Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
citoyen18.overblog.com

La porte à gauche. Jean FERRAT a chanté que certains prétendent que le bonheur était à la porte à droite. Aujourd’hui est-il à la porte à gauche ? Oui ! mais à la condition de secouer le cocotier de la pensée convenu ! Ce petit blog crée à l’initiative de quelques militants communistes de Vierzon n’a d’autres ambitions que de donner aux citoyens un support pour s’exprimer librement sur les sujets politiques, sociaux ou culturels d’actualité du local à l’international, qui s’émancipe des discours convenus, des lignes officielles décidées par quelques notables de la politique, aux doubles langages, aux bonimenteurs de vraies fausses solutions et qui cultivent la résignation. Déverrouillez les débats et enfoncez la porte à droite (….ou à gauche ?) Les seules limites, car il en faut, à notre liberté : Celle du respect des personnes, le souci de la vérité et de faire vivre le débat. Ainsi seront exclus tous messages comprenant des insultes ou diffamations visant une (des) personne(s), seront exclues, s’ils sont avérées, des informations mensongères ou rumeur infondées. Chacun pourra également participer au débat juste et loyal en signalant un abus de cette nature. Les productions de ces abus seront retirés et l’auteur exclu du blog.

Où t’es la gauche où t’es? L’extrême droite est dans la rue!

Le clivage gauche / droite, tel que nous le connaissons habituellement n’est plus. Du moins en ce moment présent. Le gouvernement prétend être ni de droite, ni de gauche, mais sa politique reprend tous les classiques d’une droite assumée. uniteL’opposition gagne même les rangs de son propre parti. Dans un tel contexte d’illisibilité, où les droites UMP et UDI font mines de ne pas être d’accord, où les composantes de la gauche socialiste ou réellement sociales démocrates critiquent à boulet rouge et à juste titre l’action gouvernementale, l’extrême droite regarde, compte les points et se pose en recours. Elle occupe la rue, envahit les esprits, les plateaux télé au cri de « juif, la France n’est pas à toi« . Et au lieu de se fédérer, de se recomposer face à cet écroulement des digues de la république, les gauches se regardent, s’observent, se méfient les une des autres. La place est vacante, totalement abandonnée, et comme la nature a horreur du vide, la droite extrême et l’extrême droite s’invitent partout, absolument partout. 2 dimanche consécutifs elles ont fait parler d’elles au point de faire plier un gouvernement ni ne reconnait ni sa droite ni sa gauche. Un lundi 3 février lors d’un face à face Moscovici / Le Pen et d’un jeudi 6 février dans un trio infernal Valls, Finkielkraut, Philippot, elles auront un prime time pour déverser leur poison.

La responsabilité des gauches est déjà immense et le sera demain davantage encore. Au parti de gauche, parti dans lequel nous militons, on tergiverse autour d’un verre de whisky trop plein. Le buveur, en réalité, qui a des accointances avérées avec le FN, 2332px-Nouveau_logotype_PG.svga pourtant réussi à être investi tête de liste pour une municipale. Son cas est connu, depuis longtemps. Mais le « ménage » chez soi peut attendre tellement on s’empresse de vouloir le faire chez les autres. Oui cette affaire nous agace pour de vrai, car l’image d’un PG sectaire qui accepte ou qui vire à discrétion nuit gravement à la santé de la gauche. Tout simplement parce que les autres composantes de la gauche, de manière si puérile, se jettent sur l’occasion pour justifier leur rejet d’un parti pourtant incontournable de l’unité nécessaire de la gauche.

L’aile gauche du PS est à présent dans une opposition résolue à Hollande et à l’action du gouvernement. Rien ne va plus, et cela depuis le début du quinquennat. A lire Marie-Noëlle Lienemann ou bien d’autres à la gauche du PS en ce moment, Logo-MaintenantLaGauche-coul-moyenla distance qui les sépare du Front de Gauche n’a pas l’épaisseur du feuille de papier à cigarette, la distance qui les sépare du gouvernement et de l’appareil socialiste qui se solidarise systématiquement de l’exécutif est tout simplement abyssale. Pourtant, point de rapprochement. Pourtant haro sur les autres gauches. On dégaine d’emblée des listes municipales à Saint-denis ou à Montreuil en Seine Saint Denis par exemple, plutôt que de chercher une unité alors que les sortants sont de la famille, sont de la gauche. Pire encore, on finira par donner quitus à Hollande et son pacte de responsabilité, embrouillant encore plus la situation de la gauche, y jetant encore plus d’huile sur le feu, davantage de motifs de discordes.

pcfLe PCF hésite. Il ne sait plus s’il appartient au Front de Gauche ou si il est toujours l’allié sans faille, sans peur, sans reproche d’un parti socialiste qui ne rêve pourtant que de l’éradiquer. Aux municipales c’est open bar, chacun fera selon son désir ou bien plutôt selon son intérêt à être réélu et à garder son indemnité d’adjoint. Aux Européennes, scrutin proportionnel à un tour, on réactivera le Front de Gauche, cette perfusion qui permet de continuer à respirer un peu mais à peine en réalité.

