Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
citoyen18.overblog.com

La porte à gauche. Jean FERRAT a chanté que certains prétendent que le bonheur était à la porte à droite. Aujourd’hui est-il à la porte à gauche ? Oui ! mais à la condition de secouer le cocotier de la pensée convenu ! Ce petit blog crée à l’initiative de quelques militants communistes de Vierzon n’a d’autres ambitions que de donner aux citoyens un support pour s’exprimer librement sur les sujets politiques, sociaux ou culturels d’actualité du local à l’international, qui s’émancipe des discours convenus, des lignes officielles décidées par quelques notables de la politique, aux doubles langages, aux bonimenteurs de vraies fausses solutions et qui cultivent la résignation. Déverrouillez les débats et enfoncez la porte à droite (….ou à gauche ?) Les seules limites, car il en faut, à notre liberté : Celle du respect des personnes, le souci de la vérité et de faire vivre le débat. Ainsi seront exclus tous messages comprenant des insultes ou diffamations visant une (des) personne(s), seront exclues, s’ils sont avérées, des informations mensongères ou rumeur infondées. Chacun pourra également participer au débat juste et loyal en signalant un abus de cette nature. Les productions de ces abus seront retirés et l’auteur exclu du blog.

Situation alarmante des outre-mer :

Il faut « Des actes à la hauteur de la situation »

Les départements et collectivités d'outre-mer sont frappés par une crise d'une violence sans précédent. Un chômage massif qui frappe jusqu'à 60 % des jeunes dans certains de ces territoires, des denrées alimentaires à des prix prohibitifs, une montée de la délinquance et de la  violence sur fond de pauvreté et d'avenir bouché, une population inquiète qui redoute un phénomène de paupérisation... Jamais depuis la départementalisation de 1946, les outre-mer n'ont  connu une telle situation. C'est désormais leur intégrité, leur cohésion qui est menacée. La situation est devenue insupportable et l'explosion menace.

Cette situation appelle des actes à la hauteur de la situation, une politique nouvelle et ambitieuse, apte à refonder le modèle économique actuel qui mène à cette impasse sociale et humaine et qui gâche des atouts pourtant potentiellement porteurs de progrès.
Il faut pour cela favoriser enfin le développement endogène en l'appuyant sur les immenses ressources locales et les grandes potentialités de coopération et d'échange dans les zones géographiques de chaque territoire. C'est la condition pour sortir du « tout transfert de marchandise » entre la France, l'Europe et ces territoires.
Une telle rupture appelle une politique économique dynamique impliquant l'épargne locale, la banque de développement et les fonds publics, y compris européens. Cela passe aussi par une vaste réforme foncière, la revalorisation de la filière canne aujourd'hui menacée, la relance d'un tourisme mettant en valeur les atouts locaux, le développement de la pêche actuellement entravée par les directives européennes, la marche vers l'autonomie alimentaire et énergétique, le développement des transports collectifs et de l'ensemble des services publics...

Pour avancer sur cette voie nouvelle, il faut nécessairement  initier un nouveau type de relations entre ces territoires, la France et l'Europe, en sortant de la tutelle et en domiciliant enfin dans chaque île un véritable pouvoir répondant aux revendications des peuples concernés et à leur volonté de responsabilité et d’autonomie dans le cadre de la République. C'est cette exigence qu'a porté le groupe communiste au sénat par la voix d’Éliane Assassi, présidente du groupe lors d'un débat en session le 9 janvier.

Par: Citoyen18.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article