Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
citoyen18.overblog.com

La porte à gauche. Jean FERRAT a chanté que certains prétendent que le bonheur était à la porte à droite. Aujourd’hui est-il à la porte à gauche ? Oui ! mais à la condition de secouer le cocotier de la pensée convenu ! Ce petit blog crée à l’initiative de quelques militants communistes de Vierzon n’a d’autres ambitions que de donner aux citoyens un support pour s’exprimer librement sur les sujets politiques, sociaux ou culturels d’actualité du local à l’international, qui s’émancipe des discours convenus, des lignes officielles décidées par quelques notables de la politique, aux doubles langages, aux bonimenteurs de vraies fausses solutions et qui cultivent la résignation. Déverrouillez les débats et enfoncez la porte à droite (….ou à gauche ?) Les seules limites, car il en faut, à notre liberté : Celle du respect des personnes, le souci de la vérité et de faire vivre le débat. Ainsi seront exclus tous messages comprenant des insultes ou diffamations visant une (des) personne(s), seront exclues, s’ils sont avérées, des informations mensongères ou rumeur infondées. Chacun pourra également participer au débat juste et loyal en signalant un abus de cette nature. Les productions de ces abus seront retirés et l’auteur exclu du blog.

« Solidarité, frères et sœurs de combat et d’espérance »

« Solidarité, frères et sœurs de combat et d’espérance »

Point de vue de Jack Ralite, ancien ministre communiste . L’ancien animateur des États généraux de la culture dénonce une vie politique qui se corrompt sous la contrainte de la marchandisation ultralibérale.
« La classe propriétaire de la richesse / Parvenue à une telle familiarité avec la richesse / Qu’elle confond la nature et la richesse », disait Pasolini.


C’est ainsi que le pouvoir actuel, en déni de son programme, trouve naturel que les riches aient le droit d’être plus riches, en offrant 30 milliards d’euros au Medef.
C’est ainsi, dans un même ­mouvement, que le pouvoir ­d’aujourd’hui tente de rendre naturel que les acteurs de l’art (artistes et techniciens) aient leur droit du travail remis en cause, qu’il s’agisse de la continuité professionnelle ou des annexes 8 et 10 de l’Unedic en cas de chômage.

Ainsi la vie politique se corrompt sous la contrainte ultralibérale faisant triompher sans pudeur le mal de la vie sur le bien de la vie. Cette aberrante « castration mentale », ce grand divorce d’avec la culture et la création doivent et peuvent être stoppés. L’histoire est pleine d’enceintes préfixées mais aussi pleine de tentatives pour forcer, pour rompre ce qu’on appelle hypocritement les règles du jeu, notamment ce « principe de ruines » dû à Jean-Pierre Jouyet et ­Maurice Lévy : « Donner au capital humain un traitement économique. »
« Le meilleur témoignage que nous puissions donner de notre dignité, c’est la culture », disait Charles Baudelaire, et répétait le président de la République le 19 janvier 2012 aux Biennales internationales du spectacle à Nantes. Vous ne tolérez plus que l’esprit des affaires et son chiffrage l’emporte sur les affaires de l’esprit et leur déchiffrage, ni que le collectif budgétaire de 2014 connaisse une diminution de 2,3 %. Vous refusez d’être traités comme si vous étiez en trop dans la société. Vous n’êtes pas engourdis dans une corporation mais libres dans une lutte intransigeante et ouverte, autour et pour vos merveilleux métiers qui sont bousculés aussi par les nouvelles technologies que vous voulez civiliser.

Toujours plus rassemblés entre vous, toujours plus solidaires avec d’autres qui renoncent à renoncer, vous utilisez votre pouvoir d’agir à l’étage voulu, avec vos sensibilités, vos imaginations, vos intelligences, vos disponibilités. Vous êtes souffleurs de conscience et transmettez une compréhension, une énergie, un état d’expansion, un élan. Adressez-vous à ceux qui rient, réfléchissent, pleurent, rêvent à vous voir et vous entendre jouer. Surtout que le fil ne soit pas perdu avec eux.
« L’homme est un être à imaginer », disait Bachelard. A fortiori les artistes et techniciens de l’art que vous êtes.
Solidarité, frères et sœurs de combat et d’espérance. Avec vous, comme disent beaucoup de personnages de Molière : ­« J’enrage ».

Par: Jack Ralite.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article