Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
citoyen18.overblog.com

La porte à gauche. Jean FERRAT a chanté que certains prétendent que le bonheur était à la porte à droite. Aujourd’hui est-il à la porte à gauche ? Oui ! mais à la condition de secouer le cocotier de la pensée convenu ! Ce petit blog crée à l’initiative de quelques militants communistes de Vierzon n’a d’autres ambitions que de donner aux citoyens un support pour s’exprimer librement sur les sujets politiques, sociaux ou culturels d’actualité du local à l’international, qui s’émancipe des discours convenus, des lignes officielles décidées par quelques notables de la politique, aux doubles langages, aux bonimenteurs de vraies fausses solutions et qui cultivent la résignation. Déverrouillez les débats et enfoncez la porte à droite (….ou à gauche ?) Les seules limites, car il en faut, à notre liberté : Celle du respect des personnes, le souci de la vérité et de faire vivre le débat. Ainsi seront exclus tous messages comprenant des insultes ou diffamations visant une (des) personne(s), seront exclues, s’ils sont avérées, des informations mensongères ou rumeur infondées. Chacun pourra également participer au débat juste et loyal en signalant un abus de cette nature. Les productions de ces abus seront retirés et l’auteur exclu du blog.

José Bové dit-il vrai sur l'absentéisme des eurodéputés FN ?

Le Vrai du faux s'intéresse ce matin à une déclaration de l'eurodéputé EELV José Bové : "En gros, ça ne sert à rien de voter Front national (pour les Européennes), ils ne font rien. Moi quand je vois madame Le Pen, quand je vois monsieur Gollnisch ou monsieur Le Pen père, ils ne sont là, à Strasbourg, que pour venir chercher le chèque ! Ce sont des intermittents du spectacle." Vrai ou faux ?

 

D'après José Bové, les eurodéputés frontistes ne sont à Strasbourg que pour "toucher le chèque" © Maxppp

On ne va pas donner de mauvaises intentions aux eurodéputés du Front national, ni être désagréable avec les intermittents du spectacle. Mais c'est vrai que Marine et Jean-Marie Le Pen ne sont pas très actifs au Parlement européen. D'après le baromètre mepranking, qui mesure la présence, le travail et l'influence des députés à Bruxelles et Strasbourg.

La présidente du FN pointe à la 732e position sur 766 élus.. son père est encore plus bas dans les 20 derniers eurodéputés. Ceci dit, à leur décharge, il est très compliqué de peser au Parlement sans être affilié à un grand groupe politique et c'est le cas des Le Pen.

José Bové a donc plutôt raison

Mais il devrait se méfier de ce genre d'attaque sur l'assiduité au Parlement européen. D'abord parce que Bruno Gollnisch, le troisième eurodéputé frontiste, est beaucoup mieux classé que lui (238e contre 147e). Et puis, les deux députés européens français les moins bien notés font partis de son groupe des Verts. Il s'agit de Karim Zéribi et d'Yves Cochet, arrivés en cours de mandat.

Les Français sont plutôt mauvais élèves

Au classement par nationalité, la France est le 8e pays le moins assidu pour les votes à Strasbourg, d'après le baromètre votewatch. Comment expliquer ce manque d'influence ?

Deux explications, d'après une étude de la Fondation Robert Schuman publiée il y a un mois. D'abord 40% des eurodéputés français sont des cumulards, ils ont un autre mandat, local pour la plupart. C'est beaucoup plus qu'en Espagne ou en Italie par exemple.

Et puis surtout, près de deux eurodéputés français sur 10 ont quitté Strasbourg en cours de mandat depuis cinq ans. Or l'ancienneté joue beaucoup au Parlement européen d'après Pascale Joannin, directeur général de la Fondation.

"A la première occasion, les députés français préfèrent revenir à Paris" (Pascale Joannin de la Fondation Robert Schuman)

Parmi les bons élèves, on peut citer notamment l'UMP Joseph Daul et Daniel Cohn-Bendit, présidents de groupes, ou encore la socialiste Pervenche Bérès qui dirige la commission des affaires sociales à Strasbourg.

Par FraceInfo.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article