Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
citoyen18.overblog.com

La porte à gauche. Jean FERRAT a chanté que certains prétendent que le bonheur était à la porte à droite. Aujourd’hui est-il à la porte à gauche ? Oui ! mais à la condition de secouer le cocotier de la pensée convenu ! Ce petit blog crée à l’initiative de quelques militants communistes de Vierzon n’a d’autres ambitions que de donner aux citoyens un support pour s’exprimer librement sur les sujets politiques, sociaux ou culturels d’actualité du local à l’international, qui s’émancipe des discours convenus, des lignes officielles décidées par quelques notables de la politique, aux doubles langages, aux bonimenteurs de vraies fausses solutions et qui cultivent la résignation. Déverrouillez les débats et enfoncez la porte à droite (….ou à gauche ?) Les seules limites, car il en faut, à notre liberté : Celle du respect des personnes, le souci de la vérité et de faire vivre le débat. Ainsi seront exclus tous messages comprenant des insultes ou diffamations visant une (des) personne(s), seront exclues, s’ils sont avérées, des informations mensongères ou rumeur infondées. Chacun pourra également participer au débat juste et loyal en signalant un abus de cette nature. Les productions de ces abus seront retirés et l’auteur exclu du blog.

Un site internet consacré à Georges MARCHAIS.

A l'heure où la mairie de Villejuif tente de rayer de l'histoire l'ex secrétaire général du Parti Communiste, un nouveau site internet dédié à sa mémoire vient d'être lancé.

« Il aimait la vie », telle est la citation qui se superpose au portrait de l’homme au sourire éclatant en page d’accueil du site.  

Jalonné de repères biographiques, le site rappelle les débuts de Georges Marchais en tant que tourneur à l’entreprise Voisin où il fait son apprentissage d’orateur en devenant un délégué syndical craint par les patrons et respectés par les ouvriers. Ce gout de la joute oratoire qui ne l’a jamais quitté est mis en lumière par de nombreux extraits vidéo de ses débats, souvent houleux sur les plateaux de télévision.  

Une rubrique particulièrement émouvante est consacrée à ses liens privilégiés avec Nelson Mandela, on découvre alors, photos à l’appui comment son histoire personnelle a croisé à mainte reprise  le fil de la grande Histoire, comme ce jour de mars 1995 où son vieil ami Fidel Castro,  en visite officielle en France, lui rend visite chez lui, dans son petit pavillon de Champigny.

On suit Marchais  jusqu’à son avènement entant qu’homme politique de premier plan et le déroulé de la vie de cet homme hors du commun, émaillé de témoignages et d’archives remet en perspective une époque où les valeurs de gauche étaient au premier plan. Et de mettre à mal les affirmation hasardeuses qui tendent à  ringardiser les idée communistes ou à les assimiler à celles chargées de haine et de postulats mensongers de l'extrême droite.

Si les témoignages sont souvent laudateurs, une rubrique consacrée aux caricatures de celui qui y pretait volontier le flanc montre les unes parfois un peu cruelle, mais toujours très drôles de Charlie hebdo, ainsi que des dessins de Wolinski, Plantu et de Jacques Faizan, ce dernier ayant fait de Georges Marchais l'une de ses cibles favorites.

L'Humanité.fr a rencontré Olivier Marchais afin d'évoquer la décision scandaleuse du conseil municipal de Villejuif de débaptiser le parvis Georges Marchais, député de la circonscription durant vingt-quatre ans au bénéfice du cancérologue Georges Mathé.

Ce beau travail documentaire est aussi relié à l’actualité puisqu’une page est dédiée à « l’affaire du parvis Georges Marchais » que la nouvelle équipe municipale de Villejuif a décidé de rebaptisé, tentant ainsi d’effacer de la mémoire collective ce personnage haut en couleur à retrouver ou, pour les plus jeune, à découvrir, en noir et blanc, sur son site.

 

 

L'Humanité.fr a rencontré Olivier Marchais afin d'évoquer la décision scandaleuse du conseil municipal de Villejuif de débaptiser le parvis Georges Marchais, député de la circonscription durant vingt-quatre ans au bénéfice du cancérologue Georges Mathé. Par l'HUMANITE.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article