigeants politiques nous mentent. Ils disent lutter contre le chômage et la pauvreté, mais ils font tout le contraire.
 
Ouvrez les yeux !
Le chômage est passé de 2,9% de la population active en 1973 à plus de 21% en 2015 si l’on démêle l’écheveau statistique manipulé par les pouvoirs publics.
 
La France s’est relativement appauvrie comme le montre l’évolution de l’Indice du  développement humain (IDH) du PNUD. Notre pays est passé du 2nd rang du classement en 1995, au 22ème rang en 2014, soit une chute de 20 places.
 
Nos dirigeants disent œuvrer pour générer de la croissance économique, mais c’est de la récession qu’ils produisent.
 
Sont-ils incompétents ? Je ne le crois pas vraiment. Quelle que soit leur coloration politique, ils font la même politique : celle de leurssponsorsLe principe actif est le même, il n’y a que l’emballage qui change.
 
Ouvrez les yeux !
Notre système politique est bâti sur le clientélisme dont la croissance est le veau d’or. Notre système, caractérisé depuis plus de 40 ans par un bipartisme de connivence, dont la clé de voute est  la croissance économique car elle grossit le gâteau de la richesse nationale et permet aux politiciens de créer et de distribuer de la richesse sous forme de rente.
 
De façon schématique, les politiciens au pouvoir distribuent des rentes à leurs sponsors ainsi qu’à leur clientèle politique. Les sponsors financent les campagnes électorales, influencent l’opinion publique, notamment à travers les medias qu’ils contrôlent, et la clientèle politique apporte son suffrage aux élections.
 
Ce système peut être qualifié de clientéliste. Tout va pour le mieux lorsque la croissance économique est de mise car le gâteau de la rente s’élargit sans cesse et permet globalement de satisfaire les demandes tant des sponsors que de la masse des électeurs. Le système clientéliste est prospère et les inégalités dans la redistribution des rentes ne suscitent pas trop de vagues conflictuelles du fait que, peu ou prou, tout le monde en profite. La rente ruissèle jusqu’au bas de la pyramide sociale.
 
Ouvrez les yeux !
La surenchère électoraliste de la démocratie de connivence a conduit à l’élargissement et à l’approfondissement de la distribution clientéliste de la rente. La multiplication des agents à la recherche de rente (entreprises, individus, groupes, communautés…) et l’accroissement de leurs exigences se sont traduits par une inflation rentière qui s’est heurtée de front à la baisse de la croissance, puis à la stagnation. La multiplication des convives et leur appétit démesuré engendrent inévitablement des tensions lorsque la taille du gâteau à partager ne grossit plus, voire se réduit.
 
Dans l’attente du retour de la croissance, auquel nos dirigeants font semblant de croire, ils reconduisent le système clientéliste ancien, mais sous une forme appauvrie. En d’autres mots, tous les clients ne pouvant être servis, il faut satisfaire en priorité les sponsors au détriment du reste de la population. Cela implique notamment la baisse des dépenses sociales, le détricotage du droit du travail, les privatisations, les subventions (directes ou déguisées aux multinationales), le renflouement des banques, l’augmentation de la fiscalité qui pèse sur les classes moyennes en voie d’euthanasie, etc. Toutes ces mesures étant justifiées par la lutte contre le chômage et la pauvreté, ainsi que par l’espoir d’un retour de la croissance. Néanmoins, la classe politique - qui manque de courage comme elle l’a démontré à diverses reprises dans notre histoire – ne redistribue les cartes que de façon graduelle car elle craint à la fois le résultat du suffrage universel et d’éventuel troubles sociaux graves. Cette situation se traduit par des déficits budgétaires importants et une dette publique en croissance exponentielle.
 
Ouvrez les yeux !
Lorsque les sponsors s’impatientent vraiment de la lenteur du processus de redistribution de la rente en leur faveur, la classe politique au pouvoir n’a plus qu’à obtempérer et à accélérer l’ajustement de la structure du partage de la rente.
 
Mais l’imposition d’une austérité rigoureuse au plus grand nombre peut engendrer des réactions de rejet. L’état d’urgence sécuritaire, bientôt inscrit dans la loi fondamentale qu’est la Constitution (comme le déficit zéro des finances publiques), va permettre d’éviter, en les dénaturant ou en les interdisant, les mouvements contestataires, les mouvements sociaux, les manifestations et cet état d’urgence va même autoriser l’embastillement d’éventuels meneurs. C’est cela qui est important et non pas la déchéance d’une binationalité qui mobilise les media.
 
L’état d’urgence sécuritaire va accompagner l’état d’urgence économique dont parle Monsieur Macron qui va permettre, selon ses mots, « d’engager de nouveau de grandes réformes ». Ces grandes réformes ont pour objectif de Tiers-mondialiser la France pour la rendre compétitive avec la Chine par exemple. L’état d’urgence économique, c’est la Grèce : baisse des salaires, de la protection sociale, des retraites, appauvrissement de la population,… tout cela sous prétexte de croissance, de lutte contre le chômage, contre la pauvreté… et d’équité pour, en fait, enrichir les sponsors.
 
Comment réagir pour ne pas en mourir ?
 
Réveillez-vous !
Le salut ne se trouve pas dans les extrêmes de l’échiquier politique. D’ailleurs, ces extrêmes font partie intégrante du système et servent avant tout à le pérenniser.
 
Le salut réside dans un large rassemblement, sans doute en marge des partis politiques, de personnes de bonne volonté, soucieuses d’œuvrer pour le bien commun.
 
Ce rassemblement se fera, vraisemblablement, tout d’abord au niveau local pour des raisons de proximité. Je rappelle que pendant la deuxième guerre mondiale, alors que la France était à genou, quelques personnes de bonne volonté, initialement peu nombreuses, il est vrai, de sensibilités politiques différentes, voire opposées, se sont réunies pour élaborer un programme pour relever notre pays.
 
Dans le contexte actuel de guerre économique, une démarche du même type s’impose et elle ne pourra, à mon sens, prendre naissance quedans un périmètre restreint, une commune par exemple. Par la suite, l’addition des expériences locales permettra le changement dans des niveaux plus élevés.
 
Réveillez-vous !
La clé du salut se situe avant tout au niveau local.
 

Ce soir n’est pas le « Grand soir ». Mais il m’aura permis d’exprimer quelques idées. Je vous remercie.

Le vote :
Le PS et les Verts n'ont pas participé au vote.
La vraie gauche pour Talence : 2 votants (moi-même et mon collègue de la liste)
La majorité d'Alain Cazabonne (centre + droite): 32 votants
Les résultats :
bulletin blanc : 1
Le candidat de la majorité : 32 voix
Bernard Conte : 1 voix
Commentaire :
Personne n'a ouvert les yeux, personne ne s'est réveillé !
 
Par: Bernard CONTE

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog