Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
citoyen18.overblog.com

La porte à gauche. Jean FERRAT a chanté que certains prétendent que le bonheur était à la porte à droite. Aujourd’hui est-il à la porte à gauche ? Oui ! mais à la condition de secouer le cocotier de la pensée convenu ! Ce petit blog crée à l’initiative de quelques militants communistes de Vierzon n’a d’autres ambitions que de donner aux citoyens un support pour s’exprimer librement sur les sujets politiques, sociaux ou culturels d’actualité du local à l’international, qui s’émancipe des discours convenus, des lignes officielles décidées par quelques notables de la politique, aux doubles langages, aux bonimenteurs de vraies fausses solutions et qui cultivent la résignation. Déverrouillez les débats et enfoncez la porte à droite (….ou à gauche ?) Les seules limites, car il en faut, à notre liberté : Celle du respect des personnes, le souci de la vérité et de faire vivre le débat. Ainsi seront exclus tous messages comprenant des insultes ou diffamations visant une (des) personne(s), seront exclues, s’ils sont avérées, des informations mensongères ou rumeur infondées. Chacun pourra également participer au débat juste et loyal en signalant un abus de cette nature. Les productions de ces abus seront retirés et l’auteur exclu du blog.

TENIR… jusqu’à quand ?

Jamais président, clé de voûte des institutions de la Ve République, n’avait fait l’objet d’un tel rejet à mi-mandat. Rejet nourri par l’effondrement social et économique auquel conduit sa politique. Au point que nombre d’experts prédisent un processus de « japanification » de l’Europe et de la France, à l’image des vingt années de « croissance négative » que le Japon vient de traverser.

 

C’est à l’aube de ce désastre annoncé que se multiplient les hypothèses sur ce que Hollande va faire de la deuxième moitié de son mandat. Une seule chose semble compter pour lui : tenir.

 

Un proche de Hollande, Mignard, recommande la formation immédiate d’un gouvernement de coalition gauche-droite autour de la défense de l’euro. Hollande lui-même, selon Le Figaro, envisagerait une réforme électorale introduisant la proportionnelle pour les élections législatives.

 

S’agit-il d’assurer une représentation plus équitable des formations politiques ? D’aucune manière. Rappelons-le : nous sommes dans la Ve République, un régime où le président concentre entre ses mains tous les pouvoirs et où le Parlement est une Assemblée croupion aux ordres du présidentRappelons aussi que nous sommes dans le carcan de l’Union européenne : 90 % des lois votées à l’Assemblée nationale ne sont que transposition des directives européennes.

 

En réalité, il s’agit là d’une manoeuvre, une de plus : une éventuelle refonte du système électoral pourrait, selon Le Figaro, précéder une dissolution, laquelle rendrait possible « toutes les combinaisons ». « Toutes les combinaisons » ? Pour quoi faire ? Pour garantir que continueront à s’appliquer les plans destructeurs dictés par l’Union européenne et le Fonds monétaire international ? Pour continuer à tailler en pièces la Sécurité sociale et les droits ouvriers ? Pour continuer à privatiser et déréglementer à tour de bras ?

 

Voilà à quoi réfléchissent ceux qui, au sommet du pays, le précipitent vers la ruine et le désastre !

 

De cela, deux conclusions peuvent être tirées.

 

La première : pour couper court à la marche au désastre annoncé, il revient au mouvement ouvrier de rompre tout lien avec le gouvernement Hollande-Valls. Au-delà, il lui reviendra de briser le carcan des institutions de la Ve République et de l’Union européenne, puisque celles-ci ont pour seule fonction d’assurer la continuité des plans du capital.

 

La deuxième : qu’on ne vienne pas dire aux travailleurs qu’en réalisant leur action de classe unie contre le gouvernement, son pacte de responsabilité et ses contre-réformes, ils ouvriraient la voie à la droite et à l’extrême droite. Ce gouvernement est son propre fossoyeur. Surtout, il s’apprête à entrer dans l’histoire comme le fossoyeur de toutes les conquêtes de 1945, à commencer par la Sécurité sociale ; et aussi comme le fossoyeur de tous les éléments de démocratie politique arrachés depuis plus de deux siècles, à commencer par la République une et indivisible, les communes et les départements.

 

Ce gouvernement a une cible : la classe ouvrière et la démocratie.

 

Les travailleurs sont en état de légitime défense.

 

Aucun chantage ne saurait justifier que la classe ouvrière et ses organisations soient détournées du combat légitime pour bloquer le gouvernement et sa politique. C’est par cette voie que s’imposera une rupture effective mettant à l’ordre du jour la reconquête de la démocratie et des droits ouvriers détruits.

Par El Diablo.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article