Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
citoyen18.overblog.com

La porte à gauche. Jean FERRAT a chanté que certains prétendent que le bonheur était à la porte à droite. Aujourd’hui est-il à la porte à gauche ? Oui ! mais à la condition de secouer le cocotier de la pensée convenu ! Ce petit blog crée à l’initiative de quelques militants communistes de Vierzon n’a d’autres ambitions que de donner aux citoyens un support pour s’exprimer librement sur les sujets politiques, sociaux ou culturels d’actualité du local à l’international, qui s’émancipe des discours convenus, des lignes officielles décidées par quelques notables de la politique, aux doubles langages, aux bonimenteurs de vraies fausses solutions et qui cultivent la résignation. Déverrouillez les débats et enfoncez la porte à droite (….ou à gauche ?) Les seules limites, car il en faut, à notre liberté : Celle du respect des personnes, le souci de la vérité et de faire vivre le débat. Ainsi seront exclus tous messages comprenant des insultes ou diffamations visant une (des) personne(s), seront exclues, s’ils sont avérées, des informations mensongères ou rumeur infondées. Chacun pourra également participer au débat juste et loyal en signalant un abus de cette nature. Les productions de ces abus seront retirés et l’auteur exclu du blog.

Solidarité avec les grévistes d'Aubigny-sur-Nère.

Solidarité avec les grévistes d'Aubigny-sur-Nère.

51 jours de grève ! C’est en effet une lutte longue et opiniâtre que mènent les facteurs d’Aubigny-sur-Nère pour la défense de leurs conditions de travail, de l’emploi, de la qualité du service public.

Plus de 100 personnes ont répondu à l’appel de la CGT et de SUD à se rassembler pour soutenir les facteurs qui se battent non seulement pour leurs revendications légitimes mais aussi pour empêcher une nouvelle dégradation du service public.

La manifestation partie de devant la Poste est passée dans la rue principale puis devant la mairie où une délégation a été reçue par un adjoint au maire de la ville. Celui-ci s’est contenté de les écouter poliment alors qu’en tant qu’élu du peuple, il aurait été bien mieux inspiré de soutenir publiquement les facteurs en lutte qui se battent aussi pour les intérêts des usagers.

A la fin de la manifestation, Dominique LARDUINAT a fait la déclaration suivante :

Cher(es) Camarades, cher(es) ami(es), Nous sommes réunis ici à Aubigny pour soutenir et féliciter sans réserve les grévistes qui en sont à leur 50è jours de grève (et son 51è précisément " à la date de la manif") depuis le 16 juin. Depuis le 1er jour (voire même avant), nous avons tenté de faire entendre raison (sans réussite jusqu’à ce jour) à notre direction sur l’avalanche de mauvais coups. Pour repréciser le contexte on peut qualifier cette réorganisation de quadruple peine avec :

  • 9 suppressions de tournées sur 31 soit 29 % et 14 % de suppressions d’emploi dont 1 licenciement.
  • Délocalisation de 3 bureaux à Aubigny
  • Mise en place de la pause méridienne
  • Fin du « fini-parti » (1) fragilisant un peu plus le service public déjà mis à mal sans oublier la mise en place du « distri-date » (2) etc.

Toutes ces régressions sont qualifiées d’incontournables et de non négociables, ce qui est du jamais vu.

Pourtant, nous avons fait des concessions tout au long de la discussion (pas de négociation pour l’instant), sur la prise en compte de leur diagnostic entre autre.

La direction de la Poste refuse une médiation.

Si toutes ces régressions passent à Aubigny, que sera la Poste de demain ? ce sera la fin du J + 1, de la distribution 6/7 jours, l’instauration du travail gratuit, la baisse des salaires, la fin des titulaires de quartiers, des convention collective et des contrats à durée indéterminée.

Les 16 grévistes du début du conflit (auxquels il convient de rajouter 1 nouvelle gréviste de Vailly) sont bien les victimes de cette frénésie de productivité et rien n’est plus cher que la dignité de ces courageux grévistes malgré le mépris, la distribution par les « jaunes » voir les provocs de certains cadres. Rien que pour ce matin avec le simulacre de négociations avec les 2 chefaillons de service.

Pourtant les dirigeants de la Poste feraient bien de se rappeler de la nuit du 4 août 1789 où l’impossible s’est quand même produit pour abolir les privilèges. D’ailleurs, les parts variables des cadres supérieurs de la Poste sont des privilèges. Ils servent à acheter leur docilité même s’il est toujours compliqué de comparer ces 2 périodes.

Il convient également de dénoncer le double discours entre le siège national de la Poste où on « négocie » un accord intitulé « construisons un autre avenir pour la Poste » qui prévoie « la recherche d’un équilibre vie professionnelle – vie privée, en veillant à la qualité de la vie au Travail.

Si la Poste veut tenir ses engagements et retrouver la confiance des postiers de France et d’Aubigny, elle doit renoncer à la pause méridienne, aux suppressions d’emploi et à la délocalisation des facteurs.

Enfin, je terminerai sur le rassemblement syndical CGT et SUD. Je ne m’étendrai pas sur le départ de FO découvrant après plus de 30 jours de grève que finalement CGT et SUD n’ont rien compris et qu’il serait bien de reprendre le boulot. Je passe également sur l’épisode de l’union sacrée CFDT, FO mains dans la main hier.

Non je veux redire que la force que nous représentons, sur la base des revendications du personnel est une force. Cette journée en est également une preuve. Nous avons besoin de toutes les forces de progrès pour faire évoluer positivement la situation alors que la Poste veut faire coup double contre les grévistes et contre le rassemblement CGT SUD.

Vive les grévistes.

Depuis la prise de décision de construction du nouveau local, la CGT s’est exprimée sans ambigüité conte cette décision et aux prémices de la réorganisation nous l’avons contestée. C’est l’entêtement de la Direction Technique du Courrier qui ne supporte pas que de « simples » facteurs fassent part de leurs désaccords, défendent leurs conditions de travail et le service public.

La Poste a réalisé un bénéfice de 485 millions au 1er semestre 2014 soit une augmentation de 113 millions par rapport aux prévisions.

(1) Fini-parti, : un facteur ayant terminé sa tournée avant 13h peut être libéré ; inversement, il devra achever sa distribution sans compensation salariale même si l’horaire théorique est atteint.

(2) Distri’Date, consiste pour la direction de la Poste à demander aux facteurs de s’arrêter à une boîte aux lettres uniquement si le courrier est en limite de date.

par jpp.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Allons nous encore accepter le massacre du service public? Les mauvais coup, cela a assez duré. Non nous ne voulons pas de régression surtout quant on voie les bénefices que certains font sur le dos des petits.
Répondre