Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
citoyen18.overblog.com

La porte à gauche. Jean FERRAT a chanté que certains prétendent que le bonheur était à la porte à droite. Aujourd’hui est-il à la porte à gauche ? Oui ! mais à la condition de secouer le cocotier de la pensée convenu ! Ce petit blog crée à l’initiative de quelques militants communistes de Vierzon n’a d’autres ambitions que de donner aux citoyens un support pour s’exprimer librement sur les sujets politiques, sociaux ou culturels d’actualité du local à l’international, qui s’émancipe des discours convenus, des lignes officielles décidées par quelques notables de la politique, aux doubles langages, aux bonimenteurs de vraies fausses solutions et qui cultivent la résignation. Déverrouillez les débats et enfoncez la porte à droite (….ou à gauche ?) Les seules limites, car il en faut, à notre liberté : Celle du respect des personnes, le souci de la vérité et de faire vivre le débat. Ainsi seront exclus tous messages comprenant des insultes ou diffamations visant une (des) personne(s), seront exclues, s’ils sont avérées, des informations mensongères ou rumeur infondées. Chacun pourra également participer au débat juste et loyal en signalant un abus de cette nature. Les productions de ces abus seront retirés et l’auteur exclu du blog.

La « potion très amère » du MEDEF pour réduire les « dépenses de santé »

La « potion très amère » du MEDEF pour réduire les « dépenses de santé »

Dans un document présenté comme une « contribution au débat sur la stratégie nationale de santé », le MEDEF détaille une série de propositions visant à économiser de 25 à 30 milliards d’euros par an sur les dépenses de santé à « l’horizon 2017 ». L’organisation patronale déplore la « dégradation lente » du « système de santé » français qui serait « figé dans un modèle ancien et mal préparé aux révolutions en cours » et qui surtout « apparaît de plus en plus comme un coût pour la collectivité », autrement dit les entreprises.

Le MEDEF préconise notamment l’élaboration d’« un schéma‐cible de financement favorisant l’efficience du système et compatible avec la compétitivité ». Reprenant ce que La Tribune appelle une « vieille antienne patronale », il suggère en fait de transférer une bonne partie de la couverture de l’assurance maladie vers les complémentaires et les « sur-complémentaires » santé. La Sécurité sociale, le « premier pilier » de ce système, ne rembourserait plus que les dépenses liées à un « panier de soins » fortement réduit et « recentré » sur les « biens et services relevant de la solidarité nationale ». Il serait en outre « révisé de façon permanente (…) au regard du rapport coût‐bénéfice pour les patients dans le cadre d’une approche médico‐économique ».

Le deuxième pilier comporterait « un socle obligatoire » pour les seuls salariés du secteur privé. Ce socle, relevant essentiellement « de la liberté contractuelle », couvrirait « un panier de soins minimum » et devrait être défini par un accord national interprofessionnel (ANI). Le reste serait à la charge des assurés qui, s’ils en ont les moyens, pourraient se tourner vers des « sur-complémentaires ».

Par: POI.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article