Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
citoyen18.overblog.com

La porte à gauche. Jean FERRAT a chanté que certains prétendent que le bonheur était à la porte à droite. Aujourd’hui est-il à la porte à gauche ? Oui ! mais à la condition de secouer le cocotier de la pensée convenu ! Ce petit blog crée à l’initiative de quelques militants communistes de Vierzon n’a d’autres ambitions que de donner aux citoyens un support pour s’exprimer librement sur les sujets politiques, sociaux ou culturels d’actualité du local à l’international, qui s’émancipe des discours convenus, des lignes officielles décidées par quelques notables de la politique, aux doubles langages, aux bonimenteurs de vraies fausses solutions et qui cultivent la résignation. Déverrouillez les débats et enfoncez la porte à droite (….ou à gauche ?) Les seules limites, car il en faut, à notre liberté : Celle du respect des personnes, le souci de la vérité et de faire vivre le débat. Ainsi seront exclus tous messages comprenant des insultes ou diffamations visant une (des) personne(s), seront exclues, s’ils sont avérées, des informations mensongères ou rumeur infondées. Chacun pourra également participer au débat juste et loyal en signalant un abus de cette nature. Les productions de ces abus seront retirés et l’auteur exclu du blog.

Déshabillons-les !

Photo Kenzo Tribouillard

Photo Kenzo Tribouillard

Je ne condamne pas. Je comprends et partage la colère des travailleurs d’Air France, traités de « voyous » par un politicien aux dents si longues qu’elles cirent les parquets patronaux.

Deux chemises déchirées, fussent-elles de luxe, n’égalent pas la suppression de 2900 emplois.
Ce matin, à six heures, des « meneurs » (cinq salariés, tous syndiqués à la CGT) ont été arrêtés à domicile comme de vulgaires délinquants... Jérôme Cahuzac, lui, eut droit à d’autres égards... Faut-il qu’elles aient peur les classes dominantes et leurs chiennes de garde pour aller si loin !
 
Depuis le début de « l’affaire Air France », leurs médias à la botte montent les « incidents » en épingle pour mieux paralyser et mater la « populace ». Celle qui, tellement exploitée, humiliée, n’en peut plus, et dont le désespoir devient parfois violent. On ne peut pas se foutre en permanence impunément de la gueule des travailleurs. Et la saignée s’accélère. Menaces sur l’APL, une loi de finances qui émane en réalité de la Troïka...
Ils ont peur, les possédants, peur pour leurs dividendes, leurs profits, leurs privilèges. Il est temps de leur faire encore plus peur et de commencer à les déshabiller, à les obliger à « tomber la chemise ».
 
Hollande, Valls et Macron ont engagé un bras de fer contre les luttes, ils peuvent s’y casser les bras. La répression, l’arrestation sans ménagement de salariés, de syndicalistes, exaspérés, est indécente, insupportable. La criminalisation de luttes justes rappelle les pires moments de notre histoire.
 
Par: Jean ORTIZ
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
X
Xavier Mathieu a ensuite tenu à souligner la différence de traitement existant selon lui dans les médias entre les violences des salariés et celles des dirigeants d'entreprise. "Continental a fermé en 2009, a évoqué des raisons économiques (...) Aujourd'hui, Continental a été condamné cinq fois sur six - on attend la sixième fois bientôt - parce qu'il n'y avait aucune raison économique à la fermeture de cette entreprise. Vous avez fait la Une sur les oeufs à l'époque. Vous avez crié au scandale ! Vous nous avez traités de voyous ! Je dis 'vous' pour les médias en général. Les dirigeants de Continental n'ont jamais été en garde à vue. Et pourtant il y a eu des morts. Il y a 500 mecs qui sont encore au chômage aujourd'hui. Il y a 200 mecs au RSA. Il y a à peu près 400 divorces, 5 suicides. Voilà les conséquences !", a-t-il dénoncé.<br /> <br /> Xavier Mathieu a poursuivi : "Je suis venu parce que j'avais envie d'expliquer aux gens pourquoi la façon dont a été traitée cette chemise arrachée par les médias est honteuse". Et de conclure un peu plus tard : "Rassurez-vous que ce ne soit que des chemises arrachées pour l'instant parce qu'un jour ou l'autre, ça sera bien pire que ça !". puremedias.com vous propose de revoir cette séquence à partir de 2 minutes 20.
Répondre
E
Comme le chante Juliette GRECO: déshabillé moi! A les cons tout est bon du moment que l'on parle d'eux. Ils sons prêt a tout.
Répondre