Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
citoyen18.overblog.com

La porte à gauche. Jean FERRAT a chanté que certains prétendent que le bonheur était à la porte à droite. Aujourd’hui est-il à la porte à gauche ? Oui ! mais à la condition de secouer le cocotier de la pensée convenu ! Ce petit blog crée à l’initiative de quelques militants communistes de Vierzon n’a d’autres ambitions que de donner aux citoyens un support pour s’exprimer librement sur les sujets politiques, sociaux ou culturels d’actualité du local à l’international, qui s’émancipe des discours convenus, des lignes officielles décidées par quelques notables de la politique, aux doubles langages, aux bonimenteurs de vraies fausses solutions et qui cultivent la résignation. Déverrouillez les débats et enfoncez la porte à droite (….ou à gauche ?) Les seules limites, car il en faut, à notre liberté : Celle du respect des personnes, le souci de la vérité et de faire vivre le débat. Ainsi seront exclus tous messages comprenant des insultes ou diffamations visant une (des) personne(s), seront exclues, s’ils sont avérées, des informations mensongères ou rumeur infondées. Chacun pourra également participer au débat juste et loyal en signalant un abus de cette nature. Les productions de ces abus seront retirés et l’auteur exclu du blog.

Le bac pro technicien modeleur du lycée Henri-Brisson.

La filière de modeleur maquettiste du lycée Brisson a su s’adapter à l’évolution du métier. Ce qui lui vaut d’être la formation la plus importante de France.

Ils viennent de toute la France occuper l'internat pour suivre le bac professionnel technicien modeleur du lycée Henri-Brisson. D'Annecy, de Rouen, de Paris…

Et pour cause, il n'existe que quatre formations identiques en France. Celle de Vierzon restant la plus importante, en nombre d'élèves (soixante-dix-neuf), mais aussi en terme de prestige. Car la filière est historique. Elle est liée à la fonderie en tant que branche conceptrice des modèles, d'où son nom. Sachant que la fonderie est une des premières formations du lycée.

« La section vierzonnaise a dû prendre le virage, il y a quinze ans »

Mais l'histoire n'explique pas tout. Malgré la baisse des besoins de montage due à la délocalisation des fonderies de France, « la section vierzonnaise a su prendre le virage, il y a quinze ans, juste avant que le métier s'ouvre à de nouvelles technologies et des procédés ultramodernes », assure Jean-Luc Noblet, professeur spécialisé dans la conception des maquettes.

Aujourd'hui, dans des locaux et autour de machines imposantes qui ont, elles aussi, suivi le changement industriel, les élèves ne se contentent plus de créer des modèles qui permettent d'obtenir des empreintes dans des moules. Ils créent, également, des prototypes à partir de matériaux nouveaux et utilisent au quotidien les imprimantes 3D et les ordinateurs. Ceux qui sont, aujourd'hui, sur le marché du travail, fabriquent les concepts cars qui ont été exposés au Salon mondial de l'auto qui vient de s'achever, mettent en forme les matériaux composites de l'aéronautique, et fabriquent des flacons de parfum, des maquettes d'architectures, des présentoirs de publicité…

Cette année, les trois niveaux du bac professionnel ne manquent pas de projets. Des prototypes de présentoirs vont être proposés au Point information jeunesse, qui manque de supports pour des documents. Il s'agira de terminer l'écluse pédagogique miniature commandée, l'an dernier, par le collège Albert-Camus. Tout en continuant à s'exercer sur la conception et la fabrication d'objets très divers imaginés chaque année, qu'on peut admirer dans la salle d'exposition : des lampes de bureau très design, de faux caméscopes, des maquettes de voitures, et même une machine à fabriquer les touches de guitares. Si, désormais, les modeleurs sont surtout « des créateurs de forme », ils « gardent l'expertise du moulage de qualité » qui fait la notoriété de la section.

 

La diversification de l'activité a attiré, petit à petit, un public plus féminin. Alors que les garçons composaient encore l'intégralité des classes il y a plusieurs années, les filles de seconde, première et terminale représentent aujourd'hui 17 % des effectifs. « Même si on ne peut pas faire de généralité, les filles apprécient beaucoup le nouveau côté créatif et artistique de la filière », explique Didier Chagnon, un des trois autres professeurs de la section.

Un regain d'intérêt pour la profession qui oblige le corps enseignant à opérer des sélections parmi une quarantaine de dossiers à chaque rentrée scolaire. Au cours de la décennie, le recrutement à la rentrée est passé de quinze à vingt-quatre puis vingt-huit élèves en seconde.

Les heureux élus décrochent rarement : 100 % des élèves admis avaient fait de ce bac pro technicien modeleur leur premier v'u d'orientation post troisième. Une motivation récompensée par le bon accueil que leur réservent les entreprises locales pendant les stages (*) et par l'existence de débouchés en région et en France. « Les entreprises appellent pour nous demander des jeunes dotés de savoir-faire. S'ils acceptent de bouger un peu, il y a de quoi faire », confirme Jean-Luc Noblet.

La moitié des élèves poursuit ses études avec le BTS conception de produits industriels, plus en lien avec les bureaux d'études et le dessin. Et bon nombre d'anciens viennent donner des nouvelles de leur carrière aux professeurs passionnés qui, pour certains, ont été formés dans ces locaux. Tout un symbole…

(*) PÉFM (proto, étude, fabrication, modelage) à Mehun-sur-Yèvre, Créaform à Theillay, SC Aéro à Saint-Douchard…

Par: Christelle Marilleau et Le Berry Républicain.

Comme quoi quand la FCPE disait qu'il fallait préservé la section entierre et l'ouvrir d'avantage, parce qu'il y avait une forte demande, nous avions raison. CQFD

Citoyen18

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
L'Opiniâtreté de certains à payé, le lycée peut s’enorgueillir d’avoir conserver cette section, une des meilleurs en France,ne déplaise à ceux qui disait que c'était mort.
Répondre