EELV ne sait plus du tout sur quel pied danser. Les uns veulent sortir du gouvernement, retrouver une autonomie de penser, une autonomie de parole. Les autres, finalement, eelvse complaisent pas si mal dans les dorures des palais de la République. On ne parle plus du tout d’écologie? Et alors! On envisage de réamorcer l’ère écologiquement dévastatrice du productivisme? Et alors! On rechante la chanson du tout sécuritaire pour contenter les foules frustrer de salaires qui n’augmentent pas, frustrés d’un emploi qui n’arrive pas, frustrés d’un pouvoir d’achat qui s’écroule? Et alors. On envisage d’augmenter la durée du travail pour produire à bas coût? Et alors!

Pendant que les gauches se perdent, engluées dans les méandres d’une Ve République qui oblige à être élu pour être financé, qui force donc aux compromissions plutôt que de rechercher convergences et compromis, les droites extrêmes et l’extrême droite se déchainent. 11-05-12-Anti-FascismeElles profitent d’une gauche à terre, d’une gauche qui perd la bataille des idées, la bataille politique pour quelques postes d’adjoints aujourd’hui, de députés européens demain et de conseillers régionaux après demain. Elle n’est même plus tapis la droite extrême et son allié de toujours qu’est l’extrême droite. Toutes deux avancent à visage découvert, avec slogan nauséeux et projets infernaux. Et elles gagnent du terrain électoral, elles grignotent des parts de marchés conformément au business plan qui pari sur la déroute des gauches disloquées, éparpillées.

En réalité, et au regard des scrutins perdus par les gauches depuis 2012, ce n’est pas la droite et ses extrêmes qui progressent. Elles font le plein, ni plus ni moins. fnpoubelleMais les électeurs traditionnels des gauches restent chez eux écœurés par un spectacle affligeant de guerres d’égos pour ne pas dire autre chose au risque d’être vulgaire, effondrés par l’incapacité des gauches progressistes, sociales et écologistes à se fédérer, à se regrouper pour constituer une nouvelle majorité conforme au résultat de l’élection présidentielle du 6 mai 2012. Non qu’ils tournent le dos à la République. Mais bien plus parce que les gauches françaises se détournent d’eux, bien trop occupées à gérer leurs affaires internes de courants, de motions, de congrès, de co-présidents ou de premier secrétaire.

Lorsque le drame arrivera, et il finira par arriver, étapes par étapes ou brutalement, la gauche et ses composantes pourtant si proches idéologiquement, Diapositive1n’auront même plus les yeux pour pleurer. Ils auront été arrachés tellement le spectacle de ces droites extrêmes au pouvoir sera insupportable. Et toutes les gauches sociales, progressistes et écologiques porteront une responsabilité dont elles ne se doutent pas encore. Car, dans les bureaux de leurs appareils, elles ne voient plus rien de ce qui se passe, de ce qui se trame dans les couches les plus profondes du corps social. Car si elles voyaient vraiment ce qui est en passe de se produire, l’unité serait déjà actée.

Alors la gauche, où t’es? L’extrême droite est dans le rue!

Par: A gauche pour de Vrai.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
En réalité ils ne partiront pas. Pour une raison simple. Celles et ceux qui y sont encore dans cette aile gauche sont des élus, conseillers municipaux, adjoints...qui postulent à un autre mandat en ce moment même. Ou bien ils ont une petite fonction en section ou en fédération...Alors ils ont l'impression qu'ils perdraient trop à partir, qu'ils perdraient une petite jouissance de pouvoir qui les conduit à défendre un appareil plutôt que les citoyens...En revenche, nous devons, nous, porter la responsabilité qui sera la leur sur la place publique...<br /> A très vite de te lire.
Répondre
E
Ils ne partiront pas, il est donc irréaliste de croire à un regroupement de la gauche. il faut que le FDG soit le seul recours à gauche, le PS étant définitivement discréditer. Il faut faire stopper toute tentative d'amalgame entre le PS et la gauche, comme vient de le faire honteusement Médiapart à l'occasion de la venue en France d'Alexis Tsipras et sa rencontre avec le PG et le PCF
Répondre
E
Les saucis - allo ! ne répondent plus au téléphone. C'est le libéralisme qui a tout envahi. On ne sait même plus si PC et même PG, ou du moins leurs différents porte-paroles, existent encore à gauche. C'est de la reddition avant la bataille, non ?<br /> <br /> Il va falloir durcir le ton, pour rallier ceux qui croient encore qu'on peut faire quelque chose à gauche. Mais pour les municipales, c'est clair, c'est trop tard. A moins que deux millions de citoyens excédés se retrouvent dans la rue avant le premier tour. Il en est de certains déclics, parfois.......
Répondre